Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 06:52

Incroyable ! Le feuilleton socialiste pour trouver un candidat aux législatives dans la 6ème circonscription vient de connaitre un nouveau rebondissement !

On sait depuis près de trois mois maintenant que le PS de l’Oise ne veut à aucun prix de Patrick Deguise, le maire socialiste de Noyon.

Je ne sais pas ce que le mal-aimé du noyonnais a fait au PS, mais tout aura été mis en oeuvre pour l’écarter, au niveau départemental comme au niveau national.

Après qu’il ait été décidé, en novembre, sur la proposition d’Yves Rome, de désigner une femme, Patrick Deguise a déposé trois fois sa candidature, trois fois elle a été déclarée « irrecevable », au profit d’une femme.

Malgré le fait qu’il y ait, dans cette circonscription, plus de 60.000 femmes, aucune n’a finalement posé sa candidature, ce qui en dit long, au-delà des sondages, sur l’attraction réelle du PS sur l’électorat.

Faute de femme, et parce qu’il ne veut toujours pas de Deguise, le PS vient, semble-t-il, de trouver une autre solution : vendre (oui vendre !) la 6ème circonscription au MRC.

Bien sûr, personne ne connait le MRC, le pseudo parti politique de Jean-Pierre Chevènement. Mais on connait le prix de vente de la circo aux amis de Chevènement.

Celui-ci ayant retiré sa candidature à la présidentielle, le PS a décidé, en échange, de lui faire cadeau de quelques circonscriptions en France, dont la 6ème de l’Oise, afin qu’il puisse toucher, pendant cinq ans, l’argent public destiné au financement des partis politiques.

Le candidat PS aux législatives ne sera donc pas finalement ni femme, ni PS. Ce sera un candidat chevènementiste qui va débarquer on ne sait trop quand, dont on ne sait trop d’où, et qui fera campagne avec les soutiens du PS, des radicaux de gauche et des Verts.

Deguise, évidemment, est furieux. On le serait à moins. Il veut partir en dissident, parait-il. Je pense personnellement que c’est une excellente idée !

Plus il y aura de candidats à gauche au premier tour, plus il y a de chances qu’il n’en reste aucun au deuxième.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 06:18

L’effondrement partiel du réseau de distribution électrique de Compiègne, pendant quatre jours, m’a permis de soulever un vrai problème, auprès de Bruno Le Maire, le Ministre en charge de la ruralité.

L’article 71 de la loi sur le Grenelle de l’environnement dit que le financement, l’adaptation d’ouvrages existants, ainsi que la création de canalisations électriques n’est pas à la charge des communes urbaines. En clair, à Compiègne ou Noyon, c’est EDF ou la SER qui paient et qui sont responsables.

A contrario, les communes dites rurales, c’est-à-dire celles qui ont moins de 2.000 habitants, ont, elles, à leur charge l’ensemble des travaux : extension et éventuellement renforcement des réseaux suite à de nouvelles constructions.

Il s’agit là, à l’évidence, d’une nouvelle inégalité de traitement inexplicable à l’encontre des petites communes. L’Union des Maires de l’Oise s’est récemment saisie, à juste titre, de cette question.

Je viens, quant à moi, d’alerter le Ministre par une question écrite dans laquelle je dénonce ces nouvelles dispositions légales qui mettent des dépenses élevées à la charge de petites communes dotées de faibles budgets, alors que les communes les plus importantes en sont exonérées, malgré les moyens conséquents dont ils disposent.

De façon plus générale, il va falloir remettre à plat, je l’ai déjà dit ici, toutes les questions qui se posent aujourd’hui dans le monde rural. Pourquoi, les habitants des petites communes n’ont-ils pas droit aux mêmes services : je pense à la présence des services publics, à l’accès à internet et aux réseaux de téléphonie mobile, aux transports publics, à l’accès aux soins…

Ces questions devraient être au cœur des prochaines campagnes électorales.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 06:04

Depuis 2010, la majorité régionale a supprimé un grand nombre de politiques d'aides directes : énergie solaire, photovoltaïque, prime et aide à la création d'emplois, politique du logement modifiée, dispositifs de formation sabrés, fin de la surprime apprentissage… Ces suppressions de politiques ont considérablement ralenti le rythme de décaissement de la région et, par là-même, ses besoins financiers.

Malgré toutes ces suppressions de politiques, le stock de dette augmente toujours : la dette en capital du Conseil régional de Picardie, au 1er janvier 2012, s’élevait à 590 millions d'euros. 49 millions d’euros seront dépensés cette année rien que pour assumer le paiement annuel des intérêts de la dette régionale.

Ceci explique que Fitch, l’agence de notation de la Région, n’a toujours pas redressé la note financière de la région qui reste, depuis 2010, bloquée à AA-.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 06:55

En plein débat sur la réindustrialisation de la France, voilà que l’on apprend que Renault inaugure demain, au Maroc, sa nouvelle usine de Tanger, qui sera sa deuxième tête de pont pour développer sa gamme de véhicules "low cost" aux portes de l'Europe.

Rabat a déroulé le tapis rouge au groupe français, exonéré d'impôt sur les sociétés pendant cinq ans et de taxes d'exportation. L'Etat marocain a aussi mis à disposition les infrastructures (autoroute et rail) et financé un centre de formation pour le personnel.
L’Algérie rêve de faire de même. Alger mène des discussions avec Renault pour qu'il implante une usine dans le pays et a fait savoir récemment que les deux parties sont sur le point de signer un protocole d'accord.

Pour Renault, l'usine de Tanger est aussi d'un enjeu primordial. Le groupe y a investi un milliard d'euros, sur un terrain de 300 hectares à 30 kms du nouveau port de Tanger Med et à quelques encablures des côtes espagnoles.

Dans un premier temps, entre 150.000 et 170.000 véhicules seront produits chaque année sur une ligne de montage, avec trois équipes se relayant. Une seconde ligne est prévue à partir de 2013 pour faire monter la production annuelle à 340.000 unités, voire à 400.000 en travaillant des week-ends. Cela en ferait, en termes de capacité, l'équivalent des sites de Flins (Yvelines) ou de Douai (Nord) en France.

Le premier modèle à sortir des lignes sera le "Lodgy", un monospace de 5 à 7 places. Il sera commercialisé au printemps sous la marque Dacia en Europe et dans le pourtour méditerranéen, et sous celle de Renault ailleurs. Suivront un petit utilitaire, puis un troisième modèle encore tenu secret.

Rappelons que Renault est, des deux groupes automobiles français, celui qui a le plus délocalisé ses productions depuis dix ans, et apparemment cette stratégie de destructions d’emplois en France va s’amplifier.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 06:25

Longtemps perçu comme un levier de développement économique, le TGV semble aujourd’hui en perte de vitesse. 30 ans après l’ouverture de la première ligne, de nombreux éléments remettent en cause à la fois la pérennité du modèle de financement des lignes à grande vitesse et la rentabilité des TGV : état du réseau, montant des péages, rôle économique des collectivités, de l’Etat, éventuelle suppression de dessertes, etc.

C’est pourquoi j’ai souhaité qu’Avenir-Transports, dont je suis le président, organise cette année son colloque sur ce thème : « Le modèle économique du TGV 30 ans après : viabilité et perspectives ».

Comme l’année dernière, j’organise cette manifestation avec Bernard Soulage, secrétaire national du PS en charge des transports, qui préside aussi l’association « Villes et Régions européennes de la Grande Vitesse ».

Le colloque aura lieu le mardi le 14 février prochain, de 15 à 18 heures 30, à la Maison de la Chimie à Paris.

Guillaume Pépy, président de la SNCF, Hubert du Mesnil, président de RFF, Alain Rousset, président de l’Association des Régions de France, participeront au colloque qui sera conclu par Thierry Mariani, Secrétaire d’Etat chargé des Transports.

