Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 08:00

Comme tous les élus de Picardie, je viens de recevoir du Conseil régional un magnifique document en couleurs et papier glacé de 68 pages sur la révision du « Schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire », en clair le document qui  fixe un certain nombre d’objectifs pour la Picardie telle que nous l’imaginons à l’horizon 2030.

Je dois dire que sa lecture m’a laissé sur ma faim. Je ne parle pas du langage technocratique et abscons, mais surtout du contenu. Rien sur Seine-nord qui pourtant est le chantier picard du siècle, dont les retombées en termes économiques et d’aménagement du territoire vont être majeures dès son ouverture en 2014. Rien sur Noyon et le noyonnais, si ce n’est une phrase pour dire que la ville « cumule un manque d’attractivité résidentielle et un manque d’attractivité économique ». Noyon qui ne figure même pas sur la plupart des cartes de la Picardie que contient le document. Rien, ou si peu, sur Compiègne et le compiègnois évoqués surtout pour les deux pôles de compétitivité. Rien sur l’axe structurant de la vallée industrielle de l’Oise. Rien sur l’aéroport de Beauvais…

Alors, je sais bien qu’il s’agit là d’un document de travail, sans doute réalisé par un cabinet parisien. Je sais que le document va être enrichi par des tables rondes et par le Conseil économique et social. Mais quelle déception tout de même sur le manque de vision de la majorité de gauche du Conseil régional quant à l’avenir de notre région !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Un citoyen 15/09/2008 17:40

Voilà un commentaire tout à fait judicieux et réaliste, dit par un communiste qui à le courage de ses opinions et qui n’est pas comme d’autres “girouettes” qui vont dans le sens du vent.

Il est certain que le départ du RMT pèsera lourd dans l’avenir de la ville, il est trop tard pour le regretter, maintenant il faut faire avec.

Il est tout aussi évident que le Maire actuel à sa part de responsabilité dans ce départ, il n’a “pas su faire” contrairement à un certain Bertrand Labarre qui en son temps s’est démené pour le conserver.

Il est temps de travailler au développement économique de la ville qui pour le moment semble bien incertain…

Reste à souhaiter qu’il “sache faire” dans l'intérêt de Noyon…

Daniel DEBEAUME de Tarlefesse 15/09/2008 15:28

Concernant ma position sur le départ du RMT de Noyon, je continue de penser que si les Noyonnais avaient votez pour le candidat François-Michel Gonnot, ce départ aurait peut-être évité. Il ne faut pas être naïf, nous sommes aujourd’hui dans une République qui décide de l’aménagement du territoire et le député François-Michel Gonnot en est son représentant.
Suite à mon article paru dans la presse d’aucuns me disent que de toutes façons cela été fait depuis longtemps (facile de dire cela, mais pas de preuve à l’appui…). D’autres me disent qu’à Compiègne le député n’a pas pu faire quelque chose pour retenir les régiments.
Il me semble qu’il ne faut pas faire de parallèles entre Noyon et Compiègne ou d’autres villes. A Noyon, du fait d’un faible tissu industriel, d’une population rurale à faible revenu, d’une situation sociale très difficile, il était vital de vouloir garder le RMT premier employeur de la ville, ce qui assuré pour la ville des retombées économiques importantes.
A Compiègne, le tissu et niveau industriel étant très important, une partie de la population ayant des revenus suffisants, une situation géographique idéale, il n’était pas nécessaire pour la ville de vouloir garder à tous pris ses régiments.
A Compiègne, si l’on regarde de prés cette ville qui est très bourgeoise, à ma connaissance, je n’ai jamais entendu le sénateur maire de la ville s’opposer ou faire obstacle au départ de ses régiments. Avec les terrains récupérés très bien exposés dans la ville, les ambitions du sénateur pour sa ville qui a énormément d’atouts, il me semble que celui-ci avait déjà des orientations bien pensées par avance, afin de valoriser le patrimoine, d’y créer des zones d’habitations résidentielles et d’attirer de grands groupes industriels ou bien des écoles de haut niveau.
Ne disait-il pas dernièrement dans une revue de presse, qu’il souhaitait voir le départ de l’état major le plus rapidement possible, afin d’y installer une grande école et de créer une zone résidentielle au cœur la ville.
Que ceux qui sont en charge par le gouvernement de faire les choix, sont deux sénateurs du même bord politique que le maire de Compiègne, celui-ci reconnaît et le dit dans la presse que cela facilite grandement les choses. A méditer, pour ceux qui pensent et disent que d’avoir élu un conseiller général socialiste comme maire est plus important que d’avoir un député aux commandes de la ville de Noyon… ?
Quant aux subventions attribuées par l’Etat, se chiffrant à plusieurs millions d’euros, afin de compenser le départ des militaires dans certaines villes. Il ne faut pas croire un seul instant que le maire de la ville de Noyon, va faire ce qu’il lui plait avec cette argent.
Il est évident, que seul le gouvernement décidera de ce qu’il est bon pour notre ville. Le député François-Michel Gonnot y jouera très certainement un grand rôle, et c’est pour cela que je pense que dans l’état actuel de la situation Française, il aurait été judicieux que les habitants de Noyon fassent un choix différent de celui qu’ils ont fait.
Daniel DEBEAUME Tarlefesse