Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 09:43

L’Oise et la Picardie s’organisent pour faire front contre le Val d’Oise, dans le débat public qui s’ouvre demain sur la nouvelle liaison ferroviaire entre Creil et la gare TGV de Roissy.

Un collectif des villes de Picardie compte déjà plusieurs communes (de droite et de gauche) de l’Oise, dont les villes de Creil, Montataire, Beauvais, Compiègne, Pont-Sainte-Maxence, Clermont, Noyon, Villers-Saint-Paul, Nogent-sur-Oise et Chantilly.

Un site internet va être prochainement ouvert, et une motion commune a été adoptée. Elle sera portée au débat public, dès la réunion d’ouverture à Amiens le jeudi 22 avril.

En voici le texte intégral :

 

LA CONTRIBUTION DES VILLES DE PICARDIE

« Saisie par Réseau Ferré de France, la Commission Nationale du Débat Public s’apprête à ouvrir le débat sur la création d’une nouvelle ligne ferroviaire reliant la ligne à grande vitesse qui dessert Roissy à la ligne  classique  Paris-Creil-Amiens.

« Grâce à une ligne nouvelle de quelques kilomètres, ce projet de maillage va créer un lien au nord de Roissy entre le réseau à grande vitesse (LGV d’interconnexion desservant Roissy) et le réseau classique (ligne Paris-Creil-Amiens).

« Cette liaison doit permettre l’accessibilité des villes de Picardie et de sa capitale régionale, Amiens, à la plate-forme aéroportuaire de Paris-Roissy Charles de Gaulle avec son interconnexion vers le réseau TGV national et européen (Londres-Bruxelles).

« Les voyageurs picards pourraient ainsi bénéficier des 130 destinations proposées au départ de la gare TGV : Strasbourg, Lyon, Marseille ou encore Bordeaux. Trois heures suffiront pour effectuer le trajet Amiens-Lyon.

« Elle permettra également d’assurer les liaisons directes domicile-travail entre les principales villes du sud de la Picardie et le pôle d’emplois de Roissy en réduisant les temps de parcours et les changements de trains pour les voyageurs.

« Plusieurs solutions sont étudiées, notamment la création d’une liaison directe entre la ligne Paris-Amiens et la ligne d’interconnexion des Lignes à Grande Vitesse au nord de Roissy.

« Le coût est estimé entre 244 et 359 millions d’euros – financement des études à hauteur de 16 millions d’euros au titre du Contrat de Projets Etat-Région Ile-de-France pour les projets de la liaison Picardie-Roissy et de la Ligne Grande Vitesse Paris-Amiens- Londres.

Les trois objectifs du projet :

1- Améliorer l’accessibilité de la Picardie à la grande vitesse ferroviaire en mettant en place des dessertes TGV directes entre Amiens, Creil et l’ensemble des villes concernées vers CDG TGV et au-delà vers l’est, le sud et l’ouest de la France.

« Les voyageurs éviteront un changement pénalisant à Paris et bénéficieront de gains de temps pouvant atteindre 30 à 40 minutes sur des trajets vers les grandes métropoles régionales.

2- Développer le transport ferroviaire à longue distance et préserver la capacité de la LGV Nord grâce à un nouveau débouché pour les trains aptes à la grande vitesse au nord de Roissy.

3- Renforcer l’attractivité du pôle multimodal de Roissy CDG avec des fréquences et un nombre de destinations accru, notamment vers le nord de l’Europe. La ligne nouvelle donne une alternative aux gares parisiennes pour l’accès du nord de l’Ile-de-France à la grande vitesse.

 Deux scénarios de services sont étudiés :

« Un scénario basé sur des services de trains à grande vitesse. Sept A/R par jour au minimum depuis Amiens avec un arrêt à Creil.  Temps de parcours : 55 minutes entre Amiens et Roissy et 15 minutes entre Creil et Roissy. Prévision de trafic : 1,6 millions de voyageurs par an

« Un autre scénario est basé sur des services de trains à grande vitesse et des services régionaux : trajet par trains régionaux entre Creil et Roissy (2 trains/h/sens) ou par TGV inter-secteurs avec origine et terminus à Creil. Temps de parcours : 20 minutes entre Creil et Roissy avec deux arrêts intermédiaires (un en Picardie et un en Ile-de-France). Prévision de trafic : 2,8 millions de voyageurs par an.

« Mise en service prévue : 2020.

Conclusions :

« Si on peut comprendre la position des élus du Val d’Oise, on ne peut pas considérer que les deux projets soient antinomiques ou alternatifs puisque le contrat de plan Etat région retient les 2 projets.

