Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 11:05

Après la cession à l’euro symbolique des 52 hectares du RMT, les avantages de la zone France, l’usage des bois donné à la CCPN, les huit millions d’euros mis sur la table, l’internat d’excellence et les classes préparatoires, l’Etat continue à aider massivement le noyonnais.

Cette fois, il ne s’agit pas, comme l’a écrit le Courrier Picard, de sauver l’ancien site de Balhsen que la CCPN a racheté mais pour laquelle elle est incapable, depuis, de trouver des repreneurs. Il s’agit d’aider à la construction, sur la friche militaire, d’un bâtiment de 5.000m² permettant d’accueillir des petites et moyennes entreprises spécialisées dans les techniques de construction durable.

Ce projet vient de recevoir le label Pôle d’excellence rurale et s’insère dans le dispositif visant à la revitalisation de l’ancien site du RMT.

Quatre entreprises se sont déjà déclarées intéressées à s’installer dans le nouveau bâtiment : l’entreprise noyonnaise Pro'Fil, Wblock, Bois&Futur, et Aexo-Games. Certaines entreprises, comme Pro’Fil, ont déjà déposé un dossier de demande d'aides auprès du FRED qui dépend du Ministère de la Défense.

Le projet s'appuie aussi sur un partenariat avec le pôle de compétitivité de l’UTC,  Industries et agro ressources.

Le bâtiment sera le pivot d’une pépinière d'entreprises sur l'éco-construction et les éco-industries. Le projet pourrait accueillir 150 emplois sur cinq ans.

Il coûtera près de 5 millions d’euros, pour lesquels l’Etat et l’Union européenne apporteront 1,5 millions d’euros dans le cadre du pôle d’excellence rurale. Le reste sera financé à parité par les collectivités locales et les entreprises.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

JJJ 15/04/2011 15:34



Monsieur Le Député,


c'est sympa et merci d'user de toute votre influence, auprès de l'Etat, en faveur des "cancres" de la classe, mais quand allez-vous plaider pour les bons élèves ?