Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 11:17

Je connais bien Ségolène Royal : je siège avec elle à l’Assemblée depuis vingt ans. Je sais ce dont elle est capable. Je sais aussi qu’elle n’est pas la jeune femme souriante et agréable que les médias dépeignent. Elle est dure, égoïste, teigneuse et finalement peu démocrate.

Cette vidéo, trouvée sur le net, d’une séance du Conseil régional de Poitou-Charentes l’illustre parfaitement. Pour la petite histoire, le Monsieur à côté d’elle, à la tribune, n’est pas un élu de l’opposition, mais un membre de la majorité de Madame Royal, un « ami politique », comme on dit.

http://www.dailymotion.com/video/x4kdbf_royal-fountaine_news

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 12:12

C’est ce mercredi 4 juin, à 14 heures, que sera définitivement scellé devant le Conseil d’Etat le devenir du Bois des Loges.

La plus haute autorité judiciaire administrative examinera, en effet, successivement les trois requêtes de la commune de Fresnières, du Pays des Sources et du Syndicat mixte de la vallée de l’Oise contre la société Valnor, filiale du groupe Véolia, qui veut transformer ce lieu historique, où repose encore les restes de soldats de la Première guerre mondiale, en décharge d’ordures ménagères et de déchets industriels banals.

Le 17 novembre 2004, le Préfet de la Somme avait autorisé ce funeste projet. Le Tribunal administratif d’Amiens avait cassé l’arrêté du Préfet, le 18 octobre 2005. Le jugement avait été annulé par la Cour administrative d’appel de Douai, le 30 novembre 2006. La décision définitive reviendra mercredi au Conseil d’Etat.

Je regrette très sincèrement que la justice rende son jugement définitif sans que soit connue la réponse à la question que je posais, en novembre dernier, dans ce blog, à savoir : y a-t-il des habitats de pique-prunes dans le Bois des loges ?

Le Pique-prune est un petit scarabée en voie de disparition. Il a déjà totalement disparu de Belgique et de Hollande, et bien qu’il pullulait en France dans les années 60, il devient rare sur notre territoire. Si rien n’est fait, on ne le trouvera plus en Europe d’ici quelques décennies.

Protégé par la Convention de Berne de 1979, par la Directive européenne « Habitats » de 1992, par la loi de 1976 relative à la protection de la nature et par un arrêté ministériel en date du 22 juillet 1993, le pique-prune est intouchable de même que ses habitats.

Or, il se trouve que Jean-Michel Chérault, habitant de Fresnières, a trouvé le 15 novembre dernier un habitat de pique-prunes dans le houppier d’un chêne, abattu dans le Bois des loges au lieu-dit le Bois Papelle.

J’avais, bien sûr, immédiatement saisi à l’époque les pouvoirs publics en leur demandant de prendre toutes les mesures conservatoires. Après plusieurs semaines de réflexion, le Préfet de la Somme m’avait finalement répondu que les larves trouvées n’étaient pas celle de pique-prunes mais d’un insecte proche.

Le grand spécialiste français des pique-prunes, que nous avons consulté de notre côté, est moins catégorique. Il estime qu’il faut attendre juillet et l’éclosion des larves pour se prononcer. Un certain nombre de larves ont, bien sûr, été conservées par nos soins. Nous saurons d’ici un mois si le pique-prune est ou non présent au Bois des Loges. Le Conseil d’Etat aura rendu ses jugements, mais, même s’ils nous sont défavorables, le combat ne sera peut-être pas fini...

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 09:14

L’Amérique est en pleine élection présidentielle. Le combat est rude entre les deux postulants à l’investiture démocrate, Barack Obama et Hillary Clinton. John Mac Cain a, lui, déjà gagné l’investiture des républicains et disputera l’élection le 4 novembre prochain. Les médias français ne retiennent des débats américains que l’affrontement entre ces trois personnalités, mais rien ou presque des analyses et des propositions des trois candidats.

C’est pourtant de ces analyses et de ces propositions dont va dépendre l’avenir des Etats-Unis, mais aussi l’avenir du monde pour les quatre prochaines années.

Barack Obama, Hillary Clinton ou John Mac Cain : qu’est ce que cela change vraiment pour le monde, pour l’Europe et pour nous, Français ?

J’ai souhaité que nous puissions débattre de cette question entre sympathisants et entre amis au cours d’une soirée-débat, qui est parrainée par l’association France-Etats-Unis de Compiègne et sa présidente, Michèle Le Chatelier.

Cette soirée aura lieu le jeudi 5 juin, à 20 heures 30, aux salles Saint-Nicolas de Compiègne. L’entrée est libre.

J’ai invité Olivier Richomme, maître de conférences en civilisation américaine à l’Université de Lyon II, et coauteur du livre « l’Amérique de Barack Obama » à venir animer cette soirée.

A l’issue de la conférence, Olivier Richomme dédicacera son livre. 

 

Une interview d’Olivier Richomme sur Barack Obama et les élections américaines : http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafYITs.html

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 15:12

La France s’est encore tapée la honte au Concours de l’Eurovision samedi soir. Sébastien Tellier a fini 18ème sur 25 candidats. Le fait qu’il chante en anglais ne nous a pas sauvé, bien évidemment, du désastre habituel depuis vingt ans.

Je ne regrette pas d’avoir mis les pieds dans le plat à propos de ce Concours. Je pense même que j’ai été trop gentil en ne soulevant que le problème de la langue. J’aurais dû m’attaquer aussi à l’obscure délégation française de l’Eurovision à qui revient chaque année la sélection du représentant de la France. J’aurais dû m’interroger sur ce que nous coûte ce Concours dont nous sommes, avec nos amis allemands, anglais et espagnols, les principaux contributeurs.

Comment sont désignés ceux qui ont en charge de choisir l’artiste français ? Qui les nomme ? Comment se fait le choix de l’artiste ? Quels sont les critères de sélection ? Combien coûte exactement notre participation ? Qui paye ? Pourquoi payons-nous plus que les autres ?

Parce que, franchement, ce n’est plus possible de laisser la France se faire humilier de cette façon chaque année et depuis vingt ans, au prix fort et avec de l’argent public.

Toutes ces questions, je viens de les poser au Ministre de la Culture dans une nouvelle question écrite. Je pense que les réponses ne vont pas manquer de nous surprendre. A l’Eurovision aussi, il serait sans doute utile de faire le ménage…

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 15:38

Je sors pour la troisième fois du Ministère de la Défense à propos du Régiment de Marche du Tchad.

Les choses sont désormais très claires. Les restructurations militaires seront annoncées d’ici quelques semaines. La question pour nous, élus de l’Oise, est de savoir si le Conseil régional, le Conseil général, le Pays noyonnais et les communes de Noyon et Genvry sont capables, ou non, de proposer sous quinze jours au Ministère une solution pour garder le RMT et accueillir un autre régiment d’infanterie au quartier Berniquet ?

Pour avoir une chance d’aboutir, la réponse doit être satisfaisante au niveau opérationnel pour le RMT et budgétairement alléchante pour le ministère de la Défense.

Si nous ne sommes pas capables de présenter une alternative crédible et rapide d’extension du quartier Berniquet, considérons dès aujourd’hui que le RMT aura quitté Noyon pour Colmar, au plus tard le 1er juillet 2011.

L’affaire est entendue. A nous de savoir ce que nous voulons, au-delà des vœux pieux, des motions ou des larmes de crocodiles.

Je sais ce que d’autres font actuellement pour garder leurs garnisons. Je sais, par exemple, ce que propose le Conseil général de Saône-et-Loire pour sauver la base de Luxeuil. J’ai dîné mardi soir avec les présidents des Conseils généraux de la Haute-Marne et de la Meuse. Je sais ce qu’ils mettent sur la table pour sauver le régiment de Chaumont et en accueillir un second dans ce qui va devenir une nouvelle base de défense, ou pour garder le régiment de Commercy.

Ils ne se contentent pas de critiquer la réforme et de voter des motions que personne ne lit. Ils se battent à Paris. Ils mobilisent les villes concernées. Ils montent des projets et mettent de l’argent, souvent beaucoup d’argent, sur la table.

Et ça marche ! Sommes-nous prêts à faire la même chose pour Noyon ? C’est ce que je demande, malheureusement sans succès, depuis des mois maintenant. Car Noyon va être, avec Compiègne, les seules villes de l’Oise à vraiment souffrir des restructurations en projet. Creil gardera sa base qui va même être renforcée. Senlis va perdre sa garnison mais conservera l’essentiel des familles de militaires.

Le Conseil général de l’Oise et le Conseil régional de Picardie sont-ils prêts à financer le renforcement de la présence militaire à Noyon, c’est-à-dire l’extension du quartier Berniquet ? Le Pays noyonnais et les communes de Noyon et Genvry veulent-elles vraiment porter ce projet ? Ce sont les questions qui sont posées aux élus et qui doivent trouver une réponse d’ici deux ou trois semaines.

Faute d’une volonté claire et argumentée, il ne restera plus à ces mêmes collectivités qu’à pleurer et à négocier des compensations, c’est-à-dire des cacahuètes.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 09:07

Trois responsables de mouvements politiques de jeunes de Picardie, Fabrice Hinschberger, président des jeunes centristes d'Amiens, Hélène de Nattes, responsable des jeunes populaires de l'Oise, et Nathanaël Rosenfeld, responsable des jeunes pour la France viennent d’écrire à Patrick Deguise.

Dans ce courrier, ils s’indignent que le nouveau maire socialiste de Noyon ait fait élire délégué de la Communauté de communes du Pays noyonnais le seul élu Front National du conseil municipal.

Voici le texte intégral de cette lettre qui a été rendue publique :

 

Monsieur le Maire,

A la suite des élections municipales à Noyon, nous avons appris avec stupeur que, à votre initiative, le Conseil municipal de Noyon a attribué un siège de délégué à la Communauté de communes du Pays noyonnais au responsable régional du Front national, seul élu FN de Noyon, Monsieur Michel Guiniot. Nous notons que votre majorité a entériné ce choix à l'unanimité de ses membres.

C'est pourquoi, nous, responsables de trois mouvements de la jeunesse citoyenne de notre département, vous interpellons aujourd'hui pour vous demander les raisons qui vous ont amené à faire le choix de l'entrée du Front national à la Communauté de communes du Pays noyonnais.

Depuis trente ans, la droite, le centre et la gauche affrontent ce parti extrémiste dans le noyonnais aux noms des valeurs de la République. Nous sommes choqués de voir que vous-même et votre majorité socialiste et communiste abandonnez aujourd'hui ce combat et donnez une place et donc une légitimité nouvelle au FN que tous vos prédécesseurs à la mairie ont combattu avec courage.

Nous nous demandons les raisons qui vous ont poussé à un tel geste politique et la nature exacte des relations que vous entretenez avec le représentant du Front National. Nous aimerions également savoir si cette initiative a été approuvée par le Parti socialiste dont vous êtes membre et élu.

Dans l'attente de votre réponse, nous vous saluons.

 

FMG SUR France 3

François-Michel Gonnot sera l’invité de l’émission « Voix publique »,

sur France 3 Picardie,

ce vendredi 23 mai à 18 heures 40,

sur le thème : « Faut-il vraiment chanter en français à l’Eurovision ? »

 

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 10:32

Dans une question écrite déposée à l’Assemblée nationale, je viens d’attirer l’attention de Madame Christine Lagarde, ministre de l’économie et des finances, sur les pratiques de la plupart des enseignes de la restauration rapide (Mac Donald, KFC, Quick…) qui pratiquent des prix uniques sur les achats à consommer sur place et sur les achats à emporter.

Or ces achats sont soumis à des taux de TVA différents : 19,6% pour les premiers et 5,5% pour les seconds. Les prix pratiqués hors taxes sont donc différents pour des achats identiques faits dans des conditions identiques. De façon paradoxale, le consommateur qui consomme sur place paye, en hors taxes, ses achats moins chers que celui qui les emporte. Ceci va à l’inverse de toute logique, et l’on peut estimer que ces pratiques relèvent de la tromperie pour le consommateur.

J’ai donc demandé au ministre si cette façon de faire, qui va à l’encontre des intérêts du consommateur et de son pouvoir d’achat, a été approuvée par l’administration fiscale. Je souhaite également savoir si celle-ci a les moyens véritables de contrôler les TVA dues par ces enseignes de la restauration rapide. Enfin, j’aimerais vraiment savoir si le gouvernement juge que le consommateur trouve son compte dans ces pratiques surprenantes.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 10:24

Je viens de rejoindre les 80 députés, de droite comme de gauche, qui demandent le maintien du numéro départemental sur les plaques minéralogiques des véhicules à moteur, susceptible de disparaître le 1er janvier prochain.

Je viens aussi d’adhérer au collectif «Jamais sans mon département», crée par les députés Richard Mallié (UMP) et Alain Vidalies (PS). Ce collectif propose d’associer l’ensemble des maires à la mobilisation, en faisant voter des délibérations dans les assemblées départementales et communales demandant le maintien obligatoire et de même taille du numéro de département sur les prochaines plaques d’immatriculation.

Cette action a pour but d’interpeller l’ensemble des Français sur ce dossier et de montrer l’attachement des élus à l’identité des départements.

J’encourage les lecteurs de mon blog à rejoindre le Club «Jamais sans mon département », lobby éphémère lancé par Com’publics.

Un journal et un site internet dédiés à la défense de nos départements sur les plaques d’immatriculation devraient voir le jour : http://www.jamaissansmondepartement.fr.

Nous avons aussi commencé à négocier avec le Ministère de l’Intérieur et avec la Présidence de la République pour tenter de trouver une solution nous donnant satisfaction tout en permettant de doter chaque véhicule d’un numéro unique d’immatriculation qu’il gardera toute sa vie.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 08:51

- C’est le jeudi 22 mai que je retournerai au Ministère de la Défense pour défendre le Régiment de Marche du Tchad. Je serai accompagné des maires de Genvry et de Noyon.

- J’ai décidé, en effet, d’associer désormais Madame Brigitte Lesage, nouveau maire de Genvry, à toutes les démarches que je ferai pour le RMT. C’est, après tout, sur le territoire de sa commune que le RMT est implanté pour l’essentiel.

- Mardi à l’Elysée, j’ai sollicité officiellement mon rendez-vous auprès du Président de la République. J’aurai ce rendez-vous, avant que le chef de l’Etat n’ait à arbitrer sur les restructurations locales.

- Je dois également rencontrer prochainement mon ami, Hubert Falco, nouveau Secrétaire d’Etat à l’aménagement du territoire, qui est très impliqué dans la réforme des Armées. C’est lui qui aura en charge de négocier les compensations aux communes que l’Armée abandonnera.

- Selon certaines informations, ce n’est finalement pas en 2011 mais à l’été 2010 que le Régiment pourrait quitter Noyon.

- Il semble enfin que le calendrier de la réforme soit en train de bouger un peu. La Commission de la Défense du Sénat examinerait le Livre blanc le 21 mai, celle de l’Assemblée nationale le 27 mai. Le Conseil des Ministres l’adopterait le 4 juin. Le Premier Ministre le présenterait ensuite à l’Assemblée dans la première quinzaine de juin. Les arbitrages et les annonces sur les restructurations locales seraient repoussés après le 14 juillet. A suivre.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 09:35

J’ai eu l’honneur de rencontrer deux fois en deux jours le Président de la République.

Il avait convoqué, le mardi 6 mai, jour anniversaire de son élection, une dizaine de députés opposés à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Nous avons, pendant plus d’une heure, évoqué la prochaine réforme constitutionnelle et tenté de trouver la meilleure parade à l’éventuelle adhésion de ce pays, sans pour autant rendre le référendum automatique en matière d’élargissement de l’Europe. J’ai été très heureux de voir que le Président n’avait pas bougé d’un pouce sur le dossier turc.

Le lendemain, mercredi, je suis retourné à L’Elysée avec mes collègues de la majorité pour une sorte de réunion de groupe parlementaire avec Nicolas Sarkozy. Pendant deux heures, nous avons analysé et débattu ensemble du bilan de cette première année du quinquennat.

De ces deux rencontres, je tire la certitude que le Président va bien, très bien. Il n’a rien perdu de son allant et de sa fantastique énergie.

Elu pour cinq ans, il veut être jugé dans cinq ans (et non pas aujourd’hui) sur son bilan et sur sa capacité à réussir les réformes qui ont été promises pendant la campagne et que la majorité de nos concitoyens ont approuvées.

Preuve a été faite pendant cette première année que l’on peut réformer la France sans violence et sans drame. Nicolas Sarkozy reste à l’écoute du pays. Il sait pour autant que les choses sont difficiles aujourd’hui dans l’opinion. Mais il sait aussi que les réformes sont indispensables pour moderniser la France. Les Français le savent, même s’ils ont peur parfois, même s’ils sont inquiets souvent.

Arrêter les réformes ne rendrait pas la majorité populaire pour autant. Cela condamnerait la France dans la mondialisation et cela condamnerait la majorité aux yeux des Français. Il faut donc poursuivre et amplifier le mouvement des réformes. C’est ce qui sera fait pendant cette deuxième année du quinquennat. 51 sont actuellement en chantier. L’objectif premier reste d’arriver au plein d’emploi et à la croissance.

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article