Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 08:35

Depuis sa naissance, il y a vingt ans, les socialistes n’aiment pas le Théâtre Impérial de Compiègne. Avec un nom comme celui-là, il ne peut s’agir, selon eux, que d’un lieu bourgeois et décadent. Je me souviens, à l’époque, ce que disaient les élus de gauche du coin et ceux du département : le Théâtre Impérial est un projet « élitiste », il faut faire de la « culture populaire », « l’art lyrique n’est pas pour les ouvriers et les employés »…

Malgré eux, l’Etat, la ville, le département et la région ont fait de ce lieu magique une belle réussite artistique et populaire.

Les choses ont commencé à se dégrader en mars 2004 quand le Conseil général de l’Oise et le Conseil régional de Picardie sont passés à gauche. Immédiatement, les majorités nouvelles ont bloqué les subventions. Sous la pression, elles ont dû lâcher du lest et les rétablir, mais en les réduisant très fortement.

La gauche a ensuite laissé passer les élections cantonales de mars dernier. Puis, la région et le département ont arrêté tous leurs financements.

Le Théâtre Impérial qui a déjà souffert de la mort de son directeur, Pierre Jourdan, est aujourd’hui asphyxié et au bord du dépôt de bilan. L’Etat doit-il payer à leur place ? Cela parait difficile. La ville de Compiègne et l’agglomération ne peuvent, bien sûr, vu leur engagement actuel, faire plus.

Le Théâtre Impérial agonise et, sans solution, mourra très bientôt, peut-être à la fin de ce mois de novembre. La gauche aura réussi son meurtre tranquille.

J’encourage tous les lecteurs de ce blog qui savent ce que fait le Théâtre Impérial de Compiègne à manifester rapidement à ses dirigeants leur sympathie, leurs encouragements, et éventuellement à se mettre à leur disposition en laissant un message à la présidente de l’association :

bettina.caignault@theatre-imperial.com

Les heures sont comptées. Ne laissons pas la gauche tuer le Théâtre Impérial !

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

rudy 30/11/2008 14:33

Je suis tout a fait d'accord avec vous Monsieur Gonot,mais il aurait été plus utile de rappeler que que sans le soutien de l'etat,le theatre impérial sous l'action de Pierre Jourdan,rayonnais par sa liberté de choix des oeuvres classiques qui y etait crées,ce qui n'est pas le cas de la plupart des theatres subventionnées,soumis a la ligne de conduite du ministere de la culture,en bref encore une normalisation d'un lieu,digne representant de l'exception culturelle Francaise,que l'on assassine.
235 000 euro de subventions en moins pour ce theatre,répartis vers la faiencerie de creil(trés a gauche tiens tiens.....) entre autres et beauvais.recement,on a pu entendre dire jean paul douet(qui depuis des années traitait Jourdan je cite:"la danseuse de mancel"),reclamer un engagement de l'etat indispensable,refusant meme de verser le dernier tiers de la subvention si l'etat ne s'engage pas,quel chantage infecte,et quel respect pour la culture pour un parti qui se dit attaché a cette grande valeur!
REPONSE a olivier chapuis roux:Vous etes completement a coté de la plaque cher monsieur,les theatres subventionés ok,mais vous aurais la traviata,norma tout les ans,aller.... vous vous en foutez de l'opéra,pour dire des sotises pareils

gazette 20/11/2008 08:49

La joute "blogale" entre le député F.M.G. et le conseiller régional O.C.R. met en évidence les quipro-imbro-pseudo "compensations" financières régissant les engagements d'un Etat vis-à-vis de collectivités territoriales qui doivent faire face aux besoins de leurs ressortissants. Comme à chaque fois, "le chien tourne pour attraper sa queue" ! Et pourtant, le citoyen subit en permanence une forme de désinformation. Les caisses de l'Etat "sont vides", les compensations financières de l'Etat auprès des collectivités locales "sont faites à l'euro près", "des centaines de milliards prêtées aux banques par l'Etat" pour surpasser les effets de la crise financière, un projet pharaonique de canal Seine-Nord que tout le monde veut qui sera financé réellement par qui et avec quoi ?
Arrêtez de mentir et de nous "intoxiquer" : chacun doit savoir que pour payer, l'argent proviendra de ressources, fonds souverains ? le problème est inchangé. Dans une période de "décroissance" noble qualificatif de la "récession" qui est là, 2 solutions existent : limiter les dépenses pour réduire les déficit ou maintenir le cap en augmentant les impôts. Etat, Région, Département sont devant ce douloureux dilemme.
Le pire est que tous ne paient pas l'impôt et que ceux qui pourraient "laisser" la moitié de leur revenu, sans aucun souci matériel, arrivent à faire réduire cette proportion grâce aux relations "entretenues" ici ou là par le biais d'aménagements fiscaux considérés comme "incontournables". De qui se moque-t-on ?
Le vrai problème n'est plus cette notion d'égalité inscrite à notre devise républicaine, elle doit être supprimée et remplacée d'urgence par l'équité. Nait-on, est-on, vivons-nous et mourrons-nous véritablement égaux ? Non, ALORS ! Réveillez-vous c'est fondamental !

Olivier Chapuis-Roux 18/11/2008 09:55

Monsieur Gonnot se trompe encore : de quel contrat parle t il ? le Contrat de projet Etat Région, il est signe depuis longtemps. Vous avez un métro, un train de retard.
Parler de subventions idéologiques aux copains, vous devriez revoir votre copie, c'était peut être votre cas quand vous siégiez.
Une aide aussi importante sans connaitre l'engagement de l'Etat, donc le plan de financement global, ce n'est plus légal.
Quand l'Etat prendra ses responsabilités, les deux collectivités que vous attaquez donneront leur position qui est déjà bien préparée.
Si le monde de la culture avait à souffrir du manque d'engagement de la Région Picardie, cela se saurrait, ce fut le cas pendant les mandats succéssifs de Charles Baur, votre ami, ce n'est vraiment plus le cas maintenant, et l'ensemble des acteurs culturels de Picardie le reconnait, sauf quelques esprits chagins qui confondent intervention publique et clientélisme.
Salutations culturelles

Malik 14/11/2008 22:22

C’est bien çà, ils font du financement sélectif…
Ils financent leurs petits copains… sinon; non!
Vous saurez à qui dire merci si le Théâtre Impérial ferme.
C’est çà le socialisme à la Française, nous d’abord, les autres ont s’en…
C’est social quoi!

François-Michel Gonnot 14/11/2008 18:46

Je suis surpris de ce commentaire. La Région ne parle donc plus avec l'Etat ?
A quoi servent les contrats de Plan Etat-Région et notamment celui qui est en cours de négociation ?
Si le Conseil régional (et le conseil général de l'Oise aussi d'ailleurs) voulaient VRAIMENT s'impliquer dans le Théâtre Impérial de Compiègne, il leur suffirait de demander que le projet soit inclus dans le Contrat.
Ce n'est pas au Théâtre Impérial d'aller pleurer son soutien de l'Etat, notamment et vous le savez, vue sa situation juridique actuelle qui est complexe, suite au décès de Pierre Jourdan.
Si la région voulait être moteur dans cette affaire, celà se saurait. La réalité est que vous ne voulez plus fianancer le Théâtre Impérial de Compiègne.
Votre position est d'abord idéologique.
Enfin, pour un communiste, écrire "qui décide paye" est pour le moins gonflé. Salutations.