Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 09:59

Lors de la séance des questions au gouvernement, hier à l’Assemblée nationale, j’ai interpellé le gouvernement sur sa position face à la direction de Continental.

Voilà la réponse intégrale que m’a faite Hervé Novelli, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi :

«Monsieur le député, je tiens à vous le dire tout net : le gouvernement comprend votre amertume et partage votre indignation. Certes, il y a une crise automobile. Il ne sert à rien de le nier. Dans tous les pays européens, en ce moment, il y a de 20 à 40% de recul des ventes. En France, ce recul est moins important grâce à la prime à la casse. Au mois de janvier, la production automobile française a même enregistré un léger rebond.

« Mais cette crise n’exonère pas d’un certain comportement. C’est vrai, le groupe Continental enregistre une surcapacité de 12 millions de pneumatiques environ, mais il y avait d’autres moyens de faire. Christine Lagarde et Luc Chatel l’ont clairement indiqué au président de ce groupe lorsqu’il a été reçu.

« La loi est claire : le 31 mars, c’est le comité d’entreprise qui aura la primeur des mesures de restructurations annoncées. Je tiens à vous le dire très clairement, il est inconcevable pour le gouvernement qu’une restructuration brutale ait lieu sur le bassin d’emploi qui concerne aujourd’hui les 1200 salariés de l’usine de Clairoix. Le gouvernement mettra en œuvre tous les moyens légaux pour s’opposer à cette restructuration brutale, si elle devait avoir lieu. Car vous avez eu raison de le noter, Monsieur le député, les salariés de Clairoix ont volontairement adopté de nouvelles modalités de travail en 2007. Les dirigeants de l’entreprise devront en tenir compte.

« Le gouvernement a mis en œuvre dans le cadre du Pacte automobile un certain nombre de mesures de compétitivité. Il mettra aussi en œuvre toute sa vigilance pour éviter les conséquences sociales des restructurations ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Malik 21/03/2009 10:08

Acheter c’est voter…
Quoi que l’en en dise il est utopique d’interdire les licenciements. Si une entreprise décide de “fermer”, il n’est pas possible de l’en empêcher. 
Le gouvernement a la possibilité de faire respecter la loi. 
Les entreprises savent que çà peut leur coûter très cher, non seulement en “argent” mais aussi en termes d’image de marque, ce qui aurait une répercussion fort négative sur le baromètre qui les intéresse le plus : leurs chers actions.
Continental le sait très bien, au point qu’ils en sont à avoir une stratégie de décroissance pour crédibiliser un montage financier qui soit favorable à la fermeture d’usine.
Nous, petits consommateurs “qu’ils considèrent comme quantité négligeable”, tout ce qui les intéresse c’est que l’on vote pour eux (que l’on achète leurs produits). Biens sur, pour que l’on achète de quoi faire monter leurs actions, ils sont près à faire des efforts considérables. 
Mais…Si vous achetez “leurs pneus” vous votez pour eux et leur comportement ignoble et irrespectueux de l’humain. Leur seul dieu est la valeur de leurs actions.
Allez vous voter pour eux?
A l’évidence, les intérimaires seront (et sont) les premiers touchés, ce sont par définition, les travailleurs les plus précaires. 
Si ont donne des avantages financiers (spécifiques) à l’embauche de personnel Conti, ont finance par la même occasion l’image de marque de cette entreprise et ont rend plus précaire la situation de ceux qui sont le plus en difficulté.
C’est pourquoi, je demande l’interdiction de toute aide financière spécifique pour l’embauche du personnel licencié par Continental. Cette entreprise, si elle veut partir, alors même qu’elle est bénéficiaire, doit financer la création de nouveaux emplois.
Allez vous approuver les tractations “secrètes” entre DRH pour dissimuler une décision irresponsable et par la même occasion rendre plus précaire la situation des travailleurs précaires?
Le Gouvernement va t-il favorisez la précarisation des travailleurs les plus précaires?
Allez vous voter pour la mise au chômage d’environ 3000 personnes?

C’est utopique?
Peut-être…
Si on essayait…

Robert Bindel 19/03/2009 13:50

Monsieur le Député, votre intervention à l'Assemblée est noble et généreuse, malheureusement dans cette affaire Continental, les dés du jeu sont pipés. Je m'explique : il y a environ trois semaines, je rencontre la mère d'une jeune femme qui m'annonce que l'embauche de sa fille à la clinique St machin ne se faisait pas. Deux jours avant de signer son contrat, cette personne a reçu un message téléphonique lui déclarant que son emploi n'aurait pas lieu compte tenu du plan social qui se mettait en place chez Continental et que les ex employés de cette entreprise auraient priorité pour les embauches.A cette date, des bruits couraient, mais rien d'officieux n'était annoncé et les rumeurs étaient même démenties. Alors que sous le manteau, des tractations entre DRH devaient probablement se mener, avec des primes pour l'emploi, des remises ou réductions de charges sociales, tout cela aux frais des contribuables.Monsieur le Député, il faut que la lumière soit faite sur ces affaires, le devenir d'une région et par là même l'avenir de notre pays en dépend.Robert Bindel