« En ce qui concerne les élus picards et compte tenu de l’enjeu pour l’ensemble de notre région, de nos trois départements, de nos intercommunalités et de nos villes, nous prenons clairement et solennellement position pour la création du barreau Roissy-Picardie. Son aboutissement est essentiel en termes d’aménagement du territoire sur les plans économiques, sociaux, touristiques dans une perspective d’aménagement durable du développement de notre région, privilégiant les transports ferroviaires sur la route ».   

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Régine ANITA 27/05/2010 13:24



Bonjour,


je lis avec attention vos propos et je m'arrête sur la question "transport" et ses projets louables quant  à la liaison Roissy...


Mais que dire de la SNCF et de la vétusté des motrices de trains, je dis bien motrices  et je ne parle pas de l'espace voyageurs. Savez-vous que ce trajet
Compiègne-Paris est un parcours du combattant, et ma fille en est témoin en le prenant tous les jours à 8 h 08 !


Retards incessants, grèves bien entendu.. et PANNES répétitives, laissant les usagers en plan dans un train bondé et à l'arrêt, tout récemment 4 HEURES d'arrêt pour
PANNE !!! . et je ne parle pas des 2 h par ci et 1 h par là dans les 2 sens, mettant en jeu le travail des uns, le parcours scolaire des autres.. etc.


Est-il normal de mettre en place de nouvelles lignes, sans se soucier de l'état catastrophique des motrices, il n'y a qu'à les voir. Parfois, une motrice en panne,
réparée REPART dans l'autre sens.. Inadmissible. Aucun dédommagement, aucun service pendant 4 heures pour vérifier si les voyageurs vont bien. J'espère que cela va changer.


Ceci n'est qu'un problème parmi tant d'autres.


Je vous remercie de l'attention que vous porterez à mon message,


et vous adresse mes meilleures salutations.


Régine ANITA


 



Caroline Cayeux 16/04/2010 16:17



 


En ce jeudi 15 avril 2010, jour d’ouverture du débat public sur le Projet Picardie-Roissy, Caroline Cayeux, présidente du
groupe « Envie de Picardie », et les élus du groupe « Envie de Picardie
», tiennent à réaffirmer leur soutien sans faille au projet de liaison ferroviaire « Picardie – Roissy » également appelé
projet de « barreau Creil – Roissy ».


 


 


Il s’agit d’un projet d’infrastructure d’une importance exceptionnelle, qui répondra à de nombreuses problématiques de transports et de désenclavement pour des
milliers de Picardes et de Picards.


Sur les 80 000 emplois que compte la plate-forme aéroportuaire de Paris-Roissy Charles de Gaulle, 15 000 sont en effet occupés par des Picards et ce nombre a vocation à poursuivre sa croissance à
l’avenir.


La réussite de ce débat public, et l’obtention de la déclaration d’utilité publique de ce projet, permettra de contribuer à doter la Picardie d’un réseau ferroviaire performant et moderne en la
reliant aux lignes à Grande vitesse françaises et européennes.


Elle permettra également d’assurer les liaisons directes domicile – travail entre les principales villes du Sud de la Picardie et le pôle d’emplois de Roissy en réduisant les temps de parcours et
les changements de trains pour les voyageurs.


Les liaisons Amiens-Roissy en 55 minutes et Creil-Roissy en 20 minutes deviendraient ainsi possibles. Plaçant ainsi la capitale
régionale à moins d’une heure de Roissy.


Ce projet est une chance pour la Picardie, pour l’avenir des Picardes et des Picards. Sa réussite contribuera au rayonnement de notre région et à son ouverture sur
l’Europe.


Les élus du groupe


 
« Envie de Picardie »

prennent cependant acte de la position d’élus du Val d’Oise opposés au projet.


Ils proposent donc qu’une délégation d’élus picards rencontrent au plus vite une délégation d’élus du Val d’Oise afin d’éviter que nos deux territoires ne
s’opposent sur ce dossier.


Cela dans un esprit constructif, en dehors de tout clivage partisan, guidé par le seul intérêt général des Picardes et des Picards et de la Picardie.


Caroline Cayeux


 


 
a d’ailleurs adressé un courrier en ce sens à M. Claude Gewerc, Président du Conseil régional de Picardie et
à M. Yanick Paternotte

, Député et Président de



Un picard 16/04/2010 10:12



Nous avons absolument besoin de cette liaison.



Simon 16/04/2010 10:11



Trés bonne initiative, Monsieur le Député.