Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 12:15

J’ai assisté bien évidemment mardi à la réunion conjointe des commissions de la Défense et des Affaires étrangères  de l’Assemblée nationale qui ont entendu M. Hervé Morin, Ministre de la Défense, et M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, à propos de la situation en Afghanistan.

Voici en intégrale ces deux auditions :

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/comdefetr-20080826.asp
 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 11:21

J’ai tremblé avec elle toute la journée de vendredi dernier, via la télé et internet. J’y ai cru toute la journée et puis, il a bien fallu se faire une raison. Amélie Cazé, double championne du monde en titre en pentathlon moderne, ne revient pas de Pékin avec la médaille olympique que nous espérions tous. Elle a terminé ses cinq épreuves (tir, escrime, natation, équitation et course à pied) avec 5.536 points soit à la neuvième place. Nous savons combien, elle-même, se parents, son club sont déçus, mais c’est la loi du sport et Amélie reste la grande championne que nous aimons.

Jeudi, John Zakrewski, lui aussi licencié à Noyon, avait fini 34ème avec 4.264 points en pentathlon moderne homme, à cause d’une chute spectaculaire à cheval. Décidemment, pas de chance !

Pas de chance, non plus, le 17 août, avec le compiégnois Jean-Christophe Bette qui a fini 4ème en aviron. Son quatre sans barreur poids léger a ainsi manqué de peu le podium que nous attendions aussi.

Bonne surprise en revanche, avec Julien Bahain, étudiant à l’UTC de Compiègne, licencié en aviron à Angers. Il a remporté, le 17 août, une médaille de bronze en quatre de couple. Voir : http://fr.sports.yahoo.com/17082008/70/pekin-2008-le-bronze-fait-leur-bonheur.html

Allez, c’est sûr, on fera mieux à Londres en 2012 !

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 11:09

Max Brézillon est mort le 10 août dernier. Une grande figure de l’Oise s’en est allée. Max a été un héros de la résistance et de la déportation dans l’Oise. Cette terrible épreuve l’avait marqué pour toute sa vie.

Il a aussi été un formidable chef d’entreprise, créant et développant, dès le lendemain de la Libération, la magnifique entreprise qui porte ses initiales. BZ, comme on dit encore aujourd’hui, a compté jusqu’à 3.000 salariés et a été la plus grande entreprise du noyonnais, avant d’être reprise par le groupe Bouygues qui, peu à peu, essaie de la délocaliser.

Max Brézillon, enfin, a été un conseiller général et régional exemplaire. Fidèle à ses idées et au Général de Gaulle, il a défendu son canton avec intelligence. Il a apporté son aide à tous les maires, à tous les habitants et à toutes les associations du noyonnais qui l’ont sollicité pendant plus d’un quart de siècle. Il disait toujours oui, et il faisait, discrètement, l’impossible.

Je me souviens de ce jour de 1988, ou nous nous ennuyions tous les deux, côte à côte, sur les bancs du conseil régional de Picardie. Je lui disais mon angoisse de voir le chômage si haut et le niveau de formation si bas, dans le noyonnais. Il me racontait, lui, sa difficulté à trouver des maçons dans l’Oise et la Picardie. C’est de cette discussion qu’est née l’association de formation FIM Vallée de l’Oise que j’ai créée quelques semaines plus tard et que j’ai présidée pendant quinze ans.

Des hommes comme lui manqueront à la France de demain.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 11:34

Je crapahutais dans le sud marocain, quand j’ai appris lundi la mort de dix soldats français en Afghanistan. L’un d’entre eux, Mélam Baouma, 23 ans, était marsouin de première classe au Régiment de Marche du Tchad. Il servait la mitrailleuse d’un VAB (véhicule de l’avant blindé) du régiment qui s’est renversé après l’accrochage avec les talibans. Quatre autres marsouins du RMT qui étaient dans le véhicule ont été blessés, dont un par balle.

J’ai aussitôt décidé de rentrer, et ce matin j’ai pu, avec le Préfet de l’Oise et le premier adjoint de Noyon, recevoir Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la défense, venu témoigner aux militaires du régiment « la solidarité et la compassion du gouvernement et de la Nation ».

La cérémonie a été courte et pleine d’émotions. Les marsouins du RMT pleuraient leur copain tué et attendaient leurs blessés dont deux devaient rentrer ce matin.