 Pour s’inscrire : contactez Staut & Associés au 01.43.80.62.26 ou cliquez sur : colloque.at.vregv@stautassocies.fr

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 07:35

Je viens de déposer à l’Assemblée une question écrite à l’attention du Secrétaire d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des PME, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation sur le projet de loi renforçant les droits, la protection et l’information des consommateurs.

Le Fonds monétaire international a déploré, fin janvier, le retard pris par ce texte qu’il estime bénéfique pour la concurrence dans les services. Le FMI relève notamment les avancées que permet le projet de loi en matière de commerce, d’énergie, de télécommunications et de logement.

Le projet a été adopté, en juin 2011 par le Conseil des ministres. Il n’a toujours pas été débattu en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, ce qui lui laisse des chances réduites d’être adopté avant la fin de la législature. Or, il est regrettable qu’un texte qui fait significativement évoluer les droits des consommateurs et dynamise la concurrence dans de nombreux secteurs ne puisse arriver au terme de la procédure législative.

C’est pourquoi, je viens de demander à Frédéric Lefebvre de m’indiquer les mesures qu’il va prendre pour faire aboutir rapidement les principales dispositions de ce texte.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 08:22

L’Etat, qui mobilise tous ses moyens pour le noyonnais, a tenu parole. Le Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (le PSIG) de Noyon existe officiellement depuis le 1er février.

Les premières dotations en matériel ont été faites, le choix des gendarmes est en cours. Restent à régler les questions de logement, ce qui se fera entre la brigade territoriale et la gendarmerie mobile de Noyon.

Avec la nomination effective des premiers gendarmes, le Peloton sera opérationnel le 1er septembre prochain.

Cette unité de terrain aura pour terrain de chasse les trois cantons du noyonnais et une partie du canton de Ribécourt. Cela libèrera d’autant les hommes du PSIG de La Croix Saint-Ouen qui verront leurs missions renforcées sur le compiègnois.

La Sainte Geneviève des gendarmes de l’Oise à laquelle j’ai assisté vendredi, à Saint-Léger-aux-Bois, a également permis de faire connaissance avec les deux Gardes républicains qui viennent d’arriver à Compiègne pour renforcer le Poste à cheval.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 06:11

La Chambre régionale des comptes de Picardie fermera le 2 avril. La décision va être prochainement prise par un décret pris à la demande du très socialiste Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes. La réforme, initiée par son prédécesseur, Philippe Séguin, est mise en œuvre par un Migaud qui n’a aucun état d’âme sur les restructurations.

Sept chambres métropolitaines sur 22 (soit une sur trois), a-t-il décidé, vont disparaître et seront rattachées, à partir du 2 avril et au plus tard en 2014, à d’autres Chambres régionales. Celle d’Amiens fermera parmi les premières et sera rattachée à celle de Lille.

201 personnes sont directement concernées par ces regroupements, dont 56 magistrats, 59 assistants de vérification et 86 agents administratifs. Le Syndicat des juridictions financières (SJF) a protesté contre cette réforme auprès de Didier Migaud.

On peut se poser la question de savoir, au moment où la décentralisation va se poursuivre et au moment où l’on donne de plus en plus de pouvoirs aux élus locaux, s’il n’est pas paradoxal de supprimer ou d’affaiblir  les seules instances judicaires qui contrôlent leur gestion et sanctionnent leurs gaspillages.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 17:25

Plus les jours passent, plus il semble évident que le PS persiste à vouloir présenter une femme aux législatives des 10 et 17 juin dans la 6ème circonscription de l’Oise.

Certaines informations sorties de la Fédération de l’Oise disent que les choses seront réglées vers le 15 février. Le suspense ne sera plus très long.

Cette histoire en tout cas m’aura bien fait rire, et, une fois de plus, vient confirmer la règle qu’une élection est toujours pleine de surprises.

On attendait le maire de Noyon ? Le PS l’écarte et impose une femme. On se demande, bien sûr, pourquoi ? Très vite, il apparaît, en effet, qu’ils n’en ont aucune sous la main. Deguise insiste ? Le PS s’entête et, par trois fois, repousse la candidature du mal aimé du noyonnais.

