Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 18:11

En période de crise, comment garder nos emplois alors que le coût du travail en France est beaucoup plus élevé que chez nos concurrents ? C’est la question à laquelle répond l’idée de ce que l’on appelle aujourd’hui la TVA sociale et qui, en fait, n’est pas une TVA et n’a rien de social. L’idée est plutôt de créer une nouvelle recette fiscale anti-délocalisation, destinée à sauver nos emplois et à réindustrialiser la France.

Pourquoi le coût du travail est-il si élevé dans notre pays ? Parce que, comme l’a expliqué Nicolas Sarkozy, le financement de notre protection sociale repose trop sur les richesses créées par le travail, alors que le système de protection sociale profite à tout le monde, travailleurs comme inactifs.

Pour gagner la bataille de l’emploi, l’idée est désormais d’inverser cette tendance en transférant une part des cotisations sociales patronales et/ou salariales qui financent la protection sociale vers de la fiscalité anti-délocalisation.

Cela allègera le coût du travail et facilitera donc l’emploi. Cela renforcera la contribution des produits importés au financement de notre protection sociale. Cela rééquilibrera le financement de notre système de protection sociale.

Le PS tente ce semer la panique autour de cette idée qui a pour seul défaut de ne pas être sortie de la tête d’un penseur socialiste. Rappelons simplement qu’un point de TVA en plus représente une augmentation de moins de 1 € dans un caddie de 100 € pour une baisse des charges sociales de 8 milliards € !

Les partenaires sociaux et le gouvernement vont se réunir à ce sujet, à partir du 18 janvier, à l’initiative de Nicolas Sarkozy. Hausse de la TVA et/ou de la CSG, baisse des charges patronales et/ou salariales… A eux de trouver la bonne équation, c’est-à-dire celle qui sera la moins douloureuse possible pour les consommateurs et la plus efficace possible pour relancer l’activité économique.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 07:00

COUV-COLLOQUE-2.jpg

J’organise, le mardi 17 janvier, à la Maison de la chimie à Paris, la 9ème édition de mon colloque annuel sur l’énergie. J’ai décidé de le consacrer cette année à certains thèmes très chauds de l’actualité.

Après l’accident de Fukushima et avec l’approche de l’élection présidentielle, les Français voient, en effet, le bouquet énergétique du pays voler en éclats. Le colloque permettra de voir comment les acteurs importants du secteur apprécient les enjeux et les conséquences dans les changements qui se préparent ou que l’on nous annonce.

Le colloque sera organisé en deux temps. Une matinée plus « politique » sur l’évolution du bouquet énergétique de la France, et un après-midi plus « industriel » sur la place des énergies renouvelables.

Chaque demi-journée sera articulée autour de trois tables rondes. Le matin, une première table ronde regardera la place et l’avenir du nucléaire et les conséquences concrètes que cela aura dans la vie quotidienne des Français. Une deuxième essaiera de comprendre où nous en sommes en matière d’efficacité énergétique. Une troisième se demandera si les hydrocarbures de schiste ont encore un avenir en France.

L’après-midi, la première table ronde fera le point sur le renouvellement des concessions hydrauliques. La deuxième sera consacrée à l’avenir du solaire, neuf mois après une nouvelle régulation. La troisième s’interrogera sur la place de l’éolien offshore et de l’énergie marine dans le bouquet énergétique de demain.

Tous ces points méritaient, en effet, un large échange entre les acteurs du secteur, les parlementaires et les responsables de l’administration.

Le colloque est placé sous le haut patronage de Günther H. Oettinger, Commissaire européen chargé de l’énergie, et de François Fillon, Premier ministre. Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, et Eric Besson, Ministre chargé de l’industrie et de l’énergie, interviendront au cours de la journée.

Tous les lecteurs de ce blog qui souhaiteraient assister à ce colloque pourront le faire en contactant mon secrétariat au 03.44.09.12.19.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 06:02

Les choses se précisent pour les investitures UMP aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012. La Commission nationale d’investitures se réunira pour le département de l’Oise le mercredi 11 janvier. Elle entendra les candidats, les responsables et les élus du département.

Une Convention nationale se tiendra à Paris, le 28 janvier, pour faire entériner par les militants les décisions prises par la Commission nationale.

Entre temps, les militants du Mouvement Populaire voteront dans chaque département, entre le 14 et le 26 janvier, pour adopter le projet de l’UMP pour la présidentielle et pour les législatives.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 18:11

J’adresse mes vœux très sincères pour 2012 aux lecteurs de ce blog. Nous partagerons ici tout au long de cette nouvelle année, l’actualité passionnante qui nous attend, que ce soit au niveau national ou au niveau de cette belle circonscription de l’Oise.

