Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 18:04

Dure journée samedi pour le Ministre de la culture et de la communication. Après une brève apparition à la techno-parade qu’il n’a pu éviter à Paris, Frédéric Mitterrand est passé successivement au château de Pierrefonds, puis au Palais de Compiègne, au château du Fayel, à celui de Chantilly, avant de finir sa journée en direct sur le plateau de France 5, à l’occasion de la journée européenne du patrimoine.

A Compiègne, où je l’ai accueilli pendant plus d’une heure avec Philippe Marini et Lucien Degauchy, le Ministre a refait au pas de charge la visite du château qu’il avait déjà faite incognito il y a deux mois.

Il a promis l’aide du gouvernement pour poursuivre la rénovation du Palais, et promis qu’il tiendrait « dans les deux mois » une réunion de travail à Paris pour trouver une solution au triste état du musée national de la voiture. « Avant, je reviendrai le revisiter et j’y passerai tout le temps nécessaire », a-t-il dit.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 10:19

Depuis le 22 avril, la troisième voie de l'autoroute A1, en direction de Paris, est réservée, sur un tronçon de 5 km, aux chauffeurs de taxi et aux bus, entre 7 et 10 heures du matin. La décision en revient à la préfecture de Seine-Saint-Denis. Officiellement, l'objectif est « d'augmenter l'offre de taxi en direction de Roissy et de permettre aux chauffeurs de taxis de gagner en rapidité ».

Mais cette expérimentation se révèle, dans les faits, être une vraie catastrophe, dans laquelle, comme souvent l'administration s'entête. Beaucoup de chauffeurs de taxis disent que le gain de temps pour eux est, en fait, de cinq minutes pas plus. Pour les autres usagers de l'A1, les temps de circulation, déjà très longs (l'A1 est à l'approche de Paris l'axe le plus encombré de France), ont par contre presque doublés.

Pire, depuis le début de l'été, les usagers de l'A1 qui ont emprunté la troisième voie réservée aux taxis et autobus, ont commencé à recevoir les premiers PV. "J'ai reçu le même jour quatre PV à 90 euros dont deux étaient déjà majorés à 135 euros. Ils m'ont verbalisé avec un mois de retard. Ne sachant pas que j'étais verbalisée, j'ai continué à rouler sur cette voie. Et je viens de recevoir la neuvième contravention !", déclare sur Facebook une automobiliste furieuse.

Ils sont comme cela des milliers. Les radars ont même flashés un député de l'Aisne cet été. La contestation s'organise et les pétitions se multiplient, comme en témoigne ce blog : http://contestationa1voiegauche.blogspace.fr/

Une association, dénommée « Trois voies pour tous », s'est même créée à l'initiative de deux mères de famille, automobilistes du sud de l'Oise. Elles appellent à les rejoindre par mail : 3.voies.pour.tous@gmail.com

Personnellement, je trouve que cette expérimentation est une bêtise. Les automobilistes du matin sur l'A1 sont des gens qui travaillent et qui sont condamnés à prendre leur voiture. J'en connais ainsi des centaines dans ma circonscription. Ces automobilistes-là sont aussi respectables que les chauffeurs de taxis et leurs clients. Mieux, ils sont cent fois plus nombreux.

Comme Christian Patria, député de Senlis, je viens d'interpeller à l'Assemblée nationale, le Ministre des Transports pour que l'on arrête cette expérience imbécile.

L'administration, si elle veut vraiment encourager le covoiturage, ferait mieux de réserver la voie de gauche, comme cela se fait depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis sur les autoroutes urbaines, aux véhicules qui ont au moins deux passagers à bord. La voie serait ainsi ouverte aux taxis et aux bus, comme le souhaite le préfet de Seine Saint-Denis, mais aussi à tous les automobilistes qui partagent leur voiture.
Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 10:13
 

Le tout nouveau Ministre de la culture et de la communication devrait passer son samedi après-midi dans l’Oise, à l’occasion des journées européennes du patrimoine.

Selon le programme annoncé, Frédéric Mitterrand arrivera au château de Pierrefonds à 14 heures 30. Je l’accueillerai au Palais de Compiègne avec Philippe Marini, à 15 heures 30. Il passera au château du Fayel à 16 heures 20. Il sera enfin accueilli au château de Chantilly par Eric Woerth à 17 heures 20.
Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 09:18

A l’exception des tricheries au sein du parti socialiste et de l’anniversaire du 11 septembre, les médias nationaux n’avaient pas grand-chose à se mettre sous la dent, ces derniers jours. Alors, ils nous ont inondés de sujets et d’articles sur la grippe A.

