Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 10:04

Dans quelques jours, le Parlement va commencer l'examen du budget 2009. Ce ne sera pas un budget facile, en raison de la crise financière et économique mondiale qui arrive, en raison aussi de la volonté de la majorité de baisser, ou en tout cas de contenir, la dépense publique.

Le budget 2009 est construit sur une hypothèse de croissance basse de 1%, ce qui n’était jamais arrivé depuis 1983. En faisant ce choix, le gouvernement dit la vérité aux Français et prend toute la mesure des difficultés de la situation économique.

Le budget 2009 continue malgré tout à diminuer la pression fiscale qui pèse sur les Français. Même en prenant en compte le financement de réformes importantes, et en particulier le RSA, les prélèvements continueront à diminuer l'année prochaine, ainsi que les années suivantes. La détermination du gouvernement reste entière : les prélèvements obligatoires seront en 2012 moins forts qu’en 2007. Au total, les décisions prises depuis l’élection présidentielle ont déjà baissé ces prélèvements de plus de 10 milliards d'euros.

Le budget 2009 érige en priorité les dépenses d’avenir, c’est-à-dire celles qui feront entrer la France dans le monde de demain. L’enseignement supérieur et la recherche vont ainsi connaître un accroissement sans précédent de leurs moyens financiers : les moyens de l’enseignement supérieur vont augmenter d’un milliard d’euros et ceux de la recherche de 800 millions chaque année jusqu’en 2011, soit une augmentation sur trois ans de 5,5 milliards d’euros. Il faut ajouter à ces sommes celles issues de la privatisation d’EDF, qui serviront à augmenter les conditions de vie et d’étude des étudiants dans le cadre de l’opération « plan Campus ».

Le Grenelle de l’environnement va également contribuer fortement à l’effort d’investissement : l’augmentation de l’effort dans les infrastructures de transports est de 1 milliard d’euros par an. L’écoprêt à taux zéro pour la rénovation thermique des bâtiments anciens et les conditions privilégiées pour la rénovation des HLM vont engendrer 12 milliards d’euros de travaux dans les trois ans à venir.

Grâce à sa réforme et à la réduction de ses coûts de fonctionnement, le ministère de la Défense va pouvoir augmenter son budget d’équipement de 3 milliards d’euros en moyenne sur les douze ans qui viennent.

Le budget 2009 est aussi un budget de solidarité avec ceux qui ont moins. Comme l’a indiqué le Président de la République à Toulon, lorsque la croissance est plus faible, le besoin de solidarité est encore plus fort. Plusieurs orientations du budget 2009 viennent appuyer cette volonté présidentielle :

- La création du RSA va contribuer à ramener vers le travail ceux qui s’en étaient éloignés, et à diminuer significativement le nombre de travailleurs pauvres.

- La revalorisation de l’allocation adultes handicapés est poursuivie à hauteur de 5% par an, conformément aux engagements pris. Elle est accompagnée d’une réforme pour améliorer le retour à l’emploi de ces allocataires.

- En 2008, les bénéficiaires de minima sociaux recevront une prime exceptionnelle pour préserver leur pouvoir d’achat compte tenu de l’inflation plus forte que prévue.

Le budget soutient également l’activité des entreprises. L’impôt forfaitaire annuel, particulièrement antiéconomique, sera supprimé sur trois ans. La montée en puissance du crédit impôt recherche stimulera l’investissement à hauteur de 2 milliards d’euros d’ici à 2011. De plus, la taxe professionnelle sera profondément réformée, dans le cadre d’un chantier plus global sur le fonctionnement et le financement des collectivités territoriales.

Le budget 2009 est enfin un budget d’assainissement de nos finances publiques, grâce à un effort sans précédent de réduction des dépenses de fonctionnement de l’Etat. Ainsi, le nombre de fonctionnaires sera réduit de 30.600 en 2009.

Le budget 2009 est un budget de profonde réforme. Il n’hésite pas à remettre en cause des structures ou des politiques insuffisamment efficaces pour concilier redressement des comptes publics et investissement massif dans l’avenir. En particulier, il permettra de faire tourner à plein régime les deux moteurs de l’économie française de demain : l’innovation et la croissance verte.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Marcel 25/10/2008 10:21

Monsieur le Député, Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la déréglementation?

Malik 24/10/2008 21:40

La crise sonne le glas de la déréglementation…
Ils ont tué leur poule aux œufs d’or.

déréglementation = démission de l’État

Il appartient à l’État de prendre ses responsabilités,
afin d’éviter que ces irresponsables nous entraînent dans leur chute.

Pierre 04/10/2008 11:27

La dure réalité économique peut être transformé en chance:

Les solutions écologiques peuvent aussi permettre de valoriser des déchets…
Comme la transformation des huiles usagées en carburant.
Encourager l'installation de tout système qui permette de polluer moins tout en consommant moins de carburant.
L'installation de ces systèmes (entre autres) sur les bateaux de pêche permettrait sûrement à cette profession de tendre vers l’équilibre financier don elle a tant besoin.
Le système Pantone permet à la fois de polluer moins tout en consomment moins…

Permettre le plus rapidement possible la commercialisation de véhicules non polluants, comme ceux qui ont un moteur à air comprimé et qui seront produits par TATA (en Inde), dés l’année prochaine.

Une participation financière à l'installation de ces systèmes ou l’achat de ces véhicule serait un vrai investissement de l’Etat.

Une seule “vrai” question de pose:
Que pèse l'intérêt de la collectivité, des citoyens voir de l’humanité toute entière face aux intérêts des multinationales?

L’Etat va t’il oser?