Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 10:12

Le Préfet de l’Oise a sifflé la fin de la partie. Il est vrai que le projet d’agglomération, porté par le maire socialiste de Noyon et ses comparses conseillers généraux de Lassigny et Guiscard, commençait à faire des dégâts de tous les côtés. Il valait mieux les arrêter de faire croire que ce projet allait sauver le noyonnais, alors que, tout simplement, il ne remplissait pas les critères de la loi.

Une communauté d’agglomération est, par définition, un modèle urbain d’intercommunalité. Elle doit notamment être organisée autour d’une ou plusieurs villes comptant au minimum 15.000 habitants. Noyon n’en a jamais eu autant. Pire, et on vient de le voir avec le dernier recensement partiel, Noyon perd des habitants et n’en compterait plus que 14.651. Cela ne s’arrangera pas avec le départ du RMT.

Le projet avait d’autres défauts. D’abord, il n’a jamais été clairement énoncé. On a fait des réunions dans tous les coins mais sans jamais expliquer l’essentiel : quelles compétences, quel périmètre et pourquoi, quels sont les avantages et les inconvénients de la taxe professionnelle unique, quelle gouvernance avec 100 ou 130 communes, quelles compensations pour les communes qui auraient perdu pouvoirs et finances… 

On a ensuite, et par pur sectarisme, éliminé de toute information et de toute concertation des acteurs du territoire pourtant incontournables, comme le président du Pays des sources, le député, le conseiller régional, les conseillers municipaux de Noyon. A force de faire sa petite cuisine entre soi et dans le secret, on s’est coupé des réalités et, bien sûr, on a divisé.

Ainsi, des communes du canton de Guiscard (Solente et Catigny) ont commencé à vouloir quitter la CCPN pour le Pays des Sources où les impôts sont deux fois moins élevés. Le canton de Lassigny a explosé alors qu’une seule commune a finalement choisi le noyonnais (Lagny). Les divisions, dans la Somme, entre Roye et les communes environnantes se sont aggravées.

Tout cela commençait à tourner à la catastrophe. Le Préfet a choisi de rappeler le maire socialiste de Noyon à la loi et à la raison.

D’autant plus que le projet comportait, au niveau administratif, d’autres aberrations : non seulement il collait une structure faite pour les villes sur des cantons ruraux, mais il prétendait asseoir la nouvelle collectivité sur trois départements. Or, une Communauté d’agglomération sise sur trois départements, ce sont trois tutelles, trois préfets, trois sous-préfets, trois conseils généraux, trois DDE, trois DDA…bref un monstre administratif ingérable et sans précédent parmi les 177 Communautés d’agglomérations qui existent aujourd’hui dans notre pays !

Le maire socialiste de Noyon ne veut pas reconnaître ses erreurs et son échec et dit vouloir continuer dans son projet. Il s’est fixé comme premier objectif, si l’on en croit la presse, de vouloir repeupler Noyon d’ici l’année prochaine ( !).

Cette déclaration fait beaucoup rire en ville. Nous serions très curieux de savoir comment il va s’y prendre… Construire des HLM supplémentaires ? Monter des opérations de promotion immobilière tout azimut ? Donner le quartier Berniquet à l’OPAC ? Affaire à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Malik 20/01/2009 09:21



Une Agglo pourquoi faire… 
quels avantages… 
quels inconvénients…

C'est après tout ce qui est important, pourriez vous nous l'expliquer Monsieur le Député?