Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 18:25

Coup de tonnerre ce matin ! Au cours d’une conférence de presse de Bouygues Immobilier, l’un des responsables du groupe a lâché : « je ne crois plus au canal Seine-Nord ». Il a mis en avant les tergiversations récentes de la part de plusieurs membres du gouvernement ou de représentants de collectivités locales, et le fait que, depuis les législatives, VNF traîne les pieds pour fixer toutes les règles du dialogue compétitif.

Ce responsable a donc annoncé, en conséquence, que Bouygues arrêtait les études préalables.

Rappelons que le groupe Bouygues et le groupe Vinci étaient censés remettre courant octobre leurs offres à VNF et au gouvernement pour la construction et la gestion du futur canal à grand gabarit.

Tout est malheureusement en train de se dérouler comme je l’avais expliqué pendant la campagne législative. Seine-Nord est en train de couler, pour faire plaisir à quelques écolos, les élus de gauche s’en moquent, et la Picardie va ainsi perdre, dans l’indifférence générale, son seul et dernier grand projet d’aménagement et de créations d’emplois.

Personnellement, je le redis, je ne laisserai pas faire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Le Blaireau 30/08/2012 11:13


Le journal le Figaro du 28/08/2012 et le blog de monsieur Gonnot signalent l’abandon du projet du canal Seine- Europe.


Déjà en Avril 2012 Sarkozy s’ était montré très sceptique à l’ égard de ce projet compte tenu de l’ aspect des finances du pays , et peut être avait- il pris conscience  que lancer un appel
d’ offre de cette importance avec deux candidats qui étaient à la fois juge et partie, c’ était courir de gros risques.


Tout ce qui est à regretter, ce sont les dépenses qui ont été faites dans ce projet et qui auraient pu être évitées et consacrées à la création d’emplois puisqu’ il s’agissait là du sujet « 
primordial ».


Inutile de revenir sur ce sujet fort discutable.


Sur ce point pas un élu local, à l’assemblée ou au gouvernement, n’est venu contrer les arguments qui avaient été émis contre cette propagande qui faisait croire à une manne pour la création
d’emplois !


Pas un élu n’avait osé soulever l’échec de la plate- forme de Soissons !


Pas un élu n’avait argumenté pour démontrer que l’exemple du développement industriel de Roye était dû, avant toute chose, au développement du réseau routier.


Alors que localement, on se bat pour le mirage du RMT après avoir laissé couler l’hôpital, la zone de l’emplacement de l’ancienne fonderie qui comporte plusieurs hectares, a été laissée à « 
l’abandon » pour être confiée à une entreprise qui emploie une seule personne.


Ce site délimité par deux routes, proche de la zone industrielle, bordée par les chemins de fer, avec une réfection de la voirie, n’aurait- il pas mérité un autre sort ?


 N’aurait- il pas permis l’implantation de petits industriels et par le même coup, la réduction du nombre des chômeurs sur Noyon qui en ce domaine détient un fleuron…


Gérer une ville de près de 15000 âmes avec près de 25% de chômeurs, ne consiste pas à offrir des transports gratuits, à installer des pots de fleurs, à faire du décorum et à festoyer, mais de
veiller à ce que les citoyens puissent se loger et travailler et non être à la charge de la collectivité.


L’idée d’avoir du pain et des jeux remonte à l’antiquité.


Il est des choix qu’il faut faire, investir sur des projets utopiques  de communautés d’agglomération sur plusieurs départements ou sur le rêve d’un cœur de Picardie n’ont jamais été la
preuve d’un grand réalisme économique.


Monsieur Gonnot, oubliez ce projet, et si vous souhaitez aider la communauté de communes du noyonnais, c’est sur la prolongation de la déviation de Ribécourt, sur le développement rapide de la
création des deux fois deux voies vers Roye et Chauny qu’il faut vous battre avec pugnacité.


Aussi pour cela, peut- être faut- il , pour vous comme pour  Carvalho, Deguise , Frau et autres comparses savoir oublier les étiquettes politiques, mais avant toute chose faire disparaitre
le carriérisme qui vous habite tous , mais là , c’ est une autre histoire et ce n’ est pas pour demain.


Diviser pour régner, reste votre maîtresse pensée !