Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 12:22

Bien sûr, il y avait du monde dans la rue mardi dernier. Le gouvernement et la majorité ont écouté et entendu, en ouvrant le dialogue, notamment sur la pénibilité.
Cela dit, ce n’est pas la rue qui fait la loi, mais les députés. Toute la semaine nous avons siégé et débattu du projet de réforme des retraites.

Avant de parler du débat, je veux redire ici quelques évidences.

Cette réforme vise à répondre aux menaces qui pèsent sur notre régime de retraite par répartition. Aujourd’hui, une retraite sur 10 n’est pas financée ! En 2030, si rien n’est fait, ce sera une sur six ! Le déficit du régime général atteint 32 milliards d’euros. Sans réforme, ce sera 45 milliards d’€ en 2020 et 100 en 2050 !

La réforme vise aussi à répondre au défi démographique : en 50 ans, le temps passé à la retraite a été multiplié par deux et le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités a été divisé par deux ! Si rien n’est fait, en 2050, il y aura à peine plus d’un actif pour un retraité !

Le report de l’âge légal de retraite à 62 ans reste la solution la plus juste et la plus efficace. Nous sommes le seul pays d’Europe à avoir un âge légal de départ à 60 ans. Partout ailleurs, cet âge est fixé à 65 ans et certains pays envisagent de passer prochainement à 67 ans !

Ne pas toucher à l’âge légal revient à pénaliser le pouvoir d’achat des Français, que ce soit en augmentant les cotisations ou en baissant les pensions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Pousy 13/09/2010 01:03



Bien sur la réforme est inévitable…


 


Ont est même au pied du mur avec très peu de marge de manœuvre…


 


Cette reforme était à prévoir il y a deux ou trois décennies ou l’évolution démographique ne laissait aucun doute.


 


Tous ceux qui étaient aux manettes du pouvoir savait qu’au baby-boom ferait écho un papy-boom.


 


Il est regrettable que ceux qui était au pouvoir il y a deux ou trois décennies (droite ou gauche…) n’aient pas été à l’auteur de leurs
responsabilités.


 


Peu ont osé aborder le sujet… et personne n’a écouté ceux qui disaient vrai.


 


On ne peut que regretter le comportement de l’opposition qui a fait peu (ou pas?) de propositions constructives, à part calomnier Eric WOERTH, c’est à ce
demander ce que l'opposition a proposé de constructif…


 


Ce qui à élevé le débat au ras des pâquerettes… c’est lamentable.


 


Cette reforme “incontournable” pouvait cependant “être affiné”, consolidé par d’autres ressources qui ont à peine été évoqués, mais le choix de “tirer
sur l’ambulance” des socialistes n’a laissé place à aucun débat constructif.