Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 10:19

Depuis le 22 avril, la troisième voie de l'autoroute A1, en direction de Paris, est réservée, sur un tronçon de 5 km, aux chauffeurs de taxi et aux bus, entre 7 et 10 heures du matin. La décision en revient à la préfecture de Seine-Saint-Denis. Officiellement, l'objectif est « d'augmenter l'offre de taxi en direction de Roissy et de permettre aux chauffeurs de taxis de gagner en rapidité ».

Mais cette expérimentation se révèle, dans les faits, être une vraie catastrophe, dans laquelle, comme souvent l'administration s'entête. Beaucoup de chauffeurs de taxis disent que le gain de temps pour eux est, en fait, de cinq minutes pas plus. Pour les autres usagers de l'A1, les temps de circulation, déjà très longs (l'A1 est à l'approche de Paris l'axe le plus encombré de France), ont par contre presque doublés.

Pire, depuis le début de l'été, les usagers de l'A1 qui ont emprunté la troisième voie réservée aux taxis et autobus, ont commencé à recevoir les premiers PV. "J'ai reçu le même jour quatre PV à 90 euros dont deux étaient déjà majorés à 135 euros. Ils m'ont verbalisé avec un mois de retard. Ne sachant pas que j'étais verbalisée, j'ai continué à rouler sur cette voie. Et je viens de recevoir la neuvième contravention !", déclare sur Facebook une automobiliste furieuse.

Ils sont comme cela des milliers. Les radars ont même flashés un député de l'Aisne cet été. La contestation s'organise et les pétitions se multiplient, comme en témoigne ce blog : http://contestationa1voiegauche.blogspace.fr/

Une association, dénommée « Trois voies pour tous », s'est même créée à l'initiative de deux mères de famille, automobilistes du sud de l'Oise. Elles appellent à les rejoindre par mail : 3.voies.pour.tous@gmail.com

Personnellement, je trouve que cette expérimentation est une bêtise. Les automobilistes du matin sur l'A1 sont des gens qui travaillent et qui sont condamnés à prendre leur voiture. J'en connais ainsi des centaines dans ma circonscription. Ces automobilistes-là sont aussi respectables que les chauffeurs de taxis et leurs clients. Mieux, ils sont cent fois plus nombreux.

Comme Christian Patria, député de Senlis, je viens d'interpeller à l'Assemblée nationale, le Ministre des Transports pour que l'on arrête cette expérience imbécile.

L'administration, si elle veut vraiment encourager le covoiturage, ferait mieux de réserver la voie de gauche, comme cela se fait depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis sur les autoroutes urbaines, aux véhicules qui ont au moins deux passagers à bord. La voie serait ainsi ouverte aux taxis et aux bus, comme le souhaite le préfet de Seine Saint-Denis, mais aussi à tous les automobilistes qui partagent leur voiture.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires