Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 10:10

Comme je l’avais prévu, le gouvernement socialiste commence à mettre en place son argumentation pour éventuellement faire marche arrière sur le canal Seine-Nord Europe.

Frédéric Cuvillier, le Ministre des transports et des affaires maritimes, qui s’exprimait pour la première fois samedi sur le projet, s’est montré assez critique à propos du montage financier du projet sur France 3 Nord/Pas-de-Calais.

Il a développé deux arguments. Il s’est d’abord montré critique contre le montage en partenariat public-privé. "Nous sommes aujourd'hui dans le tour de table pour le financement d’un PPP avec une réalité d'impasse budgétaire de l'ordre de 2 à 2,5 milliards. Par ailleurs, je pense que dans cette situation économique et financière, partir systématiquement sur du PPP, qui fait le jeu des banques, n'est peut-être pas le mode de financement le mieux adapté", a-t-il déclaré.

Le Ministre a d’autre part estimé que les grands projets, que ce soit la liaison ferroviaire Lyon-Turin ou le Canal-Seine-Nord, "ne peuvent intervenir que s'il y a un bouclage européen du financement. Nous y sommes suspendus", a-t-il dit. La participation prévue de l'Union européenne au projet du canal est d'environ 330 millions d'euros.

C’est à l’automne, quand le gouvernement devra choisir entre les deux candidats déclarés à la construction, Bouygues  et Vinci, que l’on saura enfin la position définitive du gouvernement. C’est à ce moment-là, en effet, qu’il devra décider soit de démarrer le chantier, soit d’abandonner le projet en dédommageant les deux groupes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Pousy 26/06/2012 12:29


Faut-il comprendre que l’Etat préfère jeter par la fenêtre en dédommagement quelques milliards d’euros par la fenêtre (2, 3, 5 combien?) en dédommagement plus
tôt que de risquer (éventuellement, peut-être…) 2,5 milliards d’investissement supplémentaire?

Tout ça pour ne pas avouer qu’ils cèdent à la pression des écolos bobos…

Même s’il s’agit du projet le plus ambitieux aussi bien du point de vue économique, qu’écologique, qu’il y a eu depuis longtemps, puisqu’il ne faut pas oublier que plus containers sur les
péniches c’est aussi moins de camions (moins de transports longue distance) sur les routes.

Comme ils ne veulent pas céder sur les centrales nucléaires (ils en arrêteront “peut-être une… surtout pas plus, parce qu’ils ne peuvent pas), il faut bien qu’ils cèdent sur quelque chose quiet à
endetter l’avenir.

Plus aucun doute n’est permit, nous sommes gouvernés par des irresponsables qui ne savent pas ce qu’est l'intérêt général.