Moi, en parcourant leurs visages tendus, je revoyais cette vallée de Surobi, perdue à 50 kilomètres à l’est de Kaboul, où j’avais, il y a tout juste quatre semaines, passé avec le ministre de la Défense une soirée et une nuit en compagnie des soldats qui ont été tués et de leurs camarades. Nous avions dîné de rations militaires, sous la tente, dans la poussière et la chaleur. Nous avions longuement parlé de leurs missions et des conditions difficiles qu’ils rencontraient sur le terrain. Je me rappelle du sérieux de ces hommes, de leur professionnalisme. Ils savaient être dans une zone particulièrement dangereuse où les talibans, pour la plupart infiltrés du Pakistan voisin, sont très actifs et déterminés.

En quittant le colonel, le lendemain à Kaboul, je me souviens lui avoir dit : « s’il vous plait, ramenez tous nos marsouins à Noyon !». Je ne pouvais pas savoir que Mélam ne reverrait jamais le sol de l’Oise. Ainsi va la dure loi des armes.

 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 16:34

L’Association Avenir-Transports tiendra sa troisième Université d’été du 24 au 27 août à Compiègne, au centre Pierre Guillaumat de l’UTC. Cette association nationale, dont je suis le président, rassemble les grandes entreprises et les syndicats professionnels du secteur des transports et quelques 200 parlementaires.

Une trentaine de stagiaires réfléchiront pendant trois jours aux partenariats public-privé dans les transports, thème de cette 3ème université d’été. Les travaux seront validés, comme chaque année, par le Centre national des Arts et Métiers.

La première journée, celle du dimanche 24, sera consacrée à la découverte de la région de Compiègne.

Le lundi 25 au matin, ouverture des débats par moi-même et Serge Renaud, président de la chambre régionale de commerce et président du CNAM de Picardie. Suivront deux tables-rondes avec des représentants de Dexia, du Conseil régional de Bretagne, de Vinci concessions, de l’Agence métropolitaine de transport de Montréal… Les stagiaires visiteront ensuite, avec l’adjoint au maire Nicolas Leday, le système de transports publics de l’Agglomération de la région de Compiègne.

Le mardi 26 sera consacré aux questions aériennes et aéroportuaires. Nous visiterons, le matin, l’aéroport de Beauvais avec son directeur, Marc Amaudry, avant d’être reçu à la mairie par Caroline Cayeux. L’après-midi, table-ronde, toujours à Beauvais, avec le président de l’aéroport de Bordeaux, un représentant de Kéolis, et Jacques Sabourin, délégué général de l’Union des aéroports de France. En fin d’après-midi, nous visiterons Roissy et le terminal de Fédex, avant de dîner au Musée de l’Air et de l’Espace.

Le mercredi 27, nous travaillerons sur l’intermodalité rail/route/canal. Deux tables-rondes réuniront des représentants de la SNCF, de VNF, de Fédex, et de la Deutsche Bahn. Le directeur de cabinet du Ministre de l’économie, un représentant de la Commission européenne, le président de RFF et le directeur du port de Nantes participeront également à nos débats.

Le pôle de compétitivité i-Trans et le futur port fluvial de Compiègne seront ensuite présentés aux stagiaires.

Dominique Bussereau, Secrétaire d’Etat chargé des transports, m’a fait l’amitié d’accepter de conclure les travaux de l’université d’Avenir-Transports. Il sera à l’UTC vers 17 heures puis il sera reçu, avec les stagiaires, à l’Hôtel de ville de Compiègne.

 

Pour en savoir plus sur l’association Avenir-transports : http://www.avenir-transports.org/avenirtransports/

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 10:27

Noyon a la chance extraordinaire d’accueillir un Festival de Blues de la plus haute qualité. Mais Noyon ne le sait pas.

Ce week-end encore, pour la troisième fois, les plus grands noms français du Blues se sont produits dans la ville. Le directeur artistique du Festival, Jean-Michel Nanjod, avait renouvelé l’exploit que le meilleur de cette musique venue du fin fond des Etats-Unis soit sur la scène du Parc Roosevelt. Et ce furent des moments exceptionnels.

Seuls manquaient les noyonnais. Malgré la gratuité, malgré le plateau, malgré les musiciens et les techniciens qui se sont défoncés, malgré les bénévoles qui ont fait des merveilles, le public n’était pas au rendez-vous.

Il est vrai que la nouvelle municipalité avait tout fait pour que le Festival se plante. Le maire ne s’est  pas montré. Son ancienne commune de Pont l’Evêque n’a rien trouvé de mieux que d’organiser sa fête communale le même week-end. Des 2.000 affiches imprimées par l’association du Festival pour annoncer l’évènement, la mairie (qui devait les distribuer) n’en a fait circuler que six !

