Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 15:44

J’ai discuté longuement, ces derniers jours, avec des dirigeants et des élus socialistes du département pour comprendre les raisons qui avaient conduit le PS à choisir comme candidat aux législatives, dans ma circonscription, une femme à la place de l'ambitieux maire socialiste de Noyon qui en brule d’envie, ou du tranquille Joseph Sanguinette qui se laisserait bien faire.

Les raisons, en fait, sont multiples :

D’abord, il y a les concessions faites aux partenaires : une circo pour les écolos, celle de Senlis-Chantilly, et une circo pour les radicaux de gauche, celle de Compiègne-Crépy.

Restent cinq circonscriptions à pourvoir. Deux sont bloquées pour des hommes incontournables : Michel Françaix, seul député socialiste sortant, et Claude Gewerc à qui l’on ne peut rien refuser et qui convoite la circo détenue par le Ministre Edouard Courtial.

Restent trois circonscriptions. Trois, c’est justement le nombre de candidates que le PS doit présenter s’il ne veut pas se faire sanctionner financièrement au nom de la sacro-sainte parité.

Exit donc Deguise. Exit Sanguinette. La chanson est dite.

Mais il y a aussi une autre raison qui tient à la volonté de Martine Aubry de préparer la mise en place dès 2012 de la règle du non cumul des mandats. Présenter le maire socialiste de Noyon, c’est prendre le risque (si jamais il était élu) de le voir aussitôt abandonner son mandat de maire, son mandat de président de Communauté de communes, et son mandat de conseiller général. Trois postes qu’il cumule déjà et pour lesquels le PS n’a pas d’autres candidats crédibles sur le noyonnais.

Même chose avec Joseph Sanguinette : le voir élu se serait à coup sûr perdre le canton de Ressons-sur-Matz, ce que Rome ne veut pas.

Va donc pour une femme. Reste à la trouver.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Le Blaireau 27/11/2011 18:40


                                  
Quand l’injustice frappe Noyon !


 


 


 


Zut !


Pour une fois que l’on pouvait espérer voir s’éloigner le maire de Noyon, voilà que Gonnot annonce que le PS et peut être lui-même,
préféreraient une femme !


Soyons raisonnable tant au PS qu’à l’UMP, voudriez- vous vraiment rayer Noyon et sa communauté de la carte de France  en prolongeant l incompétence sur la ville et sur la Communauté de Communes.


Ainsi Noyon, depuis Charlemagne, est soumis à la malédiction, et certains voudraient prolonger cette calamité !


Après la poupée de Sarkozy, faudra t- il en créer une à l’effigie de P Deguise pour conjurer le sort ?


Après la maternité, de quelle catastrophe va à nouveau se trouvait frapper cette ville ?


Même au PS, il le relègue au second plan !