Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 21:06

Je viens d’interpeller Bruno Lemaire, Ministre de l’agriculture, sur la proposition de la Commission européenne de réduire, dès l’année prochaine, les crédits du Programme européen d’aide aux plus démunis.

 Ce programme finance les associations d’aide alimentaire des pays de l’Union et notamment celles de l’Oise. Les réductions pourraient conduire à diminuer l’année prochaine de 23% environ la distribution alimentaire des Restos du Cœur de l’Oise et de 33% celle de la Banque alimentaire, ce qui serait catastrophique.

Rappelons que les Restos du Cœur ont eu, l’hiver dernier, 11.000 bénéficiaires dans notre département.

Les députés européens ont proposé, la semaine dernière, que la notion de « soutien aux plus démunis » soit incluse dorénavant dans la politique agricole commune, ce qui permettrait de sanctuariser le programme d’aide alimentaire.

Cette proposition devra être examinée par un prochain Conseil des Ministres européens et j’espère que Bruno Lemaire la défendra. C’est ce que je lui ai demandé de faire dans une question écrite déposée à l’Assemblée nationale.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

démocrate 02/08/2011 19:12



Monsieur le Député.


Je m'interroge toujours sur le nombre toujours croissant de personnes qui profitent des resto du coeur ou autres associations humanitaires.  Je sais et je suis conscient que beaucoup de
personnes sont en difficulté aujourd'hui en 2011 et qu'elles ont besoin d'aide.  Cela ne m'interdit pas de m'interroger sur ce nombre toujours croissant.  Sans vouloir offusquer
quiconque, Ya t'il des audits qui vérifient que les bénéficiaires de ces associations sont en réel, je dis bien réel, besoin, et que certains ne profitent pas de l'aide sans en avoir un réel
besoin.  La vie d'aujourd'hui est certainement différente du temps de ma jeunesse, mais je me rappelle aussi des difficultés que beaucoup avaient et qui les surmontaient sans la facilité
d'une aide extérieure.