50.000 cas déclarés au début de la semaine dernière : nous étions en épidémie ! 80.000 en fin de semaine : nous étions passés en pandémie !

Au vu de ces chiffres qui pouvaient laisser penser que nous avions quelques centaines de premiers malades dans le département, j’ai mené mon enquête vendredi après-midi et voulu en savoir plus sur l’arrivée de la grippe A dans l’Oise…

J’ai donc commencé par appeler le « service interministériel de la défense et de la protection civile ( !) » à la Préfecture. Impossible de joindre la responsable. Visiblement cette dame, très mobilisée, passait son après-midi en réunions. Je me suis dit que les choses devaient donc être très sérieuses.

J’ai ensuite téléphoné au directeur du centre hospitalier de Noyon. « Nous avons un seul cas avéré que nous avons transféré vers notre hôpital référent. Il a sans doute attrapé la maladie ailleurs, c’est un militaire du RMT », m’a-t-il dit.

Rassuré, je rencontre, deux heures plus tard, la directrice du centre hospitalier de Compiègne. « Nous avons eu un cas », me confie-t-elle. « Un militaire qui venait de Noyon ».

Voilà qui remet les choses en place. La pandémie dans l’Oise n’est pas pour tout de suite. Cela n’empêche pas de se préparer, mais il est inutile de semer la panique, comme le font actuellement les grands médias nationaux !

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 09:43

L’une des questions de la rentrée, dans le noyonnais, sera de savoir si le maire socialiste de Noyon va abandonner ou, au contraire, mener à terme son pari fou de s’emparer des compétences, du personnel et de l’argent des 43 communes du Pays noyonnais.

Après l’échec de la communauté d’agglomération dont même le maire socialiste de Roye ne veut plus, M. Deguise faute de pouvoir s’emparer de la taxe professionnelle des communes, a mis à l’étude une intégration à la communauté de communes du Pays noyonnais de toutes les compétences des 43 communes adhérentes et de tout leur personnel. Ceci lui permettrait de récupérer les dotations de fonctionnement de l’Etat.

Le président de la Communauté de communes voulait ainsi récupérer :

-       les équipements sportifs et culturels des communes,

-       les salles polyvalentes,

-       les écoles,

-       la voirie,

-       l’eau et l’assainissement,

-       la gestion du personnel communal,

-       et les compétences « sécurité publique » et « inondations »…

Des dizaines de réunions ont eu lieu, depuis janvier, pour tenter de convaincre les maires de renoncer à leurs pouvoirs et à l’indépendance de leurs communes. On est même allé jusqu’à faire sortir de sa retraite l’ancien percepteur de Noyon, Daniel Lemaire (le père de Philippe). Embauché à 24 euros de l’heure, il s’est employé pendant six mois à faire pression sur les maires.

Plus le temps a passé, plus les résistances se sont manifestées, notamment dans les petites communes rurales du canton de Guiscard où l’on a très vite compris que, si on laissait faire, il ne resterait plus rien aux communes et à leurs conseils municipaux.

Solente a demandé à quitter la CCPN pour le Pays des Sources et a obtenu le feu vert du Préfet. Catigny, devant les mauvaises manières à propos du port, a également délibéré pour quitter le Pays noyonnais et rejoindre le Pays des Sources. Muirancourt, Campagne et Frétoy-le-château ont fait de même en juin dernier. Flavy-le-Meldeux a demandé à rejoindre la Somme.

Avant de partir en vacances, en juillet, et craignant que le vent de la révolte n’emporte tout, le maire de Noyon aurait finalement renoncé. Lâché par Daniel Lemaire pour incompatibilité d’humeur avec le nouveau directeur des services de la communauté de communes, il aurait limité ses ambitions à deux compétences.

Seuls les équipements sportifs et culturels seraient transférés à la communauté de communes. Mais ceci permettrait, et ce n’est déjà pas si mal, à la ville de Noyon de faire payer par les 43 communes du pays noyonnais sa nouvelle piscine-patinoire et, chaque année, les millions des déficits du Chevalet et de l’Ecole de musique de Noyon…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 18:08

Nous avons tous dans la poche un téléphone portable. Cela n’empêche pas certains de refuser à tout prix l’installation d’une antenne de téléphonie mobile près de chez eux où près de l’école de leurs enfants.

