Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:30
DSC02361-copie-1

Ce vendredi, je suis allé à la rencontre des 20 salariés (17 CDI et 3 CDD) de l’entreprise Prodhag, à Passel, qui viennent d’apprendre la mise en liquidation de leur entreprise par le tribunal de commerce de Vienne (Isère).

Cette liquidation est, en fait, une honte et n’apportera pas le paradis au président du groupe. Celui-ci, dirige en effet cinq sociétés sur trois sites différents à travers la France. Toutes font le même métier : le broyage et le recyclage de résidus en plastique.

Vendredi dernier, le Président  a déposé au tribunal de commerce de Vienne les bilans des cinq sociétés. Lundi, le tribunal a lancé une procédure de sauvegarde pour quatre d’entre elles et prononcé, à la surprise des salariés de l’Oise, la liquidation de la cinquième, celle de Passel.

L’usine, pourtant tournait bien : pas d’incidents de paiement, des contrats en dents de scie mais réguliers (4.800 tonnes par an), un excédent d’exploitation en novembre et décembre. Rien n’expliquait la décision radicale prise pour la seule usine de Passel. Les salariés ont appris seulement ce vendredi que la liquidation avait, en fait, été demandée à la barre du tribunal par le président du groupe lui-même, dans l’espoir de sauver les deux autres sites.

Passel a été délibérément sacrifiée, sans même que les salariés de l’Oise n’ait été prévenus ! On comprend leur colère. Ils se battent maintenant pour trouver un repreneur d’ici le 8 janvier. Un concurrent serait intéressé. Une entreprise de Guiscard regarde aussi une éventuelle reprise. J’explore une troisième piste avec le directeur du site. A suivre… Mais en attendant, voilà un bien triste Noël pour vingt familles noyonnaises qui ne méritaient pas un tel traitement.

Au fait : l’entreprise a bénéficié d’aides de l’Ademe, de la région, du département et de la Communauté de communes pour s’installer à Passel. Vu la considération des dirigeants du groupe pour Passel, il ne serait que justice qu’on les oblige maintenant à rembourser l’argent public perçu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

achille 26/01/2010 11:43


oh la, je crois que vous n'etes pas au courant de tout dans cette affaire...
M le député se sert de cette fermeture pour se faire de la Pub.
cette femeture a permis de suaver d'autres emplois.
ce site marchait mal depuis pas mal de temps.


Gazette 23/12/2009 08:52


 Evidemment, parce que ce n'était pas la même chose, l'affaire des 225 licenciements abusifs chez CANDIA YOPLAIT à Ressons-sur-Matz en 2006, vient presque de trouver son terme (définitif
?). Et dans votre blog, pas question d'y revenir.
 La langue de "guimauve" ou "la plume de plomb",celles qui s'écrasent,  peuvent s'exprimer dans le blog d'un député du parti qui soutient le Président des Français : seul Lui et ceux
qui disent "amen" détiendraient et exprimeraient leur vérité. Les autres comme des moutons bêlants doivent suivre.

 La Justice vient de donner raison à des salariés menacés de licenciement chez Unilever au Meux. Les patrons de l'entreprise font appel du jugement : ainsi va notre France dans la Liberté,
l'Egalité et la Fraternité. Identité nationale ? Vous parlez, parlez, parlez quelquefois et souvent pour ne rien dire : au nom de la France AGISSEZ S.V.P. ! et les Français sauront
reconnaître ceux qui se battent pour eux et leurs enfants et non pas pour d'innommables magnats de la finance, apatrides qui régissent au quotidien les Peuples.

   Le parti du Président doit sortir de sa léthargie : les volontaires engagez-vous !


Le Blaireau 20/12/2009 09:36



Surprenant


Une année s’ est écoulée depuis que le groupe Continental a fermé les portes de l’ usine de Clairoix.


A cette époque, les salariés de l’ usine avait prié le député de les laisser gérer l’ affaire eux- mêmes.


Ces derniers, bien que trompés par un éventuel repreneur, se sont malgré tout pas si mal tirés d’ affaires, en percevant une indemnité
relativement correcte.


Souhaitons que les salariés de l’ usine de Passel, sous la houlette du député, puisse obtenir proportionnellement des indemnités sur
une base au moins égale à celle des salariés de chez Continental.


 


M Bocquet



Le Blaireau 20/12/2009 09:21



Monsieur le député bonjour,


Voici une excellente idée, demander le remboursement aux sociétés qui ont bénéficiées d’ aides publiques, le remboursement de
celles-ci.


Après l’ avoir suggérée, pourquoi ne pas la soumettre comme projet de proposition de loi à l’ assemblée nationale ?


M Bocquet



un militant 19/12/2009 13:20


il me semble que pour les aides, cela est de votre ressort de veiller à ce que cet entrepreneur rembourse l'argent qui lui a été donné.
Mais en fait, passé un certain temps, vous savez comme moi que ces subventions ne sont pas remboursables en cas de cessation d'activité.
Alors à vous de légiférer!!!!!