Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 08:49

Les réservistes sont les grands oubliés de la réforme de la carte militaire. Il y en a 180 au régiment de marche du Tchad de Noyon : 22 officiers, 51 sous-officiers et 107 militaires du rang. Ils viennent de Saint-Quentin, de Compiègne, d’Amiens, bref de toute la région, servir l'armée et le pays, quelques jours ou quelques semaines chaque année. Ils ne savent rien de ce qui va se passer pour eux après juillet 2010, date du départ du régiment de la ville de Noyon.

C’est pourquoi, je viens d’interroger le ministre de la Défense par une question écrite déposée à l’Assemblée nationale. Dans cette question, je lui demande ce qu’il va advenir des réservistes qui, comme ceux de Noyon, sont rattachés à des régiments qui vont être délocalisés, et qui vont donc se retrouver sans infrastructure militaire de rattachement.

Il est hors de question, bien sûr, pour ces hommes et pour ces femmes de se rendre, pour leurs périodes militaires, à Colmar où part le régiment. Le Ministère avait pensé, dans un premier temps, leur proposer cette solution. Elle n’est pas réaliste, et le Ministre en convient aujourd’hui. Plusieurs centaines de kilomètres séparent les deux villes.

Il est clair qu’il va falloir trouver d'autres solutions pour tous ces réservistes dont l’armée de terre a de plus en plus besoin, y compris pour ses opérations extérieures, et qui voient disparaître peu à peu nombre de régiments auprès desquels ils servent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Ph BIERNACKI RESPONSABLE CFDT de Continental Clairoix 11/05/2009 16:15

Afin de préparer la rencontre du 12 Mai, la CFDT veut obtenir des réponses sur les points suivants : Le projet de restructuration a-t-il obtenu l’approbation un avis des instances représentatives Européennes (Euro forum). Si oui, lesquelles et si non pourquoi… ? Alors que la nouvelle directive prévoit  dans le cadre d’Information/Consultation « l’information utile en temps utile ». Et pourquoi la CFDT ;  les OS ; les IRP en France et à Clairoix en particulier  n’ont pas eu  officiellement  connaissance de ces démarches et de ces décisions.
Par ailleurs, nous voudrions connaître le nombre exact de repreneurs du site de Clairoix. Le niveau négociation de l’opération et le montant de la transaction.  Dans combien de temps connaîtrons nous la date de  finalisation de la négociation. Pendant toute cette période le PSE est-il suspendu ?
Si le PSE n’est pas suspendu,  la CFDT  souhaite connaître le montant global de l’enveloppe, sachant que vous avez déclarez dans la presse que les salariés ne seront pas déçus, le groupe mettra les moyens. Avez-vous déjà négocié la fermeture du site de HANOVRE. Si oui depuis quelle date. Nous souhaiterions prendre connaissance des montants financiers attribués aux salariés Allemands. Si non pourquoi… ?        
Enfin, la CFDT rappelle à la Direction Allemande qu’elle défendra juridiquement tous les intérêts des salariés du site de Clairoix et qu’elle attend l’avis de son conseiller pour déposer un voir plusieurs délits d’entraves (mensonges avérés) qui en France sont passibles de sanctions graves  pouvant aller  jusqu’à de l’emprisonnement. 
La CFDT participera le 12 mai à une journée barbecue devant l’usine et donnera des informations sur le déroulement de la réunion en temps réel (voir Fabrique QUENIEZ).      
  Ph BIERNACKI RESPONSABLE CFDT de Continental Clairoix

Bocquet 11/05/2009 10:44

Monsieur Gonnot bonjour, ainsi vous m' amenez à revoir mon jugement à votre égard, vous entamez une belle remontée avec ses deux questions que vous posez aux ministres concernés.Pour ce qui est de l' interet national de ces deux questions, je pense que celles ci, à aucun moment ne réveilleront Rouget de L' isle, mais ne sait- on jamais ?Comme vous le voyez je suis avec attention , votre remontée au classement général, et queque part je me félicite de vous avoir fait sortir de votre léthargie.Aussi, dans le cadre de ce sponsoring, je voudrai vous offrir l' idée de briller encore davantage en vous portant dans le pelotopn de tête...Localement, le président de la CCPN, propablement aigri de l' échec que lui a infligé le Préfet sur son projet de Communauté d' agglomérations " saute moutons", oubliant sa fonction première de premier magistrat de la ville de Noyon, joue de son autorité de Président de la CCPN, pour jouer les "bling bling 2" à l' envers en proposant une recentralisation, des employés communaux et administratifs , sur le CCHVO.Demain les maires de nos villages et communes, ne seront même plus tenu de faire allégeance à celui qui par un habile tour de passe passe, se sera intronisé en Patrick 1er, roi de la Neustrie et des provinces qui souhaiteraient rentrer dans sa communauté .Là, Monsieur Gonnot, vous qui sur les brocantes, venaient au devant des électeurs, vous ne pouvaient rester insensible au démantelement administratif de nos campagnes.l' employé communal, n' est- il pas une figure qui travaille pour sa commune, n' est- il pas le lien entre les habitants du village et le conseil municipal, n' est- il pas le trait d' union avec nos aînés pour mettre une lettre à la Bôite, faire part au Maire des suggétions des habitants de la commune ?La secrétaire de mairie par les menus services qu' elle rend aux personnes ne possédant pas de véhicules, par sa pugnacité à aider certain à se sortir de problèmes administratifs est aussi une personne indispensable à la vie de la commune.Pourquoi ne pas supprimer aussi maires et conseillers municipaux, ce qui mettrait chacun face à un épouvantable marasme devant une administration insaisissable.Curieux de voir ce personnage, tant s' occuper de l' extérieur, alors que les problèmes qui restent sans solution sont si nombreux dans sa propre commune!!Monsieur le Député, une alerte se profile, je compte sur votre esprit civique pour que ce qui fonctionnait aujourd' hui, ne soit pas détruit demain,La démocratie est à ce prixM Bocquet de Porquéricourt