D’un côté, notre sacro-sainte liberté, de l’autre, le principe de précaution…La contradiction n’est pas facile à gérer.

On en fait actuellement l’expérience à Noyon, où le maire socialiste veut installer quatre nouvelles antennes surpuissantes, notamment dans les quartiers populaires du Mont Saint Siméon et de Beauséjour. Sur ma proposition, il a promis de ne plus accepter un dossier sans l’avoir fait approuver, au préalable, par le conseil municipal. On verra bien…

Il y a aussi des villes où le maire signe des autorisations sans jamais demander l’avis de quiconque. On a ainsi vu se multiplier, depuis le début des années 90, les antennes émettrices et réceptrices sur nos toits, dans nos villes et nos campagnes, sans qu’aucune contrainte environnementale ou sanitaire ne soit venue réguler leur mise en place.

Aujourd’hui, les contestations des riverains sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus véhémentes, mais aucun outil réglementaire ne permet aux maires d’intervenir utilement. Il est clair que la procédure d’autorisation administrative actuelle n’est plus en phase avec la réalité.

C’est pourquoi, je viens de déposer à l’Assemblée nationale avec Sébastien Huyghe, député du nord, un amendement qui propose que « toute implantation d’équipements utilisés dans les réseaux de télécommunication ou d’installations radioélectriques est assujettie à l’obtention d’un permis de construire ». Celui-ci doit être obligatoire quelle que soit la hauteur ou les caractéristiques des pylônes et antennes, qu’il s’agisse d’une nouvelle installation ou de la modification d’un site existant.

On va voir, dans les tous prochains jours, le sort qui sera réservé à cet amendement. Son adoption permettrait en tout cas de clarifier les responsabilités et de faire prendre en compte dans les décisions toutes les contraintes environnementales, urbanistiques et de santé publique. Cela permettrait aussi aux riverains d’avoir la possibilité de faire appel au juge.

Pour en savoir plus sur les antennes de téléphonie mobile et leurs dangers : http://www.domsweb.org/ecolo/antennesmobiles.php/

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 12:08

1.      L’emploi

La situation de l’emploi s’est considérablement dégradée ces derniers mois sur le bassin d’emploi de Compiègne-Noyon. Jusque-là relativement privilégié, grâce au dynamisme du développement économique du compiègnois, le secteur a beaucoup souffert de la crise depuis un an. Les sous-traitants de l’automobile, le bâtiment, et dans une moindre mesure la chimie, ont généré beaucoup de chômage technique, et détruit de très nombreux emplois.

Les perspectives des prochains mois ne sont pas bonnes, avec encore quelques fermetures d’entreprises prévisibles.

En face, malheureusement, les projets de créations d’entreprises nouvelles sont quasi inexistants dans la vallée de l’Oise…

 

2.      Le devenir du quartier Berniquet

Dans neuf mois très exactement, le RMT aura quitté Noyon. Après un an de discussions, d’études et de réunions, aucun projet significatif créateur d’emplois et d’activités ne se dessine, malgré l’engagement de l’Etat qui a promis de céder les 42 hectares à l’euro symbolique et d’accorder le statut de zone franche aux terrains militaires.

Faute de projets économiques, la Communauté de communes du Pays noyonnais envisage la création d’un centre de formation sur le site. Pourquoi pas, le noyonnais a bien besoin de formation. Mais ce n’est pas avec cela que l’on va créer de l’emploi et de la richesse pour remplacer les 1.200 emplois militaires qui vont disparaître.

Toujours est-il que le ministre de l’aménagement du territoire qui devait revenir à Noyon avant l’été a annulé, et le préfet ne réunit plus le Comité de suivi…

 

3.      L’emplacement du port du noyonnais

Une dernière réunion de concertation entre l’administration, VNF et les élus est prévue après le 15 septembre. Il semble néanmoins acquis d’ores et déjà que le port fluvial de Noyon restera là où il était prévu dans la DUP, c’est-à-dire sur Beaurains-les-Noyon, Porquéricourt et Vauchelles, sous réserves de quelques aménagements.