A mes électeurs, aux élus, à mes amis et aux militants de l’UMP, je présenterai des vœux plus personnels au cours d’une galette des rois qui aura lieu le jeudi 12 janvier, de 18 h 30 à 20 h 30, aux salles Saint-Nicolas de Compiègne.

Pour y participer, merci d’appeler mon secrétariat au 03.44.09.12.19.

 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 11:39

 blog-2.jpg

 

 Je vous souhaite à tous un joyeux Noël en famille et de bonnes fêtes de fin d'année.

Ce blog reviendra avec les premiers jours de janvier. A trés bientôt.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 08:00

Jeannette Bougrab  a récemment déclaré, et elle sait de quoi elle parle : « je ne connais pas d’islamistes modérés… ». Elle évoquait bien sûr les résultats des élections qui ont eu lieu en Tunisie, au Maroc et en Egypte et qui ont conduit partout à l’arrivée des islamistes au pouvoir.

Cela lui a valu, parait-il, un sévère rappel en ordre de Matignon qui n’aurait pas apprécié que l’on remettre ainsi en cause le soutien de la France au Printemps arabe.

Pourtant,  elle n’a pas tort, la Secrétaire d’Etat à la jeunesse ! Elle n’a pas tort de s’interroger sur le fait les peuples arabes qui ont fait leur révolution et chassé leurs dictateurs risquent très vite de découvrir que les islamistes au pouvoir ont une conception un peu particulière de la liberté et de la démocratie auxquelles les révolutionnaires pouvaient aspirer.

La France, et l’Occident qui ont tant participé aux Printemps arabes ne s’attendaient pas non plus à ce que les extrémistes s’emparent aussi vite de toutes les capitales autour de la Méditerranée.  

Pire, nous avons tous le sentiment aujourd’hui que si, malheureusement, en Libye, en Syrie ou ailleurs, des élections libres devaient avoir lieu bientôt elles conduiraient aux mêmes résultats…

Je ne suis pas sûr que pour nous, européens, cela signifie pour l’avenir plus de paix et de stabilité.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 17:02

Eric de Valroger, conseiller général de Compiègne-nord, m’envoie un compte-rendu de la dernière commission permanente du Conseil général de l’Oise qui s’est tenue le 12 décembre. J’y ai glané quelques infos intéressantes ou inédites :

- Pour assurer ses besoins de financement à court terme, le département a procédé à une consultation bancaire pour financer une ligne de trésorerie d’un montant de 70 M€. Sur neuf établissements bancaires mis en concurrence, seul trois ont répondu favorablement (la Caisse d’Epargne, Dexia et la Société Générale). Le nombre restreint de réponses témoigne de la vraie crise de confiance des banques vis-à-vis de la gestion du Conseil général.

- Concernant les travaux sur la RD 1032, qui assure la liaison entre Ribécourt et Noyon, des difficultés ont été rencontrées sur le plan géotechnique. La société Bouygues qui assure le chantier a demandé une rallonge de 161.702,40 € HT.

- Le Conseil général a décidé, à compter du 1er janvier, de se désengager dans la politique d’aide au logement tant pour le parc public que pour le parc privé. Par exemple, le departement n’attribuera plus d’aides publiques en faveur de la construction, de l’acquisition, de la réhabilitation et de la démolition des logements locatifs sociaux et des logements-foyers, de la location-accession, de la création et de l’amélioration de places d’hébergement. Il n’attribuera plus non plus de subventions de l’ANAH pour la réalisation de travaux ou de prestations d‘ingénierie.

- Compte tenu de ses difficultés budgétaires, l’Assemblée départementale a différé la création de plusieurs espaces accueil parents-enfants initialement prévus à Noyon, Compiègne, Montataire et Beauvais.

- Le Conseil général vient de créer 24 postes de « visiteurs de convivialité » ( !). Ces personnes seront recrutées dans le cadre de contrats aidés pour rendre visite aux personnes âgées.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 17:43

On l’a échappé belle avec Jack Lang ! Imaginez qu’il nous l’ait mis dans la 6ème  circonscription de l’Oise ! Après tout pourquoi pas ?

Jack Lang a fait sa carrière parlementaire un peu partout en France. C’est un élu tout terrain. Malgré son air bobo, parisien et bien bourge, le PS a réussi à le faire élire dans des coins aussi différents que la région parisienne, puis Blois, puis le Pas-de-Calais. On se demande comment.

Maintenant les ch’tis, comme les autres avant eux, n’en veulent plus. Ils ne le voyaient jamais, parait-il.

