Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 09:07

Trois responsables de mouvements politiques de jeunes de Picardie, Fabrice Hinschberger, président des jeunes centristes d'Amiens, Hélène de Nattes, responsable des jeunes populaires de l'Oise, et Nathanaël Rosenfeld, responsable des jeunes pour la France viennent d’écrire à Patrick Deguise.

Dans ce courrier, ils s’indignent que le nouveau maire socialiste de Noyon ait fait élire délégué de la Communauté de communes du Pays noyonnais le seul élu Front National du conseil municipal.

Voici le texte intégral de cette lettre qui a été rendue publique :

 

Monsieur le Maire,

A la suite des élections municipales à Noyon, nous avons appris avec stupeur que, à votre initiative, le Conseil municipal de Noyon a attribué un siège de délégué à la Communauté de communes du Pays noyonnais au responsable régional du Front national, seul élu FN de Noyon, Monsieur Michel Guiniot. Nous notons que votre majorité a entériné ce choix à l'unanimité de ses membres.

C'est pourquoi, nous, responsables de trois mouvements de la jeunesse citoyenne de notre département, vous interpellons aujourd'hui pour vous demander les raisons qui vous ont amené à faire le choix de l'entrée du Front national à la Communauté de communes du Pays noyonnais.

Depuis trente ans, la droite, le centre et la gauche affrontent ce parti extrémiste dans le noyonnais aux noms des valeurs de la République. Nous sommes choqués de voir que vous-même et votre majorité socialiste et communiste abandonnez aujourd'hui ce combat et donnez une place et donc une légitimité nouvelle au FN que tous vos prédécesseurs à la mairie ont combattu avec courage.

Nous nous demandons les raisons qui vous ont poussé à un tel geste politique et la nature exacte des relations que vous entretenez avec le représentant du Front National. Nous aimerions également savoir si cette initiative a été approuvée par le Parti socialiste dont vous êtes membre et élu.

Dans l'attente de votre réponse, nous vous saluons.

 

FMG SUR France 3

François-Michel Gonnot sera l’invité de l’émission « Voix publique »,

sur France 3 Picardie,

ce vendredi 23 mai à 18 heures 40,

sur le thème : « Faut-il vraiment chanter en français à l’Eurovision ? »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

thibault 05/06/2008 19:16

J'aime bien quand l'union des magouilleurs professionnels se plaignent de la Démocratie.

Heuresement qu'on a pas un premier ministre comme celui de Slovaquie car en slovaquie dont le premier ministre est socialiste, y a 3 ministres Nationalistes 2 du HZDS et un du SNS

Pareil pour l'italie, on voit la différence entre la droite libérale italienne et la droite libérale française.

Marcel 24/05/2008 08:45

Monsieur le Député,

Merci pour votre intervention sur FR3.

Votre intervention était pertinente et efficace.

Grâce à vous ce problème, ne se posera pas l’année prochaine.

Félicitations pour votre intervention.

Un citoyen 22/05/2008 18:52

Peu d’individus ont réellement la passion de la chose commune.

Le confortable “laissé aller sans rien dire” de beaucoup de politiciens…
Crée de bonnes conditions pour que prospère un dangereux désordre propice à faire renaître le démon du fascisme.

Ceux qui sont élus n’ont pas de simples postes honorifiques, ils ont aussi le devoir de prendre des décisions pas toujours populaires.

Un citoyen

Mohamed RIZKI 22/05/2008 15:12

Le meilleur argument contre la démocratie est un entretien de cinq minutes avec un électeur moyen.

Winston Churchill

Eric 21/05/2008 10:00

J'avoue que ça me fait braire et même gerber cette accession à la CCPN par un élu frontiste...en même temps, moi Noyonnais, me rappelle aussi du soutien de Mr GONNOT à Charles Baur lors de son élection comme Président de la Région Picardie avec les voix du Front National, ça n'avait pas l'air de l'avoir tant dérangé à cette époque.
C'était un petit devoir de mémoire pour celles et ceux qui auraient oublié...