Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 12:30

Dans deux ans, et pendant quatre années, la France va commémorer le centenaire de la Première guerre mondiale. Le Président de la République a déjà lancé la réflexion autour de cet évènement mondial. Un rapport lui a été remis qui propose déjà un certain nombre de manifestations nationales et internationales et qui évoque certains projets départementaux.

http://www.defense.gouv.fr/sga/a-la-une2/prefiguration-des-commemorations-du-centenaire-de-la-premiere-guerre-mondiale

Force est de constater que, contrairement à d’autres départements très mobilisés, celui de l’Oise n’a pas préparé grand’chose. Le président du Conseil général n’a même pas été auditionné par l’auteur du rapport.

Outre la participation du département à l'initiative "paysages et sites de mémoire de la Grande Guerre" portée par les treize "départements du front", le document évoque bien (p 49 et 50) quelques  projets dans l'Oise entre 2014 et 2018.

Le Centenaire devrait ainsi favoriser l’inauguration du « Musée-Territoire front de l’Oise 14-18 », regroupant les communautés de communes situées entre Attichy et Lassigny et proposant la réalisation d'un circuit de mémoire suivant la ligne de front. L'association APRAK et la commune de Nampcel ont entamé la restauration de l’abri du Kronprinz de Bavière et projettent l’ouverture d’un musée de la mémoire franco-allemande. Enfin, le jardin de la mémoire d’Augustin Trébuchon devrait être inauguré en 2014 dans la prairie jouxtant la clairière de l’Armistice à Compiègne. L’association du Mémorial de l’Armistice prévoit, pour 2018, l’extension des bâtiments d’accueil du public.

Mais ces quelques projets ne sont pas à la hauteur de ce que fut la place de l’Oise durant les quatre années de la Grande Guerre. C’est en effet dans l’Oise, à Nanteuil-le-Haudoin, qu’a eu lieu le départ des célèbres Taxis de la Marne, en septembre 1914, événement qui marque le début de la Bataille de la Marne. C’est également entre Noyon et Compiègne que débute la guerre de tranchées, après la fixation du front, et c'est encore là que les armées allemandes et alliées se lancent, à l’automne 1914, dans la « course à la mer ». C’est dans le Noyonnais et le Ressontois qu’échoua, en 1918, la reprise de la guerre de mouvement du côté allemand, entre les célèbres collines du Mont-Renaud et du Plémont. Finalement, c’est dans une clairière en forêt de Compiègne, près de la gare de Rethondes, que furent signés l’arrêt des combats et l’Armistice, le 11 novembre 1918. Le département de l'Oise a accueilli enfin, durant une grande partie de la guerre, le Grand Quartier Général des forces alliées (GQG), à Compiègne, Chantilly et Beauvais.

Je regrette que notre département soit ainsi très en retard par rapport aux engagements, par exemple, des départements de la Somme, de l’Aisne ou de la Meuse. Il est surprenant aussi que, dans ma circonscription, la Ville de Noyon, n’ait strictement rien prévu à ce jour. Noyon a pourtant été détruit à 85 %, en mars 1918, et la Ville est titulaire, au titre de ce qu’elle a subi pendant la Grande Guerre, de la Légion d’Honneur et de la Croix de guerre.

Comme sur d’autres dossiers, (développement économique, projets d’équipements ou d’infrastructures), il serait temps que la Ville de Noyon réagisse et se réveille sérieusement !

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

JC 28/01/2012 17:27


Commémorons la fin de la guerre, c'est-à-dire l'anniversaire en 2018 et non le début!

bocquet 22/01/2012 23:56


Monsieur Gonnot, tout comme moi vous n’avez connu la guerre de 1914- 1918 qu’à travers les livres, à la radio, dans les films, à la télévision, et peut être avait vous des parents ou avez-vous
rencontré des anciens combattants, qui vous ont fait part de cette guerre et de ce qu’ils avaient vécu durant cette celle-ci.


Mon grand père a fait partie de ceux qui ont connu les Eparges, et souvent il m’a conté ces moments, ou il ne savait si dans la minute qui suivait, il serait encore en vie.


Il m’ a confié les souffrances de ses camarades et les siennes, il m’ a fait part des horreurs de la guerre, des instants ou était distribuée la gnole avant de sortir des tranchées pour aller s’
entretuer à la baïonnette et combien d’ autres souvenirs plus insupportables les uns que les autres , et tout cela pour que je puisse un jour être libre !


Alors que vos propos parlent de célébrations, cela me parait inadapté.


Ce ne sont pas les créations de monuments, de mussée qui enseigneront à nos enfants ou petits enfants comment ces gens ont accepté de souffrir pour que nous vivions libres.


 En ce moment marqué par un individualisme règne en maître, ne serait- il pas plus moral d’expliquer, de montrer non pas les images de cette guerre, mais ces horreurs durant lesquels le
soldat partageait, secourait son camarade au risque de sa propre vie, démontrant  dans la souffrance que les mots d’égalité, fraternité liberté, devant le sacrifice pour la nation n’étaient
pas vains.


Faire prendre conscience à nos jeunes des réalités qui ont fait que nous sommes ce que nous sommes, serait une formidable école de vie, de respect de l’autre, et de son acceptation dans les
situations les plus périlleuses.


L’école de la vie est certainement ce qui manque le plus à nos adolescents et là il serait fort bien venu que l’on sache lui consacrer un enseignement continu.


Il faut réapprendre à nos jeunes à relever la tête pour lire les frontons de nos monuments, après les avoir appris à lire et savoir longuement leur commenter ces trois mots jusqu’ à ces derniers
soient profondément ancrés dans leur conscience de façon significative.    

Démocrate 21/01/2012 14:10


OK, mais faut-il célébrer l'anniversaire du début des conflits ou de leurs fins? Je me pose la question. Pour les évènements liés à la guerre de 14-18, les célébrations ne devrairent-elles pas
avoir lieu en 2018?  Avons-nous fêté les 80 ème et 90 ème anniversaires des batailles liées à ce conflit en 1994 et 2004 ou plutôt en 1998 et 2008?


Fête-t on les annivesraires du début de la guerre de 1939  ou de sa fin lors du 8 mai 1945?


De plus, des élections municipales auront lieu en 2014 !.....