Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 09:01

La nouvelle Agence régionale de la santé a tranché : L’hôpital de Noyon a un an pour redresser la barre. En attendant, la directrice de l’hôpital de Compiègne, Brigitte Duval, qui faisait l’intérim de Noyon sera prochainement nommée directrice unique des deux établissements.

L’objectif pour l’hôpital de Noyon est clair : il a un an pour augmenter son nombre d’actes s’il veut sauver sa chirurgie et sa maternité.

La chirurgie fonctionne depuis l’été grâce au chirurgien compiègnois qui y est désormais affecté à plein temps. Problème : il ne fait que quatre opérations par semaine, là où il devrait en faire quatre par jour ! L’ARS pointe du doigt un certain nombre de médecins noyonnais qui ne jouent pas le jeu. Ils envoient leurs patients se faire opérer à…Compiègne et non pas à Noyon. L’un d’entre eux siège même au conseil municipal de Noyon…

Même chose avec la maternité. « Nous avons été à deux doigts de fermer la maternité cet été, par absence de pédiatre. Il a fallu d’urgence en détacher un de Compiègne », explique le directeur de l’ARS. L’hôpital a un an pour augmenter le nombre d’accouchements qui a légèrement diminué ces trois dernières années (un peu plus de 500 alors qu’il en faudrait 750 à 800). Faute de quoi, il faudra organiser autrement la maternité. En clair, les noyonnaises devront accoucher à Compiègne et seront suivies à Noyon.

Un an, c’est court. Mais le directeur de l’ARS m’a dit son espoir de sauver l’hôpital, à condition que les médecins noyonnais jouent le jeu, de même que les hospitaliers de Compiègne et de Noyon. Brigitte Duval va s’y employer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

proto 28/10/2010 14:23



La tache ne va pas etre facile:les medecins de Noyon n'ont jamais joué le jeu,les chirurgiens de Compiegne consultent à Noyon mais opèrent à Compiegne des interventions qui se pratiquaient il n'y
a pas si longtemps à Noyon, et le nombre d'accouchements diminue( ce n'est pas le départ du RMT qui va arranger les choses!) Comment dans ces conditions sauver la Mater et la Chir,mais cela ne
date pas d'aujourdhui. Une forte mobilisation de votre part pourrait peut être débloquer la situation.



DD 28/10/2010 11:01



Et vous dans ce dossier, que faites-vous pour sauver notre hôpital ?