Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 10:28

La question n’est pas de savoir si l’on est pour ou contre une télévision régionale, comme le demandait récemment la presse régionale, mais plutôt de savoir s’il est normal qu’en pleine crise économique les socialistes gaspillent, au Conseil régional de Picardie et dans les Conseils généraux, des millions d’euros pour créer une nouvelle chaine de télévision dédiée à leur propagande.

Je pense qu’en à moi que ce serait proprement scandaleux. Les conseillers régionaux UMP défendent la même position :  « Au moment où la Picardie vit une récession économique, où le chômage continue d’augmenter et où une grande majorité des élus locaux se bat pour sauver un vrai projet économique porteur d’avenir, à savoir le Canal Seine-Nord, l’idée de participer à la création d’une télévision régionale d’initiative privée, et d’engager ainsi plusieurs millions d’euros d’argent public en dépenses de communication, est tout simplement choquante, écrivent-ils dans un communiqué récent.

« A l’heure actuelle, la Picardie a certainement besoin de plus d’emplois, de davantage de formation mais certainement pas d’une deuxième chaîne de télévision régionale.

Les élus UMP font remarquer qu’il est d’autant plus « déplacé que les moteurs du projet que sont la région et le département de l’Oise vont demander aux Conseils généraux de la Somme et de l’Aisne de participer financièrement à cette opération au moment même où l’explosion des dépenses sociales et de solidarité oblige ces deux départements à baisser significativement leurs investissements... En Picardie, toutes les collectivités ne semblent pas vraiment vivre dans le même monde…

« Alors que le groupe France Télévision engage un important plan social et en dépit duquel les équipes de France3 Picardie font déjà vivre une télévision régionale à la programmation diversifiée et pluraliste, Les élus UMP demandent au Président du Conseil régional« d'arrêter les discussions en cours, considérant que le projet Picardie TV n’est pas un investissement d’avenir et que son modèle économique doit strictement relever de l’initiative privée ».

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 09:21

François Fillon 17 10 Catenoy302676 10151214211182859 564234275 n

Pour un succès, ce fut un triomphe.

600 à 700 personnes (même selon la presse de gauche !) ont répondu à l’invitation des supporters de François Fillon mercredi dernier à Catenoy, dans l’Oise.

L’ancien Premier Ministre a dressé le premier bilan de François Hollande, et esquissé ce que pourrait être les bases d’un projet de reconquête pour 2017.

« La bataille pour la présidence de l’UMP est une première étape, a expliqué François Fillon, il y aura ensuite les élections locales de 2014 et 2015 ».

A propos de l’élection du Président du Mouvement le dimanche 18 novembre, notons qu’il y aura deux bureaux de vote dans la 6ème circonscription.

L’un à la salle annexe n° 4 de la mairie de Compiègne.

L’autre à la permanence UMP de Noyon, au 44 boulevard Carnot.

Les deux bureaux seront ouverts de 9 à 18 heures.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 09:26

Caroline Cayeux, Maire de Beauvais et Sénatrice, vient de m’envoyer la lettre suivante suite à l’article publié sur ce blog et concernant le projet de nouvelle ligne TGV Paris-Londres :

« Cher François-Michel,

« Notre mobilisation est bien loin de se donner pour ambition de diviser les territoires, l’action que j’ai initiée en partenariat avec le monde économique via la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Oise a vocation à soutenir le choix d’Amiens plutôt que celui de Rouen dans la définition d’un tracé pour la ligne à Grand Vitesse destinée à rapprocher Paris de Londres.

« Le positionnement du conseil d’administration de RFF le 5 avril dernier, qui a validé le principe de la création d’un « hub » pour le nord-ouest parisien nous autorise à envisager la possibilité d’un tracé qui s’affranchirait d’une liaison obligatoire par Roissy. Un tracé qui donnerait à la Picardie une desserte ferroviaire à la fois à Beauvais et à Amiens n’est pas illusoire mais obéit bien à une logique d’aménagement équilibré et raisonné du territoire.

« De fait, la faible distance qui sépare deux gares TGV n’est pas un facteur invalidant comme vient d’ailleurs de le démontrer, le 8 octobre dernier,  la position du comité de pilotage pour la ligne à grande vitesse entre Montpellier et Perpignan qui a pris acte du principe de la création de deux gares TGV à Narbonne et à Béziers ces villes n’étant éloignées que de 30 kms !