Quel gâchis ! Noyon a pourtant besoin d’évènements comme celui-là. Pour se faire connaître, mais aussi pour sortir du blues justement…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 10:41

Ils seront finalement dix champions licenciés en Picardie à aller à Pékin défendre les couleurs de la France aux JO. Sur les dix, six sont de l’Oise, et trois sont licenciés dans ma circonscription.

Jean-Christophe Bette, licencié aux Sports Nautiques Compiégnois et déjà médaillé d’or aux JO de Sydney en 2000, concourra à Pékin en quatre sans barreur. Amélie Cazé et John Zakrewski sont tous les deux licenciés au club de Pentathlon moderne de Noyon. Remarquons que ce club envoie aux JO 2008 deux des trois sélectionnés dans cette discipline exigeante.

Je connais bien ces jeunes sportifs de haut niveau et leurs familles. Je sais la somme d’efforts et de souffrances que représente leur sélection à Pékin. Je sais aussi la pression qui s’exerce sur eux, et notamment sur Amélie Cazé, deux fois championne du monde, en 2007 et en 2008.

Comme beaucoup dans le compiègnois et le noyonnais, je vais suivre, en direct et le cœur battant, leurs épreuves et leurs exploits. Je leur souhaite bonne chance et le bonheur de nous revenir médaillés et couverts de gloire.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 11:03

Ca y est : le bouclage financier du canal à grand gabarit Seine-Nord est quasiment achevé. Les trois régions socialistes qui bloquaient le dossier depuis quatre ans ont fini par craquer. Elles ont donné leur accord au Ministre Borloo pour une participation totale qui dépassera les 500 millions d’euros :

Conseil régional de Picardie : 100 millions

Conseil régional d’Ile-de-France : 210 millions

Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais : 200 millions.

Restent les conseils généraux des départements traversés qui sont sollicités notamment pour financer les plates-formes intermodales. Celui de l’Oise vient d’ailleurs de demander à la Communauté de communes du pays noyonnais le dossier du projet de port de Noyon.

La déclaration d’utilité publique va pouvoir être signée par le ministre à la rentrée, afin que commencent les acquisitions de terrains.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 16:29

Depuis sept mois, j’ai tout fait et tout essayé pour sauver le RMT à Noyon. Je n’y suis pas parvenu et j’en suis très meurtri.

Je persiste à croire que le départ du régiment est une catastrophe pour la ville. Une catastrophe économique parce que le régiment est  le premier employeur de Noyon. Une catastrophe sociale parce qu’il est aussi un élément de stabilité sociale important pour la ville.

Je constate que, pendant sept mois, je me suis battu seul pour le régiment. Cela aussi j’ai du mal à le digérer.

Les maires et les élus du noyonnais n’ont pas bougé. Le Conseil général n’a rien fait, contrairement à d’autres départements, pour sauver la présence de l’armée dans l’Oise. Le Conseil régional, lui, est resté muet, indifférent de perdre 6 ou 7.000 habitants et 4.000 emplois.

La ville de Noyon, depuis le début, a choisi, elle, de ne pas se battre, surtout s’il fallait le faire avec le député, pensez quelle compromission ! Seuls les 42 hectares et les 11 bâtiments du quartier Berniquet semblent intéresser la municipalité. Les yeux de certains s’enflamment devant les millions d’euros que j’ai obtenus et que promet l’Etat. On rêve, on échafaude, on se réjouit. On n’a pas de projets, mais qu’importe, ça viendra… Tiens pourquoi pas une université, allez rêvons…

Je persiste à dire que l’on aurait pu faire autrement. Encore fallait-il le vouloir. La Marne a sauvé Mourmelon en serrant les rangs, tous élus confondus. Nous, on s’est laissé prendre le RMT par l’ancien socialiste Jean-Marie Bockel, sans rien dire et sans bouger (à part moi). Lamentable !

Nos électeurs vont le payer au prix fort pendant dix ans. Tout cela pour de petits intérêts, parce que la gauche n’aime pas l’armée et encore moins les militaires, ou parce que l’on fantasme sur des hectares à urbaniser et sur ces millions d’euros de compensations. Pitoyable !

Oui, tout cela est lamentable et pitoyable. Pendant ce temps-là, nos marsouins du RMT patrouillent dans les rues de Kaboul, au risque de leurs vies, pour que nous restions un pays libre.

