Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 08:00

Cela, bien sûr, n’a pas été simple. Mais les deux sénateurs sortants y sont parvenus, et je m’en réjouis, comme la plupart des élus de droite ou indépendants du département. Philippe Marini et Alain Vasselle, dépassant chacun leurs intérêts personnels, ont en effet réussi à bâtir une liste d’union de la droite et du centre pour les élections sénatoriales du dimanche 25 septembre prochain.

La gauche était persuadée que cela était impossible et se frottait déjà les mains à l’idée de rafler le quatrième siège mis en jeu à partir de cette année. Les grands électeurs en décideront, mais je pense que la gauche devra se contenter du siège qu’André Vantomme avait conquis en 2001 et qu’Yves Rome vient de lui arracher.

Le PS voudrait faire de cette élection une élection politique. Il fera peu de réunions (5) et se contentera, dans les tracts qui sont en préparation, de taper sur le gouvernement et ses réformes.  

Pour avoir assisté aux deux premières réunions de la liste « l’Oise Unie », lundi à Tracy-le-Mont et hier soir à Compiègne, j’ai compris que ce n’est pas le message qu’attendent, sur le terrain, les élus sénatoriaux. Marini et Vasselle vont, au contraire, mener une campagne pas forcement très politique, mais de proximité (une vingtaine de réunions, plus de 300 communes visitées) et axée sur la défense des communes et des territoires de l’Oise.

A écouter les réactions de la salle, j’ai eu le sentiment que ce sont eux qui ont vu juste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

V. HIGIT 26/09/2011 09:10



        En ce lendemain d'élection, je relis ce message et avoue que vous en avez bien du mérite de croire en ce que vous écriviez.


        Devant ce qui se déroule sous nos yeux, guerre des chefs au plus haut niveau, peaux de bananes ou pruneaux perdus, sans parler des vacheries ou crocs de
boucher, laisser croire que l'avenir politique de la France passe obligatoirement par 2 partis ne serait-ce pas illusoire ?


        La grande majorité des Français ne sont ni partisans ni syndiqués et le jour viendra, bientôt, où ceux détenant le pouvoir de
gouverner aujourd'hui devront leur rendre des comptes. La France ne leur appartient pas !