Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 08:00

 PHOTO LE SAVIEZ VOUS

. 4.171 véhicules ont bénéficié en 2009 dans l’Oise de la prime à la casse.
. 14.000 euros : c’est le prix dépensé par la ville de Noyon pour acheter la calèche qui promène les enfants dans le centre ville. La calèche a également coûté cette année 10.000 euros en fonctionnement.
. 5.000 euros par mois : c’est le salaire du nouveau directeur de la mission locale du noyonnais. L’Etat, trouvant cela excessif, a refusé de payer.
. Pourquoi les rats pullulent-ils dans la communauté de communes de Thourotte ? Mystère…Toujours est-il qu’une deuxième campagne de dératisation a dû être menée dans les 16 communes du canton : 70 bâtiments, 70 kms de fossés et 160 kms de réseaux ont été traités.
. Les 67.876 familles les moins imposées de l’Oise ont bénéficié de la réduction de leur impôt sur le revenu en 2009, pour un total de 13 millions d’euros, dans le cadre du dispositif de lutte contre la crise économique mis en place par le gouvernement.
. L’Etat a aussi apporté plus de 29 millions d’euros d’aides aux 170.060 familles les plus fragiles.
. Le plan de relance a permis de construire 576 logements sociaux et privés et d’aider 472 entreprises dans notre département en 2009.
. La gendarmerie de l’Oise gardera en 2010 exactement les mêmes effectifs que cette année. D’autres départements ont moins de chance.

. Le directeur de la Communauté de communes du Pays noyonnais a démissionné. Il ne sera pas resté six mois à son poste !

. Le recensement va reprendre à Compiègne en janvier. 3.500 logements vont être visités en trois mois.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 09:38

mail-logo1
Ce blog-notes va fêter demain 15 décembre son quatrième anniversaire ! L’occasion de faire un petit bilan.

J’y ai publié très exactement 291 articles.

Vous êtes environ 400 à le visiter chaque jour et vous y déposez environ un millier de commentaires chaque année.

Parmi les blogs politiques, ils se situent à un très bon classement. Il vient ainsi, ce mois-ci, d’entrer dans le « top des blogs les plus populaires ». Il aurait également, selon l’hébergeur qui m’accueille, un très bon indice de confiance auprès de ses lecteurs. Il est maintenant très bien référencé sur les grands moteurs de recherche.

Tout cela m’encourage bien sûr à continuer. Je sais que beaucoup d’entre vous attendent (avec plaisir j’espère) la parution de chacun de ses articles.

Moi, il m’oblige à regarder l’actualité autrement, à rendre compte, au jour le jour, de ce que je fais et de ce que je pense.

Il est devenu un petit instrument de notre vie démocratique locale et un bon baromètre instantané de nos opinions et de nos humeurs.

A la prochaine donc !

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 09:15

584

Le Courrier Picard a publié un sondage qui montre que, six ans après son élection à la présidence du Conseil Régional, Claude Gewerc reste un inconnu, ou presque. Les socialistes ont ainsi dépensé en pure perte des dizaines de millions d’euros en six ans pour faire connaître leur président et leur politique.

Quand on demande aux Picards le nom du président de la Région, 13% seulement citent spontanément le nom de Claude Gewerc. Les autres, 87%, ne savent pas !

Quand on leur présente une liste de noms, seulement 25% des Picards interrogés  reconnaissent celui du président du Conseil Régional sortant.

Bref, quelle que soit la méthode, plus de 2 Picards sur 3 ignorent qui est Claude Gewerc. Claude qui ?

Les résultats pour ce qui est du bilan des socialistes sont tout aussi désastreux. Ce bilan est jugé « important » pour les élections régionales pour seulement 19% des personnes interrogés. C’est dire le désastre, le vide !

A la Région, le temps du changement est sans doute venu…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 13:40

La première fois, j’ai éclaté de rire. Quand j’ai reçu d’un journaliste indépendant un appel me demandant si j’étais bien l’oncle de Ségolène Royal, je me suis interrogé pour savoir d’où cela pouvait bien sortir !

Le journaliste lui-même m’a donné la réponse : « d’internet.  Tapez votre nom et celui de Mme Royal sur un moteur de recherche et vous verrez le résultat. Si ce n’est pas vrai, vous feriez bien de démentir avant que le buzz ne fasse le tour de la planète », m’a-t-il dit.

Alors, bien sûr j’ai tapé mon nom et celui de Ségolène Royal sur google. Il en est sorti 23.500 citations sur la toile ! Incroyable. Tout cela, parce qu’en 2005, sur ce blog, j’ai publié les propos peu amènes que le général de Brigade Pierre Royal, oncle de Ségolène, avait publiés en 1992 sur la présidente de Poitou-Charentes. Cela a suffit pour que de messages en messages, de blogs en chats, le raccourci soit fait et devienne une information reprise, il y a quelques temps, par le site Boursorama lui-même : Gonnot est l’oncle de Ségolène !

Hé bien, heureusement ou malheureusement pour moi, selon les opinions des uns ou des autres, je ne suis pas l’oncle de Ségolène Royal et je n’ai aucun lien de parenté avec la famille Royal.  Que cela soit dit !

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 10:23

Le port de Noyon, c’est une histoire de fous, à laquelle plus personne ne comprend rien. La réunion qui a eu lieu vendredi à la Chambre de commerce de Beauvais devait tout régler. Elle a contribué, au contraire, à compliquer les choses.

Le lendemain la presse titrait que la question du port de Noyon était réglée : il serait à Lagny et Sermaize. Ce qui est un gros mensonge de plus !

Je le répète ici : le choix de la localisation du port sera faite dans un an et demi seulement par Bouygues ou Vinci, et le port sera soit à Beaurains-les-Noyon, Porquéricourt et Vauchelles, soit à Lagny et Sermaize.

Je publie ci-dessous, en intégralité, la déclaration commune que VNF et le Pays noyonnais ont signé vendredi à Beauvais qui est très claire à ce sujet :

 


« Les réunions tenues lors de l’été 2009, sous l’égide de Madame le Sous-Préfet de Compiègne, entre Voies navigables de France (VNF) et la Communauté de Communes du Pays  Noyonnais (CCPN) ont permis d’aboutir à une position commune pour l’emplacement de la plate-forme multimodale du Noyonnais, sur le canal Seine-Nord Europe.

« Afin de déterminer la meilleure implantation possible, au regard du périmètre de la déclaration d’utilité publique et de la volonté partagée de maximiser les retombées économiques, deux positionnements vont finalement faire l’objet, dans le cadre de la procédure de consultation, d’une étude de faisabilité comparative d’un point de vue technique, environnemental et économique :

1er site : Beaurains-les-Noyon-Porquéricourt-Vauchelles.

2ème site : Sermaize -Lagny, le site de Catigny n’ayant pas été retenu.

« Le canal Seine-Nord Europe comprend la réalisation de quatre plates-formes multimodales inscrites dans la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet, dont une située dans le Noyonnais. Cette dernière, d’une superficie d’environ 60 hectares, accueillera des activités portuaires, logistiques et agro-industrielles.

« L’emplacement  de la plate-forme du Noyonnais figurant dans la DUP a été retenu suite au souhait exprimé par le président de la Communauté de Communes du Pays Noyonnais dans un courrier du 26 avril 2006.

« Dans le cadre de l’enquête publique de janvier à mars 2007, des observations avaient été recueillies conduisant la commission d’enquête à formuler une recommandation visant à optimiser l’implantation retenue au sein du périmètre du dossier d’enquête publique.

Suite à l’observation de ladite commission d’enquête, les élus de la Communauté de Communes du Pays Noyonnais qui avaient délibéré en faveur d’une implantation sur le Noyonnais, sans toutefois préciser l’endroit exact, décident alors de lancer une étude, étude dont les résultats confirment l’intérêt d’une implantation plus au nord.

« Début 2009, Voies navigables de France, maître d’ouvrage du projet, procède à de nouvelles analyses techniques, architecturales et commerciales pour optimiser le site prévu dans le dossier d’enquête. Les résultats de ces études complémentaires sont présentés lors de plusieurs réunions, sur le terrain et à la sous-préfecture de Compiègne. 

De son côté, la Communauté de Communes du Pays Noyonnais approfondit sa réflexion, pour créer une future zone d’activité « Cœur de Picardie » en synergie directe avec la plate forme, afin de proposer aux porteurs de projets, notamment logisticiens, une offre complémentaire.

« Les échanges entre VNF et les élus de la Communauté de Communes du Pays Noyonnais permettent d’aboutir au constat qu’il faut prendre en compte : les contraintes de périmètre de la DUP pour éviter les délais et risques d’une DUP modificative, le souhait exprimé par délibération le 24 septembre dernier par le conseil communautaire de la Communauté de Communes du Pays Noyonnais, en faveur d’un déplacement de la plateforme, soit sur le site de Catigny, soit sur celui de Sermaize-Lagny, et la faisabilité technique et opérationnelle des différentes solutions.

« Au regard des contraintes juridiques, il est décidé d’abandonner le site de Catigny. Par contre la décision est prise d’ajouter dans la procédure de consultation pour la réalisation du canal et des aménagements connexes, l’implantation choisie par la CCPN pour la plate forme du Noyonnais sur le site Sermaize-Lagny ; cette implantation ayant reçu le soutien, tant des maires concernés que des trois conseillers généraux du secteur, sachant que celle-ci nécessitera une adaptation du tracé du canal afin de rester dans le périmètre de la déclaration d’utilité publique.

« C’est donc dans le cadre de cette procédure de consultation pour la réalisation du canal et des aménagements connexes, que le choix final (Beaurains-les-Noyon, Porquericourt, Vauchelles et Noyon ou Sermaize-Lagny) sera effectué au regard de la faisabilité technique, des impacts environnementaux, économiques, stratégiques et opérationnels, ainsi que des contraintes qui en découlent pour l’exploitation du canal.

Signés : Alain Gest, président de VNF et Patrick Deguise, président de la CCPN.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 09:33
 

Les élus UMP du Conseil régional de Picardie ont découvert, presque par hasard, un rapport du président socialiste Claude Gewerc visant à faire avaliser d’étranges dépenses auxquelles il a procédé ces derniers mois. Voyez plutôt :

. 125 000 euros à l’IFOP pour des « études et recherches médias » ( ?).

. 2 millions d’euros pour d’autres « études et recherches ». Qui a perçu cet argent et pourquoi : mystère. S’agit-il d’autres sondages ?

. 400.000 euros de « réceptions », 50.000 euros pour des « déjeuners de travail », le tout dépensé dans divers restaurants d’Amiens, alors que les socialistes ont créé leur propre restaurant dans les locaux de la Région (« le Carré de la République ») ( ?).

. 450.000 euros pour des dépenses de « créations de supports de communication ». Lesquels : mystère !

. 135.000 euros de « voyages, déplacements et missions », dont 124.000 euros pour la seule agence de voyages Picardtour ( ?).

Toutes ces dépenses ont été engagées suivant la procédure prévue à l’article 28 du Code des marchés publics, c'est-à-dire selon une procédure simplifiéequi donne une grande marge de liberté au Conseil régional dans l’engagement des dépenses et dans le choix des prestataires.

L’opposition a demandé, il y a plus de huit jours maintenant des explications précises sur ces dépenses et sur les personnes qui en ont profité. Pour l’instant, Claude Gewerc refuse de répondre.

Voilà en tout cas qui justifie les remarques sévères de la Chambre régionale des comptes sur la gestion opaque que les socialistes font, à la Région, des crédits de communication.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 08:48

Malgré tout ce que l’on a fait écrire à la presse ces derniers jours, le feuilleton n’est pas prêt d’être fini concernant l’emplacement du port fluvial de Noyon.

Ce qui est sûr, c’est que le port à Catigny est une solution définitivement abandonnée. L’information est exacte sur ce point.

Pour le reste, deux options restent ouvertes et vont continuer à être étudiées pendant de longs mois. Alain Gest le confirmera officiellement vendredi après-midi à Beauvais :

- La première option prévoit toujours le port sur Beaurains-les-Noyon, Porquéricourt et Vauchelles, comme prévu depuis trois ans, mais avec une possible extension au sud sur la ville de Noyon.

- La deuxième option évoque une solution sur Lagny et Sermaize, mais dans l’emprise de la bande des 500 mètres prévue par la déclaration d’utilité publique. Dans ce cas, il faudra déplacer le canal vers le nord, et il s’agira plutôt d’un mini-port vu les terrains disponibles.

Les deux solutions vont continuer à faire l’objet d’une « étude de faisabilité comparative d’un point de vue technique, environnemental et économique ».

C’est finalement, dans un an environ, avec l’entreprise qui aura gagné la réalisation du chantier (Bouygues ou Vinci) que sera prise la décision finale de localisation du port fluvial de Noyon.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 10:31

Les Régions sont, en matière de transports publics, des acteurs importants. Leur implication dans la mise à niveau des routes nationales (à travers les contrats Etat-Régions), la régionalisation des TER, leurs financements dans les aéroports, demain dans le canal Seine-nord, les rendent incontournables. Mais les régions sont aussi de vrais laboratoires de ce que seront les transports de demain, je pense par exemple, aux transports urbains.

C’est sur ces thèmes que j’organise mercredi prochain le 16ème colloque de l’Association Avenir-Transports. Ce colloque se tiendra au CNAM à Paris, 292 rue Saint Martin. Il sera placé sous le haut patronage du Ministre des transports.

Dans une première table ronde, nous regarderons le rôle fondamental que joue la desserte du territoire pour le développement économique d’une région.
Une deuxième table ronde examinera les enjeux et les conséquences de la mise en concurrence des services ferroviaires dans les régions, à partir de l’année prochaine.
Enfin, nous aurons un échange sur le Grand Paris, en présence de Christian Blanc, le Secrétaire d’Etat en charge de ce dossier très important pour l’Ile-de-France, mais aussi pour la Picardie.

Si vous souhaitez participer à ce colloque, contactez smillie@regards-events.fr. Je serais heureux de vous y accueillir.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 12:09

Alors que tout le monde s’interroge sur la faillite et les gaspillages de l’argent public à la Région et au Conseil général de l’Oise, la majorité socialiste du département vient de décider d’organiser une opération anti-gouvernementale, en l’espèce 28 réunions dans les cantons, pour dénoncer les réformes des collectivités locales et de la taxe professionnelle que préparent le gouvernement et le Parlement.

Il s’agit, en clair, de tenir des réunions politiques sous l’égide des élus socialistes et communistes pour dénoncer Eric Woerth, Sarkozy, Fillon, Hortefeux, Mancel, et tous les députés et les sénateurs de droite. La réunion se termine généralement par un appel à signer sur place une pétition contre le gouvernement.

La réunion du noyonnais, avec les trois compères socialistes du coin, est programmée lundi soir au Chevalet.

Une dizaine de rencontres se sont déjà tenues. Chacune a réuni entre 50 et 100 personnes.

Le problème est que l’opposition au Conseil général s’est rendu compte que l’organisation de ces réunions avait été sous-traitée en direct, c’est-à-dire sans appel d’offres, par le président Rome à une société privée pour un coût de 42.000 euros, soit 1.500 euros la réunion, et 15 à 40 euros par participant, le tout bien sûr à la charge du contribuable de l’Oise…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 11:28

Les maires communistes de Thourotte et de Ribécourt ont décidé (on se demande bien pourquoi ?) de céder aux sirènes de la grande distribution dans leurs communes respectives.

Le premier veut à tout prix un Hyper U alimentaire de 4.600 m2 avec une galerie commerciale  de 2.460 m2, à coté de Brico Dépôt pour lequel il avait déjà fait un forcing remarqué. Le dossier, refusé le 15 octobre au niveau départemental, est actuellement en appel au niveau national.

Le maire de Ribécourt veut l’imiter et appuie, lui, un dossier d’extension du Leclerc de sa commune qui passerait de 1.800 à 4.300 m2 !

Si ces deux projets devaient voir le jour, la densité des grandes surfaces serait multipliée par 2,5 sur le canton de Ribécourt par rapport à la densité commerciale moyenne française !

Rappelons qu’il y a déjà sur le canton de Ribécourt : un Carrefour-market de 3.000 m2, un Intermarché de 2.000 m2, un Leclerc de 1.800 m2, un Lidl de 500 m2, un Leader Price de 660 m2 et un Shopi de 380 m2. La réalisation des deux projets mettra en difficulté plusieurs de ces grandes surfaces commerciales.

Pire, il est évident que la création de deux galeries marchandes, à Thourotte et à Ribécourt, avec l’Hyper U et le Leclerc, va porter un coup fatal à de nombreux petits commerces qui ont déjà du mal à survivre, sur les communes des deux vallées.

 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article