Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 11:05

C’est énervant, tous les ans, d’entendre les Ministres qui défilent à la Clairière de l’Armistice dire qu’ils sont à Rethondes. Le Premier Ministre, François Fillon, a lui aussi fait l’erreur mardi dernier.

Il parait que la confusion vient du Maréchal Foch et des plénipotentiaires allemands eux-mêmes. Le premier croyait être à Rethondes quand il s’est perdu en forêt. Les autres pensaient que la Clairière et la forêt appartenaient à Rethondes puisque leur train, venant d’Allemagne, s’était arrêté dans la gare de la commune !

Bref, 90 ans après, on continue à parler de la clairière de Rethondes, alors que l’Histoire s’est écrite sur le territoire de Compiègne !

Tout le monde s’en désole dans la ville impériale. Alors, une idée toute simple. Pourquoi ne pas mettre dans la demie lune, face au monument des alsaciens-lorrains, un joli panneau : « Ville de Compiègne, Clairière de l’Armistice » ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

un Rethondois 08/12/2008 09:26

Bonjour Monsieur Gonnot,
Je pense qu'il faudrait ouvrir un peu vos livres d'histoire sur cette épisode, Le Maréchal Foch ne s'est pas perdu en forêt de Compiègne.. heureusement pour la France et le terme "Les Autres" pour les plénipotentiaires allemands me parait très mal employé.
cordialement

hubert 27/11/2008 08:32

l'armistice de Rethondes est une légende et les légendes ne s'effacent pas par un panneau. Foch est venu se recueillir dans l'église de Rethondes. Ce fut de l'église de Rethondes que les cloches sonnèrent les premières....la légende de Rethondes commençait.Si un journaliste n'avait pas en 1921 écrit un papier sur l'abandon de cette clairière par la ville de Compiègne elle serait peut être encore en friche aujourd'hui....

vigie 14/11/2008 08:56

Pour compléter l'information trouvée ci-dessus, effectivement cette clairière de Compiègne fut le théatre de la signature de la capitulation de la France face à l'Allemagne nazie le 22 juin 1940 avec une entrée en vigueur le 25 juin. Hitler, ancien combattant rescapé mais vaincu de 1914-1918, réglait ses comptes avec ses mauvais souvenirs en faisant démolir la dalle "sacrée" et le mémorial construits en 1922 pour commémorer l'armistice de 1918, victoire des alliés aux côtés des français. Le wagon d'origine partit en Allemagne et y fut détruit (accident ou volontairement). Au sud du mémorial actuel, à 200 m se trouvet les traces de l'ancien mémorial (ligne éectique + gravats). Pour 1945, l'Allemagne capitula le 7 mai 1945. La signature a lieu au quartier général du général américain Eisenhower dans une école de Reims. Le 8 mai 1945, au quartier général soviétique à Berlin, a lieu la signature de la capitulation de l'armée allemande effective ce jour à 23 H. La France était représentée par le Général De LATTRE de TASSIGNY débarqué en Provence avec les Américains le 15 août 1944.
Après la seconde bombe atomique américaine sur le Japon, cette nation capitule sans condition le 2 septembre 1945 devant les U.S.A. Les hostilités à grande échelle cessent enfin. Le Viet-Nam, la Corée, suivent.....l'Indochine....

Marcel 13/11/2008 23:37

Merci Monsieur le Député de votre réaction, il n'est jamais trop tard pour rétablir la vérité.

Thierry 13/11/2008 18:48

Dans le même genre de confusion, arrêtons de dire que l'armistice de la seconde guerre mondial a été signé le 08 mai 1945. Totalement faux, cette date est celle de la victoire des alliés donc de la capitulation de l'armée allemande.
L'armistice de la seconde guerre mondiale a été signé le 22 juin 1940 dans cette même clairière de la forêt de compiègne.
Là aussi il serait peut-être temps de demander à nos enseignants et autres presses écrite et télévisée de rétablir cette historique.
Merci Monsieur le Député pour votre réaction.
Le devoir de mémoire que l'on doit inculquer à notre jeune génération, commence par leurs apprendre la stricte vérité.