Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 11:31

PHOTO-MESLOT.jpg

A ne pas manquer ! Le gouvernement a choisi, pour réformer notre système de retraites, le débat et la concertation. Dans ce cadre, j’organise, avec l’UMP départementale, une réunion d’information et de débats, le jeudi 17 juin, à 20 heures 30, à la Maison de l'Europe, rue Saint-Lazare, à Compiègne.

Je l’animerai en présence de mon collègue Damien MESLOT, député UMP du Territoire de Belfort, conseiller régional de Franche-Comté, secrétaire national de l’UMP.

http://www.damienmeslot.fr/

http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/267327.asp

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Manuel 18/06/2010 08:00



Il est certain que la crise est un facteur aggravant… mais ce n’est qu’un paramètre parmi d’autres et qui toutes proportions gardés a probablement moins
d’effet que l’effet 35 heures (si on étale dans le temps).


De mon point de vue, dans votre argumentation vous donnés trop d'importance à la crise qui à bon dos pour beaucoup de choses et qui dans ce cas n’est qu’un
“facteur aggravant” pas autre chose.


Il me semble que l’élément le plus important est la démographie, c’est bien la le fond du problème… il y a eu un baby-boum, maintenant il y a un papy-boum et
ses effets… c’est bien la l’élément le plus important et qui lui était prévu et sur lequel il était possible d’agir il y a plus de vingt ans… mais pour des raisons électoralistes ceux qui étaient
au pouvoir à ce moment la ont choisi de laisser le bébé à d’autres…



LANVIN D. 17/06/2010 17:45



    Hier matin, le ministre E. WOERTH nous a annoncé la couleur.


Dans la journée, de tous les côtés, les positions des uns et des autres sont arrivées. Hier soir, le front commun CGT - CFDT s'est exprimé.


Ne pouvant participer à la réunion de ce soir organisée par le député F.M. GONNOT, ayant suivi hier et ce jour, les questions orales des élus nationaux posées au Gouvernement, j'ai noté
l'intervention du sénateur Vasselle qui félicitant E. WOERTH et le Gouvernement de l'action entreprise, demandait des détails ou des compléments d'information sur le développement de l'emploi des
"seniors", mais aussi sur la nécessité de faire converger les différents régimes.


   Comme simple citoyen, j'ai constaté et retenu par rapport à  ce que je comprends que l'objectif de supprimer à court/moyen terme le déficit du système de retraite
devrait être atteint et que le système par répartition pourrait être maintenu. C'est la priorité de l'opération.


   Les moyens retenus et les pistes choisies par le Gouvernements étant ce qu'ils sont, malgré les efforts de conviction de M. Woerth, peuvent être discutés.


   Ainsi, je pense que le seuil des 62 ans en 2018 est raisonnablement envisageable. Mais pourquoi ne pas débuter au 01.01.2011 à raison d'un trimestre supplémentaire par
an ?


Il est juste que celles et ceux ayant débuté avant 18 ans puissent s'arrêter, selon leur volonté, avant 62 et dès 58 ou 59 ans.


Mais le fait de décaler à 65 ans le seuil de liquidation des droits à la retraite pénalisera les salariés les moins favorisés


Pour la pénibilité, j'admettrai qu'un système transitoire existe par exemple jusqu'en 2018. Je préférerai que ce soit, durant l'activité, en toutes connaissances de cause et de conséquences, que
le salarié soit rétribuable par l'employeur par exemple sous forme d'abondement à un fond de placement.


 En ce qui concerne les nouvelles ressources, je considère que le rapport effectif des efforts demandés entre le faite et la base de la pyramide sociale, sera encore injuste. Même si ce
n'est pas anecdotique de demander 1% de plus  d'impots sur le revenu aux contribuables assujettis à la tranche supérieure de 40 %, hors bouclier fiscal, une décision plus symbolique devrait
être prise :


2% de plus pour les assujettis à la tranche de 40 % et 1 % de plus pour ceux de la tranche à 30 %.  Je ne pense pas que ce soient des "classes"
moyennes" et leur pouvoir d'achat ne sera pas handicapé. En contre-partie, l'Etat, reconnaissant, ne pourrait-il pas leur attribuer "l'ordre du SUPERCONTRIBUABLE"....à créer Monsieur GONNOT !



Pousy 17/06/2010 13:03



Vous avez dit catégorie “1” ?


Qu’est ce que la catégorie  “1” ?


 


A voir si vous voulez avoir un entr'aperçu du problème (qui a été inventé par notre camarade François Mitterrand et perfectionné pas ceux qui l’on
suivi):


 


Chomage : mensonge d'Etat



Albert 17/06/2010 11:22



Assurément le problème des retraites est un des dossiers “chauds” que le gouvernement doit traiter, ont peut sans doute, au moins lui reconnaître d’avoir le
courage de traiter ce dossier devenu urgent, tout simplement parce que “d’autres” ont préféré le reporter à plus tard…


 


Pendant trop longtemps ont a traité ce problème comme si la caisse des retraites était “un vase étanche” sauf à l’époque révolu ou cette caisse débordait… (à
vérifier, mais il me semble bien qu’a une certaine époque des fonds de ces caisses ont été utilisés pour financer autre chose…).


 


Il me semble qu’il serait peut-être judicieux de travailler à des solutions qui seraient en quelques sortes ”des vases communicants” (tenir compte des
paramètres positifs et négatifs qu’engendre un départ en retraite plus tard… pour en optimiser les effets).


 


Il semble évident que si les travailleurs partent en retraites plus tard, ils seront remplacés plus tard (et les chiffres du chômage galopent… = surcoût
chômage) et auront aussi plus de problèmes de santé (vu l'âge, il est certain que beaucoup de ceux qui travailleront plus tard, prendront aussi plus d'arrêts de travail ( = déficit de la sécu qui
monte…), ils ont sûrement plus d'expérience, mais sont certainement moins motivés (fin de carrière…).


Le dégât social que cause une trop longue et difficile entrée dans le monde du travail, voir fini par rendre “inapte au travail” un certain nombre de
“dépendants des aides sociales”, semble difficilement calculable mais et est pourtant bien réel.


 


En tenant compte de ces paramètres, il serait peut-être raisonnable d’imaginer des solutions qui permettraient à certains travailleurs (d’un certain âge…) de
transmettre leur savoir (à un chômeur qui ne le serait plus…) à un jeune de manière progressive… le futur retraité serait ainsi progressivement retraité, quand à l’arrivé du “jeune” il pourrait y
avoir un transfert de compétences qui lui serait favorable mais aussi bénéfique pour l’entreprise…


Reste à imaginer des connections entre le monde du travaille et les ASSEDID, ce qui n’est sûrement pas une affaire simple… mais les conseillers ANPE
déprimeraient peut-être moins s’ils dépensaient de l’énergie à faire que des chômeurs retrouvent du travail, plus tôt qu’a imaginer des solutions pour que les chômeurs ne figurent pas dans la
catégorie 1… (pour ne pas être comptabilisés dans le % des chômeurs).


 


Quand à l'allongement de la durée de vie, c’est très certainement un facteur non négligeable, qu’il était difficile de prévoir… tout autant que son évolution,
tous les spécialistes ne sont pas du même avis, il y a aussi ceux que l’on veut faite taire:


 


http://www.koreus.com/video/alerte-babylone