« Choisir un tracé par Amiens passant par Beauvais ne permet pas seulement de gagner quelques minutes entre Paris et Londres. En privilégiant un tracé au travers de la Picardie qui pourrait enfin apporter une liaison ferroviaire entre Beauvais et Amiens, le projet de tracé proposé obéit aux grandes orientations européennes et à l’article 12 de la loi de programmation portant mise en œuvre du Grenelle de l’environnement du 3 août 2009 qui encouragent la connexion des grandes plates-formes aéroportuaires avec le réseau de lignes à grande vitesse.  Beauvais est la seule ville capable de devenir, grâce à l’aéroport de Beauvais-Tillé qui est le 9ème aéroport français,  un pôle multimodal réunissant la route, le rail et l’air de dimension européenne.

« Je ne pense pas que le département de l’Oise et la région Picardie puissent faire l’économie de ce combat en faveur d’une liaison qui participerait de l’affirmation de notre positionnement au cœur de l’Europe et qui renforcerait par ailleurs le maillage ferroviaire picard. Pas plus, et je partage ici votre analyse, qu’ils ne peuvent « serrer les rangs » pour tenter de sauver le canal Seine Nord.

« J’ai toujours soutenu et défendu  le canal Seine-Nord en ma qualité de chef de file des groupes Aimer la Picardie puis Envie de Picardie à la Région. J’ai voté motion sur motion pour défendre ce projet essentiel. Tout récemment encore, le 21 septembre dernier, j’ai pu aux cotés de plusieurs parlementaires du Nord, interpeller personnellement le Premier Ministre pour lui redire toute l’importance de ce projet vital pour notre territoire et lui demander d’agir.

« Le canal Seine Nord et la ligne à grande vitesse reliant Paris à Londres sont deux projets structurants fondamentaux pour le développement de la Picardie et de notre pays. Il n’y a pas lieu de les opposer, de soutenir l’un plutôt que l’autre. Je pense qu’il est de ma responsabilité d’élue que de les défendre avec la même force et la même détermination. Des projets d’une telle envergure sont porteurs d’enjeux qui dépassent très largement les clivages et les ambitions politiciennes que vous me prêtez.

« Beauvais, loin de « déclarer la guerre à Amiens » se mobilise pour que les deux bassins d’emplois puissent se développer de manière complémentaire.

« C’est bien par la complémentarité de leurs atouts respectifs que les deux villes s’imposeront comme des partenaires indissociables pour la définition de ce tracé pour la future ligne à grande vitesse reliant Paris à Londres via Beauvais et Amiens. Et à l’heure où l’on recherche l’économie et la rationalisation des dépenses publiques, permets-moi de te dire que je ne pense pas que le projet alternatif que je défends soit une chimère, bien au contraire.  

« Je laisse à ton appréciation acerbe la détermination de l’opportunité de ce combat,  mais crois bien que je reste déterminée à défendre ce projet essentiel pour l’avenir de l’Oise, de la Picardie et de leurs habitants ».

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 10:45

Christophe Coulon, Président du Groupe UMP a réaffirmé, lors de la dernière session du Conseil Régional de Picardie, son soutien à la réalisation du Canal Seine Nord. «  Au-delà des clivages politiques, notre groupe souhaite que l’actuelle majorité réaffirme sa volonté de voir se réaliser le premier dossier économique pour notre région. En cette période de crise, de chômage, de fermetures de sites, nous ne pouvons pas nous passer d’un tel projet !

« Actuellement l’Etat entretient l’ambiguïté sur ce dossier, affirmant d’une part que la procédure du dialogue compétitif n’est pas suspendue mais annonçant d’autre part la commande d’une analyse de faisabilité financière au Conseil général de l’environnement et du développement durable et à l’Inspection générale des finances, a poursuivi Christophe Coulon.

« Il est indispensable que s’expriment massivement et clairement tous les acteurs publics favorables à ce dossier. Il s’agit là, de la part de l’exécutif socialiste régional, d’un mauvais signal envoyé à tous les partenaires qui croient en ce projet. Citons en exemple deux éléments qui peuvent interpeller toutes celles et ceux qui consacrent, sans compter, leur énergie pour sauver le Canal Seine-Nord :

« Claude Gewerc était absent de la réunion de mobilisation pour le Canal à Cambrai le 13 septembre dernier ; il n’était même pas représenté ! Seuls deux élus de notre Groupe étaient présents…

« Claude Gewerc a refusé de co-signer, avec Daniel Percheron (Président du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais), Yves Rome (Président du Conseil général de l’Oise), Dominique Dupilet (Président du Conseil général du Pas-de-Calais), Patrick Kanner (Président du Conseil général du Nord) et Christian Manable (Président du Conseil général de la Somme), un courrier sollicitant une audience auprès du Premier ministre pour s’assurer de la réalisation du Canal Seine-Nord. Par cette « non signature » le Conseil Régional de Picardie était le seul grand absent de ce courrier !

