Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:25

L’absentéisme scolaire est un fléau qu’il faut endiguer. Il constitue le premier maillon d’une chaîne inexorable où l’enfant se marginalise et risque de sombrer dans la délinquance. 400.000 jeunes, chaque année, sont concernés, au niveau national.

Les causes de l’absentéisme sont variables, la réponse doit être graduée et personnalisée.

La loi sur l’égalité des chances a institué le contrat de responsabilité parentale, qui  constitue une mesure d’aide sociale. Le panel des actions et des intervenants permet un véritable suivi individualisé des familles. Ce dispositif fonctionne, il a été éprouvé dans un certain nombre de départements : 8 enfants sur 10 retournent à l’école après la signature d’un contrat.

Mais, à côté de ces situations où les parents démunis acceptent la main tendue, il y a ceux qui refusent d’assumer leur responsabilité et qui estime que c’est à la société de prendre en charge ce qui leur incombe naturellement et juridiquement.
Pour ces parents qui ne se préoccupent pas de savoir si leurs enfants vont ou pas à l’école, il faut être ferme !

Les français ne s’y trompent pas : 65% d’entre eux sont favorables à la suspension des allocations familiales en cas d’absentéisme d’enfants scolarisés, et 60% estiment que cette mesure serait efficace (sondage Ipsos réalisé pour le ministère de l'Éducation nationale).

C’est pourquoi, je vais déposer avec quelques collègues UMP, en début de semaine, à l’initiative de notre collègue Eric Ciotti, une proposition de loi visant à simplifier la suspension des allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire. Le dispositif sera articulé autour de l’Inspecteur d’Académie. Après avoir adressé un avertissement non suivi d’effet à la famille, il pourra saisir le directeur de la CAF qui aura l’obligation de suspendre les allocations familiales pour le mineur concerné jusqu’à son retour dans l’établissement scolaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

ENTE Yvon 02/05/2010 13:52



Je renouvelle une proposition que j avais faite il y a plusieurs mois. Il ne faut pas couper les allocations car au final se sera toujours le mineur qui subira. Il y a une solution tres simple,
et parfaitement applicable, qui sera une contrainte forte pour les parents sans nuire aux enfants. Pour les familles signalées, mettre les allocations et toutes aides sociales sur une carte type
VITAL, ou assimilée. Une Loi bien cadrée en appui à la créaction de cette carte, permettra aux parents d avoir toujours des aides, mais seulement applicables à ce pourquoi les aides ont été
créées. Plus question d acheter un décodeur, un lecteur dvd, satellite ou ou vélo. On paie la cantine, on paie les livres, on paie des fournituresscolaires et non pas des baskets et survetements
de marque. La loi contraindrait les commerçants à ne pas déroger, style vente d alcool ou autre.


Au final, les aprents verraient leurs aides "suppletives" d alcool ou de confort disparaitre; et il n y aurait plus l excuses de faute de moyen pour l éducation des mineurs


Et je parie qu il y aura en plus un effet bénéfique, des économies grâce au suivi des dépenses, car tout l argent non utilisé serait récupérer pour l année suivante



Malik 28/04/2010 16:23



Joseph parle du vrai problème: c’est tout simplement un problème de manque de respect…


 


Certains parents sont “démissionnaires” et totalement déresponsabilisés.


Couper les allocs en cas de non respect d’un devoir de base, c’est le minimum syndical.


 


Le vrai problème est même que certains d’entre eux en sont même à craindre leurs enfants. Désolé si ça dérange, mais il s’agit bien la d’une facette (pas très
reluisante) de la réalité.


 


Dans ce contexte (bien réelle…), est-ce bien utile de faire une loi pour interdire la fessé?


 


N’est ce pas une loi absurde et inapplicable?


 


Comme d’ailleurs la (future?) loi sur la burka, c’est une loi inutile.


 


Le port de ce vêtement n’a rien de religieux et est simplement un manque de respect pour la loi Française.


 


Il est interdit de se couvrir le visage, sauf le jour du carnaval…


 


Faire une loi revient à créer une exemption à la loi qui l’autoriserait dans certains lieux…


 


Pourquoi ne pas faire appliquer “la loi tout court”?


 


En lieu et place de faire des “petites lois” inapplicables et stigmatisantes, qui de surcroît sont des lois
parasites…



THAI THIEN NGHIA Joseph 27/04/2010 17:22



BORNEL le 27 avril 2010.


Bonjour Monsieur Le Député.


Je viens de connecter votre site Internet pour répondre à l'article
D'abord, je suis d'accord avec le 1er commentateur: la FRANCE est un pays de DROIT, mais il faut savoir respecter et NE PAS gêner d'autres personnes par des idéologies absurdes.


Je développe: en complément à votre réflexion sur cet article, et je réponds que pour les PARENTS qui déresponsabilisent leur charge de leurs enfants, je dirai que ceux là ne devraient pas faire
des enfants.Car, si aujourd'hui pour certains parents, faire des enfants c'est pour obtenir des AIDES FINANCIERES pour leur permettre d'acheter des fubtilités tels que VOITURE, TV,
VOYAGES....pour faire comme les VOISINS.Ils ne se rendent pas compte que c'est une responsabilité énorme, qui engrêne une durée dans le temps...Aussi, je suis d'avis de supprimer purement
etsimplement des Allocations aux parents "DEFAILLANTS", après 3 avertissemnets.Il faut être DRACONIEN...On guérit le MAL par le MAL pour d'autres personnes soient équitables.Ensuite il faut
outrepasser des commentaires médiatiques et associatives, car ce là où le bas blesse et on ne progresse pas dans les REFORMES.


Je vous pose une question d'HONNETETE, comment sont les PARENTS des années 50 et 70, ils sont plus responsables que ceux d'aujourd'hui, et pourtant il y avait des PAUVRES et des RICHES...



Marcel 27/04/2010 16:04



La France est un Pays de droit…


 


Mais, pendant trop longtemps, pour raison de “re-élection”… beaucoup ont mené une politique laxiste qui a fait oublier que en face de chaque droit il
y a aussi un devoir.


 


Couper les allocs à ceux qui ne remplissent pas certaines conditions (la scolarisation est obligatoire en France), c’est une simple question de bon
sens.