Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 10:38

Il y aura donc une réforme des collectivités locales. Une loi sera examinée par le Parlement à l’automne. Le Président de la République l’a annoncé hier, après avoir reçu Edouard Balladur venu lui remettre son rapport.

Pour lire l’intégrale du rapport de M. Balladur, intitulé « Il est temps de décider », cliquez ici : http://www.reformedescollectiviteslocales.fr/actualites/index.php?id=77.

Cette réforme est nécessaire. Elle permettra de mettre en ordre un système trop compliqué, trop onéreux, et qui génère trop de gaspillages et de féodalités.

Mais revenons sur la seule chose que l’on a retenu, pour l’instant, en Picardie de ce rapport (bien qu’elle n’y figure pas !) : c’est le démantèlement de la région.

Le débat tourne, dans l’Oise, autour de la question suivante : vaut-il mieux, comme le dit Charles Baur, « que le département soit la locomotive de la Picardie ou le wagon de queue de l’Ile-de-France ? ».

Je pense que cette question est mal posée. Tout simplement parce qu’aujourd’hui -et il faut avoir le courage de le dire- l’Oise n’est pas la locomotive politique de la Picardie.

L’Oise est démographiquement locomotive : c’est le seul des trois départements picards qui voit sa population croître chaque année. Elle l’est économiquement : c’est le seul département qui connaît un vrai dynamisme économique. Elle l’est fiscalement : l’Oise contribue à hauteur de plus de 45% aux impôts régionaux.

Mais l’Oise n’est pas politiquement la locomotive de la Picardie, dans la mesure où le Conseil régional est dominé par les élus des deux autres départements qui considèrent que la région doit être un organisme redistributeur. En clair, ils estiment que le conseil régional est là pour donner à ceux qui ont le moins (la Somme et l’Aisne) au détriment de l’Oise.

Le résultat, on le connaît, et j’en sais quelque chose pour avoir siégé 23 ans dans cette assemblée et pour en avoir été le vice-président chargé des finances. L’Oise n’a jamais trouvé sa juste part dans la distribution des dépenses régionales. Si le département apporte près de la moitié des recettes, il est loin de recevoir la moitié des crédits dans les politiques régionales.

Quelques exemples : l’Université. L’essentiel des crédits a toujours été destiné à Amiens et à l’Université Jules Verne. L’UTC n’a eu que des portions congrues, et il a encore fallu se battre chaque année pour les obtenir…Ce qui n’empêche pas les étudiants de l’Oise de continuer à vouloir, dans leur grande majorité, aller faire leurs études à Paris plutôt qu’à Amiens !

On pourrait parler des routes pour lesquelles on attend toujours, dans l’Oise, les crédits régionaux (sur la RN32, la RN2, la RN31), quand la Somme et l’Aisne se sont faits payer leurs autoroutes A16, A29, A26 !

On pourrait évoquer les liaisons ferroviaires, saturées dans l’Oise, et le refus de la Région d’accorder une carte orange aux habitants de l’Oise, alors que nous l’aurions depuis longtemps si nous étions en Ile-de-France !

Oui, tout cela mérite débat. Mais un vrai débat ! C’est la raison pour laquelle je suis favorable à un référendum, mais un référendum par département.

S’il devait être organisé, je dirai clairement que je ne suis pas favorable à un rattachement à l’Ile-de-France, mais que je suis de ceux qui exigent que l’Oise soit mieux considérée par Amiens.

Si la Région veut garder l’Oise, elle doit faire ce qu’il faut pour que les habitants du département s’y sentent bien. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Un référendum dans l’Oise permettrait, j’en suis sûr, de constater que nous sommes très, très nombreux à partager ce point de vue et à demander à ce que cela change.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires