Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 08:00

Le calendrier de réalisation du canal à grand gabarit Seine-Nord vient d'être réactualisé. En clair, il vient d'être retardé, comme je l'avais annoncé ici le 1er juillet dernier. Certains conseils généraux d'Ile-de-France continuent, en effet, à traîner les pieds pour financer. Conséquence : le dialogue compétitif avec les deux groupes candidats à la construction du canal (Bouygues et Vinci) ne peut pas être lancé. Cela fait maintenant deux ans que le dossier est bloqué...

Le gouvernement s'est donné jusqu'à la fin du mois pour y voir clair et en tirer les conséquences. « Le dialogue compétitif sera lancé début 2011 », a précisé Jean-Louis Borloo. Du coup, c'est tout le calendrier de Seine-nord qui est retardé.

Si le dialogue est bien lancé début 2011, il se poursuivra jusqu'à la fin 2012 (il doit durer 21 mois). Le chantier serait alors lancé début 2013. Quatre années de travaux sont prévues. L'ouvrage pourrait donc être livré au cours de l'année 2016.

Toutes ces informations ont été données par Alain Gest, président de VNF, lors de l'assemblée générale de l'association Seine-Nord Europe réunie ce mercredi au Sénat par Philippe Marini.

Alain Gest a confirmé que les financements du canal étaient maintenant réunis à l'exception des participations des départements (150 millions d'euros sur 4,3 milliards).
Il a d'autre part redit que le choix de l'emplacement du port fluvial de Noyon sera fait au terme du dialogue compétitif, c'est-à-dire fin 2012 ou début 2013.

La construction des quatre ports de Noyon, Nesle, Péronne et Marquion coûtera 4 à 500 millions d'euros, dont 200 millions seront à la charge des collectivités territoriales.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Malik 14/10/2010 13:35



Ceux qui sont à la tête des ces département, s'intéressent-ils aux chômeurs de ces départements?


 


Quel explication donnent-ils à cette “non réponse”?


 


Ces départements sont-ils surendettés ou en faillite?