Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 11:10

La fermeture de l’usine Continental de Clairoix est inacceptable. Le mot de « trahison », lancé mardi à l’Assemblée nationale par Luc Chatel, Secrétaire d’Etat à l’industrie, n’est pas trop fort.

Le ministre avait eu l’occasion, quelques jours plus tôt, de rappeler qu’aucun « motif économique ne pouvait justifier une fermeture ». La crise de l’automobile est là, bien sûr, mais à Clairoix elle sert de prétexte à fermer une usine qui, depuis bien longtemps, dérange le groupe allemand.

Combien de fois, n’avons-nous pas, syndicalistes et élus du compiègnois, entendu dire que « Clairoix coûtait trop cher, que Clairoix ne produisait pas assez, que Sarreguemines faisait mieux, que l’état d’esprit allemand avait du mal à accepter notre façon française de fonctionner »…

Bref, Clairoix faisait tâche dans le groupe. Les nouveaux actionnaires de la filiale pneumatiques du groupe allemand en ont tiré les conséquences en se servant de la crise automobile comme d’un prétexte. Car, enfin, il était tout à fait possible à Continental, comme à tant d’autres équipementiers, français ou européens, de solliciter les aides multiples du Pacte automobile. On a préféré fermer l’usine. C’est aberrant.

A quoi sert que le gouvernement allemand exige d’être associé au Pacte automobile décidé par le Président Sarkozy si ses industriels se comportent comme des brutes sur le terrain, et notamment en France ?

Voir : http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=view&lang=fr&cat_id=8&press_id=2311

 Moi, je ne vais pas rester les bras croisés. Je ne vais pas me résigner à la fermeture de l’usine. Je vais me battre, aux côtés des salariés, de leurs représentants, des élus de Clairoix et du compiégnois. Je vais me battre pour faire en sorte pour les 1.120 salariés de l’entreprise voient respecter leurs droits et retrouvent une situation. Je vais me battre pour que le site reste industriel. Je vais me battre pour sauver ce qui peut encore l’être. Je vais tout faire pour que Continental ne quitte pas Clairoix comme des voleurs.

Aujourd’hui, jeudi, j’en ai appelé au Président de la République et au Premier Ministre.

La semaine prochaine, j’interpellerai le Ministre de l’industrie à l’Assemblée. Le gouvernement et les plus hautes autorités de l’Etat doivent s’emparer du dossier et le traiter au plus haut niveau. L’affaire Continental est une affaire d’Etat !

Lundi, à 18 heures, avec Caroline Cayeux, je serai devant l’usine de Clairoix. Nous dirons notre solidarité aux travailleurs de Continental. Nous dirons aussi notre colère aux dirigeants allemands de l’entreprise qui ne s’en tireront pas comme cela !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

mysterious. 12/03/2009 23:13

les profits ne se partagent pas,c'est du capitalisme.tout est possible avec l'argent,surtout lorsqu'il y en a.1120 familles  dans la difficulté.....un cataclysme pour clairoix et sa région...des charges trop lourdes???1euro de plus par pneu.c'est pour quand la fin de la "crise?",elle a bon dos cette crise avec des benefices...qui a plus veut plus?pour remplir des coffres forts,ou investir?et pourquoi pas a compiegne?enfin l'entreprise c'est le pouvoir de dire oui,comme les banquiers!!!alors voila les resultats.

dziadek 12/03/2009 21:54

Armons nous et partez, comme disaient certain.J'étais convaincu que " Ensemble tout est possible"On verra aux résultats Qui est efficace ou pas. Car actuellement  nous sommes bien obligés de constater que " les chiens aboient et la caravene passe ! "

HERGE 12/03/2009 13:56

   A suivre......