Vu la détresse des socialistes à trouver un candidat ou une candidate (on ne sait plus très bien) dans ma circonscription, Jack Lang aurait donc tout à fait pu se poser dans l’Oise après tout. Le trajet Compiègne-Place des Vosges est quand même plus facile à faire, même une fois par mois, que le trajet pour Abbeville…

Moi, franchement, cela m’aurait plutôt fait rire une campagne contre Lang. Je pense qu’il aurait fait merveille sur le marché franc de Noyon ou à la sortie de Saint-Gobain à Thourotte. Mais, non, tant pis ! Finalement il va, semble-t-il, se faire parachuter dans la Somme, dans le coin d’Abbeville pour un dernier mandat.

Les Picards de la Baie de Somme et les Amiénois n’ont pas fini de s’en remettre.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 10:01

La majorité de gauche du Sénat vient de voter une proposition de loi visant à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux étrangers hors Union Européenne aux élections locales.

Ce texte est un véritable scandale et une énorme provocation. Personnellement, et je le redis ici, je suis contre le droit de vote et l’éligibilité des étrangers et d’accord avec Nicolas Sarkozy quand il déclarait, le 23 novembre : « Je crois depuis longtemps que le droit de voter et le droit d'être élu dans nos territoires doit demeurer un droit attaché à la nationalité française, étendu pour les élections municipales et européennes aux citoyens européens qui partagent avec nous une communauté de destin. »

En France, le droit de voter et d’être élu a toujours été indissociable de la citoyenneté. Si un étranger veut pouvoir voter, il doit demander sa naturalisation. Il en va de même d’ailleurs dans tous les pays d’Afrique et du Maghreb.

Les étrangers sont les premiers à souscrire à cette philosophie. La première motivation des personnes qui demandent à devenir Français est d’acquérir le droit de vote ! A l’inverse, séparer droit de vote et citoyenneté, c’est vider la citoyenneté d’une partie de sa substance.

Le PS nous rétorque que les membres de l’Union Européenne peuvent voter aux élections locales. C’est vrai, mais pour deux raisons que le PS passe sous silence. D’abord il y a une citoyenneté européenne qui justifie un droit de vote des Européens. Ensuite, il y a un principe de réciprocité : un citoyen allemand peut voter aux élections municipales en France et un citoyen Français peut lui aussi voter aux élections municipales en Allemagne.

Ces conditions ne sont pas réunies dans le texte du PS qui prévoit d’accorder le droit de voter et d’être élu sans citoyenneté ni exigence de réciprocité.

Le PS nous dit aussi que lorsqu’on paye des impôts locaux, on doit pouvoir voter aux élections locales. Ce n’est pourtant pas parce que l’on paye des impôts que l’on doit pouvoir voter. Le droit de vote ne s’achète pas. Cette forme de suffrage, le suffrage censitaire, a été supprimée en 1848 !

Si l’on suit le raisonnement du PS jusqu’au bout, pourquoi ne pas autoriser le droit de vote et d’éligibilité aux élections nationales aux étrangers qui payent aussi des impôts nationaux ? A l’inverse, cela voudrait-il dire que lorsqu’on ne paie pas d’impôts, on n’a pas le droit de voter ?

La vérité est que le PS, sous l’influence de ses alliés écolos, multiplie les propositions qui vont à l’encontre des symboles de notre République et des fondements de notre indépendance :

-        droit de vote pour les étrangers,

-        remises en cause des défilés du 14 juillet et du 11 novembre par Eva Joly mollement contestées par les socialistes,

-        sabordage de notre indépendance énergétique avec la sortie du nucléaire,

-        renoncement à notre siège et à notre droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU…

Les socialistes d’aujourd’hui sont prêts à n’importe quoi pour accéder au pouvoir, même à vendre leur âme…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 09:53

Le Parti socialiste, c’est très clair, ne veut pas de Deguise, le maire de Noyon, pour les législatives. Déjà trop cumulard, et comme le disait ce matin le secrétaire du PS aux élections dans le Courrier Picard : « on ne peut pas d’un côté voter un projet de loi contre le  cumul des mandats et, de l’autre côté, avoir des élus qui cumulent ».

Le maire de Noyon, humilié, ridiculisé par ses amis, fait des pieds et des mains pour satisfaire son ambition. Qui sait, peut-être y arrivera-t-il, ou devra-t-il laisser la route au coco de Thourotte ?

En attendant, j’ai trouvé, ou plutôt j’aurais pu trouver, dans le journal du parti socialiste et dans Libération, la petite annonce suivante :

« Parti pol. ch. femme 18-45 ans, libre de suite, pour cand. élec. légis. 6ème circo. de l’Oise. CDD 6 mois. Frais campagne non pris en charge, mais remboursés dans un an. Logt fonction offert à Noyon. Débutante s’abst. Caract. trempé recommandé, très dispo, accord conjoint souhaité. La postulante devra battre communiste stalinien très agressif au premier tour, et dép. ump bien implanté au 2ème. Ecrire au journal sous réf. 2012, ou tél : 01.45.56.77.00, aux h. de bureaux, demandez Martine ».

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article