Le maire de Noyon a, parait-il, l’intention de refuser cette solution. Dans ce cas, il y a fort à parier qu’il n’y aura tout simplement pas de port fluvial à Noyon…

 

4.      La déviation de la 32

Depuis l’année 2000, la construction de la déviation de l’ancienne route nationale 32, entre Ribécourt et Noyon, est de la responsabilité du Conseil général de l’Oise. On nous annonce que les travaux pourraient commencer (enfin !) avant la fin de cette année et durer deux ans. Les élus de gauche en font des gorges chaudes…Je pense quant à moi que tout cela a été plutôt laborieux… Pour preuve : la déviation nord-est de Compiègne, faite et financée par l’Etat, sera inaugurée avant que la 32 ne soit même démarrée…

 

5.      La réforme des collectivités locales

Le Président de la République, que j’ai vu avant l’été avec quelques collègues, nous a confirmé qu’un projet sera déposé cet automne et que la réforme sera votée par le Parlement avant la noël.

L’idée est simple : faire une réforme qui simplifie l’empilement des collectivités, qui économise l’argent public et réduit le nombre d’élus et le nombre de fonctionnaires. La gauche va hurler, mais la réforme est attendue par tous nos concitoyens.

 

6.      La pandémie de grippe A

C’est l’inconnue de cette rentrée. Le gouvernement et les services publics se préparent à une épidémie rapide et forte, dès ce mois de septembre et jusqu’à la fin de l’année. Si c’est le cas, notre vie quotidienne et l’économie (qui n’en avait pas besoin) vont en être très fortement affectée. Le gouvernement a beaucoup travaillé et communiqué sur ce point, mais je regrette qu’au niveau local, rien ne soit concrètement  préparé.

 

7.      La préparation des régionales

Dans moins de sept mois, auront lieu les élections régionales. Je soutiendrai bien sûr avec enthousiasme la liste que conduira Caroline Cayeux. Je vais prochainement l’inviter, dans le cadre de  son tour de Picardie, à venir passer une journée dans la 6ème circonscription pour y rencontrer les acteurs du territoire.

Caroline Cayeux aime la Picardie et croit en son avenir. Je suis certain que son élection serait une vraie chance que nous devons saisir.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 10:22

Alain Gest, député de la Somme et Président de Voies navigables de France, sera jeudi après-midi à Longueil-Annel, à l’occasion du premier challenge de la voie d'eau organisé par l'amicale automobile historique des travaux publics.

L'amicale, bien connue des amateurs du 4L Trophy, entraînera quinze équipes de deux étudiants ou jeunes salariés, du port de Dunkerque à l'Ile de Monsieur dans la région parisienne, en passant par le port de Lille et en suivant les 106 km du tracé du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe.

Jeudi, les participants, rejoints par le président de VNF, se retrouveront au musée de la batellerie de Longueil-Annel vers 17 heures. Des joutes nautiques auront lieu vers 18 heures et seront suivies d’un buffet.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 10:14

Toutes nos félicitations au compiègnois Jean-Christophe Bette qui a remporté hier en Pologne, avec Fabien Tilliet d’Annecy, le titre de champion du monde de deux sans barreur poids léger.

Il s’agit là du quatrième titre mondial de Jean-Christophe, par ailleurs médaillé d’or aux JO de Sydney en 2000.

Cette nouvelle victoire tombe plutôt bien au moment où la ville de Compiègne vient de se voir couronner par L’équipe « ville la plus sportive de France 2009 ». Le titre sera remis au maire de Compiègne samedi prochain.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 09:24

La Ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a finalement rallié ma proposition d’une vaccination contre la grippe A « gratuite, facultative et ouverte à tous ceux qui en feront la demande ».

C’était la seule solution possible, si la pandémie de grippe A est au rendez-vous très bientôt, comme l’annoncent les spécialistes.

La Ministre a aussi répondu à plusieurs autres questions que je lui ai posées pendant le mois d’août.

Au total, ce sont 94 millions de doses de vaccins ont été commandées auprès de quatre laboratoires (Sanofi-Pasteur, Novartis, GlaxoSmithKline, et Baxter International) pour un budget d'environ un milliard d'euros.

Les premiers vaccins, présentés en flacons multi-doses, sont parvenus en France jeudi. Plusieurs millions de doses seront disponibles à la mi-octobre.

Les vaccinations (deux injections) commenceront le 28 septembre dans des centres de vaccination qui seront ouverts dans les départements. Elles seront faites par des personnels de santé habilités qui seront rémunérés.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article