Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 09:17
PHOTO-HOPITAL.jpg

Le mercredi 3 février prochain, je serai reçu par les conseillers de Roselyne Bachelot pour tenter de trouver une solution pour sauver l’hôpital de Noyon. J’ai proposé au maire de Noyon et au directeur de l’hôpital de m’accompagner à ce rendez-vous.

Mon objectif est simple : obtenir confirmation du moratoire de trois ans sur les services publics dans le noyonnais, accordé par le gouvernement suite à l’annonce du départ du RMT.

Ce délai de trois ans est celui que le Ministère de la santé a accordé vendredi, par la voix du directeur de l’ARH, au personnel de l’hôpital de Noyon pour en finir avec les déficits (350.000 euros en 2009), arrêter la baisse de fréquentation de l’hôpital par les patients (-1,2% en 2009), et réussir des complémentarités chirurgicales avec l’hôpital de Compiègne.

Si l’hôpital ne relève pas ces trois défis et ne réussit pas à redresser la barre, effectivement, il faudra s’inquiéter pour son avenir. « La situation à Noyon, a-t-il dit, est à l’orange, l’orange foncé ».

L’hôpital de Noyon n’est pas le seul à devoir se battre pour survivre. Je remarque que la situation n’est pas très différente à Péronne, à Montdidier, à Roye, à Crépy-en-Valois…

Je comprends que le gouvernement exige que l’on se bouge pour réduire des déficits chroniques, pour garantir aux malades une sécurité médicale qui n’est pas toujours évidente, ou pour trouver des complémentarités avec les hôpitaux voisins. Mais je ne crois pas, sincèrement, que l’on en soit à craindre des fermetures pures et simples. Le gouvernement devrait savoir qu’un hôpital ne se ferme pas aussi facilement qu’un régiment…

On ne peut pas, certes, accepter pour autant que la situation se dégrade ainsi dans un établissement de santé où des milliers de personnes passent chaque année.

La communauté hospitalière de Noyon va devoir sérieusement se remettre en cause dans les années qui viennent, si l’on ne veut pas un jour voir l’hôpital transformé en grande maison de retraite médicalisée...

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 09:56
91632d5c-ee5d-11de-b41f-b1f7fe8b4b9c.jpg

En Picardie, nous avons la particularité d’avoir trois partis communistes, ou disons plutôt trois morceaux de parti communiste. Il y a « les traditionnels », ceux qui restent autour de Marie-Georges, et qui pour mieux rassembler ne veulent de listes communes ni avec les socialistes ni avec les trotskystes, aux prochaines élections régionales.

La deuxième secte regroupe « les alimentaires », c’est-à-dire ceux qui ayant profité pendant six ans des indemnités, des voitures, des secrétaires et des privilèges de la région ne veulent pas les perdre. C’est la tendance Beurdeley, maire de Longueil-Annel, ou Carvalho, maire de Thourotte. Ils sont prêts à aller à nouveau à la soupe avec le PS, dès le premier tour.

Enfin, il y a « les ayatollahs », la tendance pure et dure, celle qui attend et espère toujours le retour de Staline, et qu’anime en Picardie le folklorique camarade, Maxime Gremetz.

Le tout doit peser encore 5% des voix. C’est peu, mais cet éclatement en trois courants va, peut-être, faire perdre la majorité régionale à la coalition de gauche sortante qui va partir atomisée au premier tour et essayer de nous faire croire, avant le second, qu’elle s’est rabibochée.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 08:44
DSC02494.JPG

200 personnes ont assisté, vendredi à Compiègne, à la présentation de mes vœux pour 2010. Parmi elles, Madame le Sous-préfet de Compiègne, Philippe Marini, sénateur-maire et Eric de Valroger, conseiller général. De très nombreux maires et conseillers municipaux, venus de toute la circonscription, étaient également présents.

Lors de mon intervention, j’ai évoqué la crise économique et ses graves conséquences sur l’emploi dans notre circonscription, le départ programmé de l’armée, la réforme nécessaire des collectivités locales et celle des retraites qu’il va falloir achever en 2010.

A propos de la déviation de la 32, j’ai rappelé que le conseiller général communiste de Thourotte avait annoncé le début du chantier pour le début 2009. On n’a rien vu venir. Son collègue socialiste de Noyon avait promis, lui, les premiers travaux pour le dernier trimestre 2009. On attend toujours

« Heureusement, ai-je souligné, bonne nouvelle : les deux cantons de Ribécourt et de Noyon seront renouvelables en mars 2011. Je ne doute donc pas que la gauche du Conseil général, qui a augmenté les impôts de 40% mais qui n’a jamais eu un moindre euro pour cette déviation depuis 2004, va enfin trouver cette année les crédits pour commencer les travaux ».

J’ai enfin évoqué, bien sûr, les élections régionales des 14 et 21 mars et affirmé que L’UMP allait tout faire dans cette  circonscription pour battre la gauche « tellement désunie qu’elle est incapable de voter un budget avant les élections, incapable de présenter un bilan et incapable de se présenter unie devant les électeurs. Avec six listes au premier tour, la gauche picarde va battre le record de France de la division ».

J’ai enfin profité de ces vœux pour présenter les nouveaux responsables cantonaux de l’UMP que je viens de mettre en place. Ils représentent notre forte volonté de renouvellement et de rajeunissement.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 14:52
PHOTO-FRANCAIS-AFGHANISTAN.jpg

Des gendarmes mobiles de l’escadron de Chauny, actuellement en opérations en Afghanistan pour six mois avec deux de leurs collègues de Noyon, ont été pris à partie par des tirs d'armes à feux, mardi dans le secteur de Tagab.

Ces gendarmes mobiles servent en Kapissa aux côtés de la police afghane. Aucun blessé n'est à déplorer côté français. C'est le premier accrochage sérieux impliquant des gendarmes français depuis qu'ils sont arrivés en Afghanistan, en novembre dernier.

L'incident s'est produit à la suite d'une opération militaire française dans la commune de Jalokhel, au nord de Tagab, qui a entraîné une riposte des talibans. La police afghane s'est alors rendue dans le village, pour y mener des investigations, accompagnée par les gendarmes français.

C'est au retour de cette mission, alors que les gendarmes français et les policiers afghans traversaient Jalokhel en véhicule blindé qu'ils ont été pris à partie. Les gendarmes ont alors réagi "vigoureusement", mais il a fallu faire intervenir des hélicoptères de combat Tigre pour leur permettre de se désengager.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 08:43
couverture.jpg

J’organise, le mardi 19 janvier, à la Maison de la chimie à Paris, le 7ème colloque de mon Club Energie & Développement. J’ai choisi, cette année, de m’intéresser aux « entreprises françaises dans l’Europe de l’énergie en 2020 ». En clair, nous allons brosser le paysage énergétique européen tel qu’il pourrait être dans dix ans.

Le colloque sera articulé autour de trois tables rondes. La première tentera de dire ce que sera, alors, le bouquet énergétique en France, la place du nucléaire, des énergies renouvelables, du gaz, du pétrole…

La deuxième table ronde fera le point sur les chemins qu’il reste à parcourir pour atteindre les objectifs de 2020. Nous analyserons les objectifs de la politique européenne sur le climat et la politique française  pour y parvenir.

L’après-midi sera consacrée à la stratégie que les différents industriels de la filière souhaitent mettre en oeuvre à l’horizon 2020. Faudra-t-il que tous produisent de l’électricité pour survivre ? Leur faudra-t-il être bi-énergies pour rester compétitives ? Combien restera-t-il d’acteurs de dimension vraiment européenne ? Les grands groupes devront-ils poursuivre leur politique de diversification horizontale ou, au contraire, se recentrer sur leur métier d’origine ? Comment les entreprises indépendantes pourront-elles tirer leur épingle du jeu ? Quel avenir pour les entreprises locales ?

Le colloque est placé sous le haut patronage du Premier ministre et du Président de l’Assemblée nationale. Il réunira tous les dirigeants des grandes entreprises de l’énergie : EDF, AREVA, GDF-Suez, Total, BP, l’ADEME, la Commission de régulation, mais aussi les étrangères comme Eon, Gazprom et ENEL…

Bien sûr, tous les lecteurs de ce blog intéressés peuvent participer à cette journée. Il leur suffit de s’inscrire, avant le 16 janvier, par mail : gonnot2007@yahoo.fr

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 08:45
PHOTO-GALETTE.jpg

C’est ce vendredi 8 janvier, de 18 à 20 heures, aux salles Saint Nicolas à Compiègne, que je présenterai mes vœux, autour d’une galette des rois.

Tous les militants et les sympathisants UMP de la 6ème circonscription, ainsi que les élus et la presse, y sont amicalement invités.

Je profiterai de cette occasion pour présenter les nouveaux délégués cantonaux de l’UMP sur la 6ème.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 11:54

untitled - Copie

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 10:44

Ce document m’a été transmis par un fidèle lecteur de ce blog. Il mérite d’être mis en ligne en cette période où chacun fait le bilan de l’année écoulée et où l’on se souhaite une année meilleure.

Cette jeune fille avait 12 ans à l’époque. Elle habitait Vancouver, au Canada. Elle était venue avec un groupe d’enfants jusqu’au Brésil, à ses frais, pour dire aux dirigeants du monde, réunis pour une conférence de l’ONU, des mots vrais, des mots terribles.

C’était, il y a 17 ans. Mais cela aurait pu être hier, à la fin du sommet de Copenhague par exemple.

A quelques jours de la nouvelle année, méditons ces mots d’adolescent, pleins de fraîcheur et de vérité, et posons-nous la seule question qui vaille : serons-nous meilleurs en 2010 ?

http://www.dailymotion.com/video/x90jh3_une-fille-de-12-ans-met-une-claque_news

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 09:37
LOGO JO 

Voici la liste des 18 questions écrites que j’ai posées, ces cinq derniers mois, au gouvernement et qui sont parues au Journal Officiel :

Le 28 juillet 2009, j’ai attiré l'attention du ministre de l'agriculture sur les difficultés que pose le regroupement des services de son ministère sur le site occupé aujourd'hui dans Paris par l'Institut technologique de la forêt, du bois et de l’ameublement.

Le 3 août 2009, j’ai demandé à la ministre de la santé la possibilité (accordée depuis) de vacciner gratuitement toute la population française contre la grippe A.

Le 5 août 2009, j’ai interrogé le ministre du travail sur les pratiques surprenantes de la Caisse des congés payés du bâtiment du nord-ouest qui prélève auprès des entreprises, par avance et sur de longues périodes, les cotisations de congés payés et de congés intempéries des ouvriers du bâtiment.

Le 17 août, j’ai demandé au ministre de la santé les priorités en matière de vaccination et les prévisions du gouvernement concernant l’étendue et les conséquences de la pandémie de grippe A.

Le 17 août, je me suis inquiété auprès du ministre de l’économie des conséquences pour les entreprises et l’économie française de la pandémie de grippe A.

Le 21 août, j’ai exigé de la  ministre de la santé de connaitre le coût exact des 94 millions de doses de vaccins contre la grippe A achetées par le gouvernement.

Le 21 août, je me suis préoccupé auprès du ministre de la santé du comportement des laboratoires pharmaceutiques qui pourraient être tentés de profiter de la pandémie pour s’enrichir sur le dos des malades.

Le 2 septembre, j’ai saisi le ministre de l’intérieur de la nécessité de bien informer la population française des conséquences de la pandémie de grippe A.

Le 11 septembre, j’ai interrogé le secrétaire d'État chargé des transports  sur les raisons qui ont poussé le gouvernement à reconnaître l'OTRE comme quatrième organisation représentative des entreprises de transports routiers de marchandises, alors que la profession s'efforce de se regrouper et de s'unifier depuis plusieurs années.

Le 11 septembre, j’ai attiré l'attention du secrétaire d'État aux anciens combattants sur la situation des soldats français présents en Afrique du nord au-delà du 2 juillet 1962 et qui ne peuvent pas recevoir la carte du combattant.

14 septembre, j’ai alerté le ministre de l'agriculture sur la plus grave crise économique que traverse l’agriculture française depuis une trentaine d’années. Je lui ai demandé d’accélérer le calendrier d’adoption de la loi de modernisation.

14 septembre, j’ai interrogé le secrétaire d'État chargé des transports  sur  les raisons qui l’ont poussé à arrêter brutalement les projets d’expérimentation des ensembles routiers de grande longueur.

1er octobre, j’ai interrogé le secrétaire d’Etat au logement sur le calendrier des travaux de modernisation des ascenseurs, dont la date butoir est fixée au 31 décembre 2010.

Le 29 octobre, j’ai alerté le ministre du budget sur la réforme des services de Bercy qui pourrait conduire prochainement les douanes à se désengager de manière significative de Beauvais et de Compiègne.

Le 16 novembre, j’ai protesté auprès du ministre chargé de l'industrie sur les déclarations du président du groupe PSA qui a annoncé la suppression de 6.000 emplois en France d'ici à 2012. Ces propos sont en totale contradiction avec les promesses faites au gouvernement en contrepartie des aides dont l'industrie automobile française a bénéficié.

Le 8 décembre, j’ai alerté le ministre de l'énergie sur la dernière campagne de publicité du médiateur de l'énergie qui ne respecte pas dans ses publicités la neutralité que lui impose la loi.

Le 12 décembre, j’ai alerté la ministre de la justice sur les nombreuses chansons de rap qui circulent très officiellement en France et dont les paroles sont souvent de véritables appels aux meurtres, aux viols et à la violence et qui comportent des propos offensants et diffamants pour la police et pour notre pays.

Le 15 décembre, je me suis étonné auprès du ministre du budget que le plafond de l'actif successoral pris en compte pour le remboursement des prestations versées au titre du Fonds national de solidarité n'a pas été revalorisé depuis plus de quinze ans.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:30
DSC02361-copie-1

Ce vendredi, je suis allé à la rencontre des 20 salariés (17 CDI et 3 CDD) de l’entreprise Prodhag, à Passel, qui viennent d’apprendre la mise en liquidation de leur entreprise par le tribunal de commerce de Vienne (Isère).

Cette liquidation est, en fait, une honte et n’apportera pas le paradis au président du groupe. Celui-ci, dirige en effet cinq sociétés sur trois sites différents à travers la France. Toutes font le même métier : le broyage et le recyclage de résidus en plastique.

Vendredi dernier, le Président  a déposé au tribunal de commerce de Vienne les bilans des cinq sociétés. Lundi, le tribunal a lancé une procédure de sauvegarde pour quatre d’entre elles et prononcé, à la surprise des salariés de l’Oise, la liquidation de la cinquième, celle de Passel.

L’usine, pourtant tournait bien : pas d’incidents de paiement, des contrats en dents de scie mais réguliers (4.800 tonnes par an), un excédent d’exploitation en novembre et décembre. Rien n’expliquait la décision radicale prise pour la seule usine de Passel. Les salariés ont appris seulement ce vendredi que la liquidation avait, en fait, été demandée à la barre du tribunal par le président du groupe lui-même, dans l’espoir de sauver les deux autres sites.

Passel a été délibérément sacrifiée, sans même que les salariés de l’Oise n’ait été prévenus ! On comprend leur colère. Ils se battent maintenant pour trouver un repreneur d’ici le 8 janvier. Un concurrent serait intéressé. Une entreprise de Guiscard regarde aussi une éventuelle reprise. J’explore une troisième piste avec le directeur du site. A suivre… Mais en attendant, voilà un bien triste Noël pour vingt familles noyonnaises qui ne méritaient pas un tel traitement.

Au fait : l’entreprise a bénéficié d’aides de l’Ademe, de la région, du département et de la Communauté de communes pour s’installer à Passel. Vu la considération des dirigeants du groupe pour Passel, il ne serait que justice qu’on les oblige maintenant à rembourser l’argent public perçu.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article