Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 13:56

A l’initiative de Jacques Domergue, député et président du groupe UMP au conseil municipal de Montpellier, les chefs de l’opposition dans les quatorze plus grandes villes de France dénoncent dans un Livre Noir les dérives de la gestion des villes de gauche. 

Le Livre noir des villes de gauche révèle l’incohérence de la gestion des municipalités, notamment en matière de fiscalité. Les élus UMP montrent ainsi du doigt l’augmentation des impôts dans la majorité des villes gérées par la gauche. Pour exemple, la pression fiscale a augmenté de 55% à Paris depuis l’arrivée de Bertrand Delanoë. Les frais de fonctionnement de la capitale ont explosé. En 2001, la capitale comptait 40.000 fonctionnaires. Aujourd'hui, il y en a 48.000. Les services aux Parisiens ne se sont pas améliorés pour autant.

Les constats s’enchaînent et se ressemblent. Michel Havard, chef de l’opposition UMP à Lyon, dénonce l’absence de maîtrise des coûts de fonctionnement et le  manque d’investissement qui résultent de politiques sans perspectives. A titre d’exemple, la ville de Lyon qui a l’un des taux d’investissement les plus faibles du pays ne participe pas au plan de relance.

Pourtant la gauche dépense. Fabienne Keller, ancien maire de Strasbourg, cite l’exemple des cabinets des élus de gauche qui a été multiplié par deux. «Plus de staff et moins de taff», ironise-t-elle. Montpellier disposera prochainement d’une nouvelle mairie qui coûtera 150 millions d’euros !

Le Livre noir des villes de gauche veut également dénoncer certains règlements de compte auxquels se livrent les maires de gauche. Exemple : le service minimum dans les écoles, mis en place par le gouvernement il y a un an et refusé par le maire de Toulouse pour de prétendues « raisons de sécurité ». Jean-Luc Moudenc y voit « une opposition politique couplée à un refus de permettre la mise en œuvre du soutien scolaire sous prétexte qu’il s’agit d’une initiative du gouvernement ». En effet, la mairie refuse d’ouvrir les écoles pour les cours de soutien scolaire pendant les vacances. Fabien de Sans Nicolas, membre de l’opposition UMP de Grenoble, exige ainsi que « les socialistes arrêtent de mépriser leur opposition ».

 Fabien de Sans Nicolas est également revenu sur la gestion de la crise économique par les socialistes. « La crise ? Pas pour tout le monde ! ». En effet, les élus de la gauche grenobloise ont bénéficié cette année d’une augmentation de leurs indemnités de 25%, en même temps les impôts des grenoblois augmentaient eux de 9%. Idem pour Rennes, où les citoyens ont vu leurs impôts doubler.

La gauche se défend, face à cette augmentation de la pression fiscale, en accusant l’Etat de se désengager. « Faux ! », répond Jacques Domergue, en rappelant que 240 millions d’euros ont été accordés aux 10 grandes villes françaises depuis le début de la crise.

La publication du Livre noir des villes de gauche est prévue tous les deux ans jusqu’aux prochaines municipales de 2014.

 
Pour consulter le livre noir des villes de gauche, cliquez-ici : http://www.u-m-p.org/pdf/livre_noir_villes_de_gauche.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires