Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 09:33

J’y suis finalement arrivé. Une question au gouvernement aura suffit pour que j’obtienne du Pôle Emploi, les chiffres du chômage sur la ville de Noyon et sur les trois cantons du noyonnais. Et puisque la responsable de l’antenne de Noyon reste de mauvaise foi, ainsi que le directeur départemental, c’est dorénavant le directeur régional du Pôle Emploi qui me transmettra directement, tous les mois, les chiffres actualisés. Vous parlez d’une affaire !

Cela dit, je comprends mieux maintenant pourquoi le Pôle Emploi et la mairie socialiste de Noyon voulaient garder ces chiffres secrets.

Le 31 août dernier, il y avait dans le noyonnais près de 12% de chômeurs de plus qu’un an plus tôt.

Il y avait, à cette date, sur la ville de Noyon, 1.018 chômeurs, à la recherche d’un emploi à plein temps. Ils étaient 1.446 en comptant les chômeurs à la recherche d’un emploi à temps partiel.

Sur l’ensemble du canton de Noyon, il y avait 1.468 chômeurs, à la recherche d’un plein temps, et 2.166 en comptant ceux qui espéraient un temps partiel.

Sur le canton de Guiscard, 581 personnes étaient à la recherche d’un emploi, à temps plein ou à temps partiel.

Sur le canton de Lassigny, ils étaient 571 dans le même cas.

Régulièrement, nous examinerons ici l’évolution de ces chiffres. Ils montrent bien, en tout cas, que l’emploi doit rester la priorité de l’action publique sur le noyonnais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

LES CONSEILLERS GENERAUX UMP DE L'OISE 21/10/2010 13:58



Une manipulation Grand Guignolesque, en trois actes.


Acte I : à la fin de 2009, le Président socialiste du Département Yves Rome explique que grosso modo le Conseil général va être ruiné par
la suppression de la taxe professionnelle, qui s’ajoute aux méfaits des transferts de compétence de l’Etat, lequel nous « devrait » la bagatelle de 266 millions d’euros ! Dans
cette incertitude, il dit ne pas être capable d’élaborer le budget, alors que celui-ci est normalement présenté en décembre pour que les communes et les associations puissent préparer le leur en
connaissant les chiffres de l’aide départementale. Il renvoie le budget en mars.


Acte II : en mars 2010, le Président socialiste du Conseil général confirme la catastrophe, réduit de 21% les crédits de paiement aux
communes, de 25% les subventions aux associations, etc. Et ajoute que les associations qui auront besoin de plus sont priées de venir le « solliciter ». C'est-à-dire de faire
allégeance ? Nous  hurlons au scandale. Nombre d’élus locaux et de bénévoles associatifs protestent, avec plus de discrétion compte tenu de leur
position.


Acte III : en octobre, miracle. Le Président socialiste Yves Rome vient de retrouver près de 80 millions d’euros. Et encore : il en
camoufle 30 de plus en dépenses exceptionnelles éventuelles, une « cagnotte » qu’il cache. Il a honte ?  Le Président explique à
longueur de séance que c’est le fruit de sa bonne gestion et de l’attractivité retrouvée de l’Oise. Ah bon ? Entre le 1er avril 2010 et fin septembre 2010, tous ces miracles à la fois ?
Bien entendu, il redonne les montants de subventions qu’il avait déduits en mars.


Méprisant, humiliant, grotesque : vous avez le choix des qualificatifs. Peut-on se moquer impunément de la population ?


Le groupe des conseillers généraux de l'Oise UMP et Divers Droite 03.44.06.60.16



noyonnais 20/10/2010 22:12



cool! de vrai chiffres! cependant n'étant pas un spécialiste de pôle emploi, je ne me rends pas bien compte du pourcentage que cela représente????


mais merci de votre acharnement pour une communication nette et non romancée!



Malik 20/10/2010 10:05



Merci pour ces chiffres… qui ont au moins le mérite d’être la vérité officiel.


 


Mais, je rappel encore une fois mon commentaire:


 


Extrait d’un commentaire que j’ai fait sur votre blog:


Le plus grave dans tout ça étant le très grave problème économique du Noyonnais. Le taux de chômage à Noyon n’a fait
que d’augmenter depuis les années 80 (Une seule petite parenthèse, la dernière année de Pierre Vaurs : Voir les chiffres de l’ANPE ou la presse de l’époque qui en faisait écho ). Ce temps
glorieux des Socialistes à vu naître sous l’administration François Mitterrand un mensonge d'Etat  qui dissimule les vrais chiffres du chômage sous
un maquis de mesurétes, l’une des premiers était les “TUC” servi en apéritif, dont plus aucun gouvernement n’a su se débarrasser. Certes, ce “biscuit” a subit diverses mutations génétiques… mais
il n’a fait que d’augmenter le nombre de travailleurs précaires que l’on devrait compter au nombre des chômeurs.


 


La réalité est encore beaucoup plus grave, il est pertinent de préciser que ces chiffres ne comptent que les chômeurs de catégorie 1, pas les intérimaires,
les diverses formations bidon, les contrat aidés…


 


Sans vouloir tirer sur l’ambulance au moindre prétexte, sur ce sujet il semble légitime de dire que la municipalité actuel est d'une inefficacité
redoutable…