« Notre Région, a encore dit Christophe Coulon, vit une année de récession économique et le Conseil Régional de Picardie devrait s’engager de la plus ferme des manières dans la mobilisation qui se met en place pour sauver le Canal Seine-Nord ! Il serait incompréhensible, alors même que le Président de la République s’est fixé l’objectif de faire baisser le chômage dans notre pays d’ici un an, que l’Etat abandonne ce formidable moteur économique ».

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 09:33

Le maire socialiste de Noyon qui n’en finissait pas, vendredi soir, d’expliquer à son conseil municipal pourquoi il refusait désormais la fusion entre les hôpitaux de Compiègne et de Noyon, a fini par péter un plomb.

Après une diatribe d’une heure et demie, il s’en est violemment pris à la Ville de Compiègne qu’il a rendu responsable successivement du départ de BZ, du départ du RMT, et de la mort programmée de l’Hôpital de Noyon pour renforcer celui de Compiègne. « Cela suffit, a-t-il explosé, il y en a marre.. ».

L’opposition UMP a refusé, de son côté, de dire non à la fusion entre les deux hôpitaux qui laisserait celui de Noyon sans aucun service. Elle a aussi fait remarquer que cela ne servait à rien d’attaquer Compiègne. C’est là une manière facile pour l’équipe socialiste de ne pas regarder en face les erreurs accumulées dans ce dossier comme dans d’autres depuis 2008.

Concernant l’hôpital de Noyon, le député communiste tout fier de poser une question au gouvernement sur ce sujet la semaine dernière s’est fait renvoyer dans les cordes par la Ministre de la Santé qui a bien confirmé la poursuite du projet de rapprochement avec l’hôpital de Compiègne.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 22:57

Au début, j’ai cru à un gag : Beauvais réclame,  à grand bruit, le TGV et un arrêt dans la ville.

Au moment où le gouvernement est en train de tuer Seine-Nord pour récupérer l’argent, au moment où, effrayé par les murs d’investissements qui l’attendent pour moderniser nos infrastructures de transport, il gèle tous les grands projets, il n’est pas sûr que l’action de nos amis beauvaisiens soit très opportune.

Si j’ai bien compris, il s’agirait en fait pour la ville-préfecture de prendre date pour un arrêt à Beauvais dans l’éventualité d’une nouvelle ligne à grande vitesse entre Paris et Londres.

Outre le fait qu’une telle nouvelle ligne n’a aucune chance d’être à l’ordre du jour avant plusieurs décennies, j’imagine mal un TGV Paris-Londres s’arrêter à Beauvais et à Amiens, alors qu’il s’agit de gagner quelques minutes supplémentaires entre les deux capitales.

Il faut donc comprendre que cette campagne pro-TGV, lancée à Beauvais, est en fait une déclaration de guerre à Amiens.

A un an des municipales et à deux ans des élections régionales, est-ce vraiment une bonne idée ? Au lieu de nous diviser pour des chimères, ne vaudrait-il pas mieux, aujourd’hui en Picardie, serrer les rangs pour tenter de sauver le canal Seine-Nord ?

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 15:13

Alors, qu’est-ce qu’on fait de la Maison d’arrêt de Compiègne ?

Le Directeur Interrégional des services pénitentiaires a confirmé, il y a peu, dans la presse de l’Oise, l’ouverture mi 2015 d'un nouvel établissement pénitentiaire à Beauvais et la fermeture de la Maison d'Arrêt de Compiègne.

La question est donc désormais de savoir si l’Etat va se séparer des locaux de Compiègne, pour y faire sans doute de l’immobilier, ou si la Maison d’Arrêt va trouver une nouvelle vocation par exemple comme Centre de semi-liberté (CSL)  ou comme Centre pour peine aménagée (CPA).

Les règles pénitentiaires européennes en matière de conditions d'hébergement dans des CSL et des CPA n'étant pas les mêmes que pour une Maison d'Arrêt, la transformation des lieux actuels pourrait ainsi être effectuée facilement et à un coût raisonnable La configuration des bâtiments pourrait également permettre l'ouverture d'un quartier pour les femmes.

D'un point de vue judiciaire, cela éviterait peut-être ainsi à terme la fermeture du Tribunal de grande instance de Compiègne ! Cela permettrait aussi de sauver une partie des 60 emplois directs en jeu, et, pour les riverains, rien ne changerait, si ce n'est qu'ils n’auraient plus à subir les nuisances dues aux parloirs sauvages...

Comme député, je m’étais beaucoup occupé de ce dossier avec la Chancellerie et les syndicats de personnels. Le temps des décisions est maintenant venu.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 09:26

Le pouvoir socialiste a confirmé sa volonté de donner le droit de vote aux étrangers pour les prochaines élections municipales, cantonales et régionales qui auront lieu en 2014 et 2015.

Nous devons dès aujourd’hui nous mobiliser contre cette décision gravissime qui va rompre définitivement le lien jusqu’ici indissoluble entre citoyenneté et droit de vote.

Nous avons été nombreux, au sein de l’opposition, à appeler solennellement François Hollande à soumettre cette décision à un référendum. Sur un sujet aussi lourd de conséquences, il est indispensable en effet que le peuple français puisse trancher en pleine souveraineté. Pour l’instant, le Président s’y refuse.

L’UMP a donc décidé de lancer au niveau national une pétition contre ce projet dangereux. Vous trouverez à l’adresse ci-dessous un exemplaire de cette pétition que je vous invite à signer, à diffuser autour de vous et à nous retourner.

http://www.u-m-p.org/agir/je-signe-la-petition/non-au-droit-de-vote-des-etrangers

L’heure est à la mobilisation générale face à la remise en cause inacceptable du lien entre nationalité et droit de vote. Nous devons dénoncer le risque de dérives communautaristes et clientélistes que fait courir cette décision et réaffirmer solennellement que pour voter il faut être français.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 11:34

DSC05657150 militants UMP ont participé samedi au barbecue de rentrée de la 6ème circonscription de l’Oise.

Caroline Cayeux, Sénatrice et maire de Beauvais, nous a fait le plaisir d’être l’invitée surprise de la soirée.

A cette occasion, nous avons bien entendu évoqué la situation politique en cette rentrée, caractérisée par la crise économique qui perdure et par l’incapacité du gouvernement socialiste à mettre en place les réformes indispensables.

« La seule chose qui obsède les socialistes c’est de défaire les réformes de Sarkozy, ai-je expliqué, C’est aussi de trouver de l’argent partout et à tout prix pour boucher les trous et financer les promesses de Hollande ».

« Les Français sont en train de comprendre que celà nous emmene à la catatrosphe et je crains que, malheureusement, le pays soit très vite sur les genoux et très en colère», ai-je conclu.

DSC05674Au cours de ce barbecue, il fut aussi question de la préparation des élections municipales de 2014 et de la reconquête d'un certain nombre de villes moyennes dont Noyon, et de l’élection du Président de l’UMP le 18 novembre.
Au cours de la soirée, a été révélée la venue de François Fillon à Catenoy, le mercredi 17 octobre prochain pour une réunion publique qui sera ouverte à tous les militants et sympathisants de l'UMP.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 12:37

La société Chimera Energy vient de mettre au point une technologie qui pourrait débloquer les choses en Europe en matière d’exploitation des gaz et huiles de schiste. Cette nouvelle technique permet d’extraire le gaz ou l’huile sans utiliser la fracturation hydraulique, c’est à dire sans utilisation d’eau et de produits chimiques.

La nouvelle technique d’extraction, appelée Extraction Exothermique Non hydraulique, ou fracturation sèche, n’utilise ni eau, ni explosifs, ni acides, ni solvants. Développée en Chine puis au Texas, elle utilise des composants inertes, non toxiques et non caustiques.

Au départ, cette technique a été imaginée pour les forages dans les régions arctiques où l’eau utilisée pour la fracturation hydraulique gèle et se fige.

La perforation pneumatique recourt à des gaz chauds plutôt que du liquide pour fracturer le schiste. Le gaz en question serait l’hélium. En effet, ce serait dans la capacité qu’a l’hélium, gaz rare et inerte, d’augmenter son volume 700 fois (quand il passe du stade liquide au stade gazeux) que l’extraction exothermique trouverait sa puissance.

L’hélium est injecté dans le puits sous sa forme liquide puis la chaleur naturelle du sous-sol le réchauffe avec l’aide de réactions chimiques le fait passer au stade gazeux, gonflant ainsi son volume avec une grande force mécanique. Cette force est assez puissante pour fracturer la roche mère.

Pas de risque de pénurie avec cette technologie également appelée « fracking sans eau » car l’hélium est très abondant. Il est le second élément le plus répandu dans l’univers. L’hélium est le gaz le moins soluble dans l’eau que l’on connaisse. Ses caractéristiques chimiques permettent une extraction des gaz sans avoir besoin d’utiliser de solvants.

Cette nouvelle technologie pourrait ouvrir une nouvelle ère pour l’extraction du gaz de schiste dans la mesure où elle n’entraîne aucun problème de pollution.

gaz-schiste-revolutionLa société Chimera Energy prépare la commercialisation de sa technologie pour une exploitation à grande échelle qui, selon elle, pourrait s’appliquer aux quelque 800.000 puits existant. Ce serait au Mexique que les choses seraient les plus avancées avec le pétrolier national Pemex qui l’utilisera pour le gisement Chicontepec. 

 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article