Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 09:07

La dernière réunion du comité de site qui devait finaliser le contrat entre l’Etat et le Pays noyonnais, suite au départ du RMT, a été très décevante. Finalement, rien n’a été finalisé. Les négociations avancent à pas de tortue, et on peut se demander quand on en verra le bout.

La situation économique et sociale catastrophique du noyonnais n’a pas l’air d’inquiéter plus que cela le maire socialiste de Noyon qui fait trainer les choses et prend son temps…

Résumons : il est acquis maintenant, du côté de l’Etat, que les bois du RMT reviendront à l’ONF. L’Office les louera à la Communauté de communes à des conditions qui seront arrêtées quand on y verra plus clair sur les intentions des investisseurs soi-disant intéressés. La CCPN menace, de son côté, de traîner l’Etat en justice pour refus de céder les bois à l’euro symbolique…

A noter, et c’est une nouveauté : les maires du secteur ont demandé, pour la première fois, que la chasse soit interdite à l’avenir dans ces bois !

L’Etat accepte, d’autre part, l’idée d’un Fonds d’avance aux entreprises. Mais le Fonds va devoir être négocié avec la Région qui devra en être partenaire. L’Etat abondera le Fonds. Le Préfet va demander au Ministre de l’aménagement du territoireune rallonge de deux millions d’euros. On ignore combien le Pays noyonnais et la Région pourraient mettre au pot.

Les choses ne sont pas claires non plus sur l’engagement des collectivités. Le Conseil régional mettrait 4,5 millions d’euros sur la table. Mais le président ne veut pas que cela se sache et refuse de signer le contrat. L’engagement du Conseil général (absent de la réunion), à hauteur de 4,5 millions d’euros, reste également très flou.

Beaucoup de points sont donc en suspens et ne vont pas se résoudre du jour au lendemain. Il va y falloir quelques semaines (au mieux). Le contrat, quand il sera rédigé, partira ensuite au niveau national où il devra être approuvé, avant d’être signé officiellement à Noyon.

D’ici là, les cantonales seront passées et le printemps sera revenu… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires