Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 09:06

Je le réclamais depuis deux ans. C’est fait. Je suis heureux d’annoncer aujourd’hui que je viens d’obtenir de VNF que le dossier de consultation du projet de Seine-nord Europe, et donc tous les contrats qui seront signés avec les entreprises pour le chantier, comporteront bien des clauses d’insertion de salariés et d’entreprises locales.

 En clair, les sociétés qui construiront le canal auront l’obligation d’embaucher un certain nombre de salariés recrutés dans les départements traversés. Elles seront également contraintes de sous-traiter localement une part déterminée de leurs marchés.

Alain Gest, le nouveau président de Voies navigables de France, vient de répondre en ce sens à la lettre que je lui avais envoyée le 18 mai dernier. Voir : http://gonnot.over-blog.com/article-31556011.html.

Il apporte ainsi la garantie que nous attendions que le chantier, sur lequel devrait travailler pendant cinq ans 4.000 personnes et 4.000 autres en sous-traitance, aura, sur les territoires traversés, des retombées significatives en termes d’emplois et d’activité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Malik 30/06/2009 10:10

BIEN SÛR CE SERAIT MIEUX D’AVOIR LES DEUX…
On peut cependant observer, que le chantier du canal se fera de toute façon, les élus locaux, n’ont pas la possibilité de contrer ce projet, ils ont juste le rôle de l’adapter aux contraintes locales et ce chantier a une duré limité.
Par contre le port ne verra le jour que si les élus locaux travaillent pour et aura un impact économique beaucoup plus important, si les élus savent créer les conditions d’un développement économique.
La question qui se pose c’est:
Les élus vont ils laisser des intérêts privés et des querelles (à la con…), qui consistent à s'attribuer le mérite de tel ou tel projet (si c’est un tel qui est à l’origine, il faut torpiller le projet, sinon il en aurait le mérite), être un élément déterminant dans la décision?
La question du port est peut-être toute simple:
 Les élus vont ils savoir travailler ensemble dans l'intérêt collectif et l’avenir du Noyonnais? 

KKucKlan 29/06/2009 15:38

BONNE QUESTION MALIK. EN TOUT CAS ON AURA PEUT-ETRE PAS LE PORT, MAIS ON AURA LE CHANTIER. MAIS SI ON POUVAIT AVOIR LES DEUX, CE SERAIT QUAND MEME MIEUX....

Malik 29/06/2009 10:40

LA CLAUSE D’INSERTION…  c’est toujours bon à prendre mais la durée dans le temps est limité à celle du chantier (environ 5 ans?) et après…
Après Noyon ne verra que les péniches passer?
(des nuisances, les péniches passeront quand même… mais sans retombés économiques ou si peu, que des miettes)
 Les élus du Noyonnais sont ils prêts à travailler  pour qu’un port multi-modale s'installe avec sa zone industriel  et crée les conditions d’un développement économique? 
Ou vont ils céder à la pression de quelques égoïstes qui n’ont pas envie de voir passer les péniches au bout de leur jardin?