 

 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 16:27

A toutes les langues fielleuses qui diront, bien sûr et comme d’habitude, que je n’ai rien fait pour sauver le Régiment de Marche de Noyon et que tout ceci, au bout du compte est de ma faute, je livre le calendrier de mes multiples démarches et interventions depuis six mois. Je laisse chacun juger en toute liberté :

22 janvier 2008 : première rencontre avec Hervé Morin, Ministre de la Défense.

23 janvier : dîner à Noyon avec un général de l’Etat-major en inspection au RMT.

12 mars : je lance un appel aux noyonnais pour les mobiliser autour du régiment.

20 mars : j’interpelle le maire de Noyon pour me mettre à sa disposition et connaître sa stratégie.

29 mars : entretien avec le Préfet de l’Oise lors de l’inauguration des journées portes ouvertes du régiment.

4 avril : le conseil municipal vote une motion de soutien au régiment. Je confirme que je reste à la disposition du maire.

8 avril : je reçois une délégation des personnels civils de la Défense et des représentants des personnels civils du RMT.

10 avril : j’envoie, avec dix autres députés, une lettre au Président de la République et demande à être reçu.

14 avril : je redemande au maire de Noyon sa stratégie pour garder le régiment.

17 avril : je rejoins officiellement la Commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale.

25 avril : entretien avec le maire de Noyon : je plaide pour une politique offensive et constructive vis-à-vis du ministère.

28 avril : deuxième rencontre avec le Ministre de la Défense.

28 avril : Je fais trois propositions au maire de Noyon : aller voir ensemble M. Morin, demander un entretien à l’Elysée, et préparer « un livre blanc pour que l’Armée reste et se développe dans le noyonnais ».

2 mai : je propose au maire de Genvry de l’associer à toutes mes démarches.

6 mai : j’évoque avec les collaborateurs du Président de la République un prochain rendez-vous.

15 mai : je rencontre au Centre de secours de Ressons le président du conseil général : je lui demande de s’impliquer pour défendre les régiments de l’Oise.

20 mai : je vois Hubert Falco, Secrétaire d’Etat à l’aménagement du territoire, qui va gérer les compensations aux villes qui vont perdre leur régiment.

20 mai : le Conseil général vote une motion pour le maintien de la présence militaire dans l‘Oise.

21 mai : le Ministre présente le Livre blanc devant la commission de la Défense de l’Assemblée.

22 mai : troisième rendez-vous au ministère de la Défense avec les maires de Genvry et Noyon. J’interpelle les collectivités pour qu’elles montent un projet rapide permettant de négocier le maintien, voir le développement, de l’Armée à Noyon.

27 mai : réunion à l’Assemblée des députés les plus frappés par les restructurations, en présence d’Hervé Morin.

4 juin : réunion de la commission de la Défense de l’Assemblée sur le Livre blanc.

10 juin : deuxième réunion des députés les plus frappés par les restructurations et rencontre avec Hubert Falco, Secrétaire d’Etat à l’aménagement du territoire.

17 juin : le Livre blanc est rendu public par la Président de la République.

20 juin : je publie avec six autres parlementaires une tribune dans le Figaro pour protester contre la fermeture de garnisons dans les villes sinistrées.

24 juin : je rencontre Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée.

24 juin : je demande un entretien au maire de Noyon pour une démarche commune auprès du Président de la République.

25 juin : le maire de Noyon me fait savoir qu’il refuse toute démarche commune.

25 juin : je diffuse le « Livre noir sur le départ de Noyon du RMT».

26 juin : je participe au débat à l’Assemblée nationale sur le Livre blanc.

1er juillet : le maire de Noyon annonce le départ du régiment.

2 juillet : Claude Guéant m’écrit et me confirme que les arbitrages ne sont pas rendus. L’annonce des restructurations est reportée après le 21 juillet.

3 juillet : rencontre avec le maire de Noyon pour évoquer les compensations.

4 juillet : je demande à Hervé Morin d’étudier l’hypothèse, si le RMT doit quitter Noyon, d’accueillir le 2ème RD ou un des régiments qui doit être rapatrié d’Allemagne.

18 juillet : je pars en Afghanistan, avec le Ministre de la Défense, visiter le dispositif militaire français et les 450 marsouins du RMT positionnés près de Kaboul.

21 juillet : retour d’Afghanistan.

21 juillet : j’obtiens de l’Elysée que Noyon bénéficie d’un « contrat de redynamisation » de 8 millions d’euros.

24 juillet : Le Ministre de la Défense annonce le départ du RMT pour Colmar en juillet 2011.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article