Soyons très clair, ceci fait l’affaire du coco de Thourotte qui, parait-il, n’en revient pas que Rome ait réussi à tenir sa promesse de lui laisser la voie libre pour la primaire à gauche.

Cela me convient aussi tout à fait. Un deuxième tour avec le coco de Thourotte est un scénario qui me convient, surtout cette fois-ci. On comprendra bientôt pourquoi.

Donc, bienvenue, Madame, et que la partie commence…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 17:48

J’ai passé une partie du week-end à éplucher les 60 propositions de François Hollande. J’y ai trouvé beaucoup de mesures qui feront plaisir à l’électorat de gauche traditionnel, mais je n’y ai trouvé aucune réforme de structure, aucune stratégie de long terme. Rien sur la dette, rien sur la compétitivité et l’emploi, rien sur le « made in France », rien sur l’augmentation du pouvoir d’achat.

François Hollande visiblement à chercher à éluder les sujets difficiles et à reporter les décisions courageuses.

La France doit dégager un minimum de 100 milliards € d’économies, selon la Cour des Comptes, pour revenir à l’équilibre budgétaire en fin de mandat, comme s’y engage François Hollande. Or, il propose, avec son projet, de 20 à 30 milliards de dépenses nouvelles et de 30 à 50 milliards d’impôts supplémentaires. Il manque en gros 80 milliards d’euros pour boucler le projet de François Hollande.

Il compte, en fait, sur la croissance pour trouver cette somme. Or, nous traversons une crise mondiale qui ne nous permet pas de parier sur une hypothétique croissance et rien, dans le projet socialiste, ne permettra de doper l’économie.

Autre faiblesse du projet de François Hollande, on y retrouve beaucoup des vieilles recettes socialistes dont on sait maintenant qu’elles ne marchent pas : retour à la retraite à 60 ans, retour strict aux 35 heures, retour aux emplois-jeunes, augmentation des impôts et endettement au fil de l’eau… On ne peut pas régler les problèmes de 2012 avec les recettes de 1997.

Le projet de François Hollande pêche encore par le matraquage programmé des classes moyennes. Il explique ainsi qu’il va supprimer 29 milliards de niches fiscales… Mais il ne dit pas lesquelles. Les dons aux associations ? La demi-part accordée aux personnes élevant seules un enfant ? Les déductions pour les emplois à domicile ?

Il explique qu’il va fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG. Cela semble inoffensif, mais il faut savoir ce que cela signifie concrètement la suppression du quotient familial et du quotient conjugal.

Il prétend viser les riches, mais il supprime l’exonération des heures supplémentaires. Plus de 9 millions d’ouvriers, d’employés, de salariés profitent de ce dispositif. Ce ne sont pas des « riches » !

La dernière faiblesse du projet de François Hollande, c’est que beaucoup de mesures n’auront aucun effet positif sur la vie de nos concitoyens. Il veut créer 150.000 emplois jeunes, or la France ne peut plus se permettre de tels dispositifs qui, de plus, ne sont pas à la hauteur du drame du chômage.

Il veut recréer 60.000 postes sur cinq ans dans l’Education nationale, c’est 12.000 postes de plus par an. Cela coûtera 7,5 milliards €, et comment l’expliquer alors que les effectifs scolaires baissent et qu’un enseignant sur dix ne voit jamais un élève !

Sur la sécurité, François Hollande promet le recrutement de 500 personnes par an dans la police et la gendarmerie, soit cinq policiers et/ou gendarmes en plus par département… Qui peut croire que cela va faire reculer la délinquance ?

Sur l’énergie, François Hollande veut passer de 75% à 50% d’électricité produite par le nucléaire. Cela se traduirait par le plus grand plan social de l’histoire de France (400.000 emplois menacés), et par une augmentation de 30 à 50% de la facture d’électricité.

Etc, etc… Comme on le voit, François Hollande est encore loin d’avoir démontré qu’il a compris le monde nouveau dans lequel la crise nous a fait entrer.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article