Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

F.M.G

 
 
 François-Michel Gonnot 
 Avocat
 Député honoraire
 
 

mail : gonnot2007@yahoo.fr 

Archives

17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 14:37

 "Monsieur le Député, Cher François-Michel,

« Vous avez souhaité appeler mon attention sur le devenir de l’hôpital de Noyon suite à l’annonce par l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Picardie et la direction du centre hospitalier de Noyon de l’arrêt des accouchements à la maternité et la fermeture du bloc chirurgical la nuit et le week-end, à compter du 1er janvier 2012. Je tenais à vous apporter les précisions suivantes.  

« Vous le savez, ces décisions ont été prises conformément au projet stratégique approuvé en octobre 2010 par Patrick DEGUISE, Président du Conseil de surveillance et les instances de l’hôpital. Ce plan prévoyait l’arrêt des activités obstétriques et chirurgicales à défaut d’une augmentation suffisante du nombre d’accouchements et d’interventions chirurgicales en 2011 ; or, malgré la mobilisation des équipes médicales et administratives de Noyon et de Compiègne, le nombre d’accouchements a encore diminué de 15% et la chirurgie de 8% : l’activité dépasse à peine un accouchement par jour, ce qui pose la question de la sécurité des patients pris en charge.

« Outre ces préoccupations sur le manque de garanties en matière de sécurité des pratiques et de permanence des soins que nous devons aux Noyonnais, ces décisions ont été prises après avoir constaté que l’offre du centre hospitalier de Noyon n’était pas pérenne à court terme, faute de praticiens en nombre suffisant pour exercer correctement ces activités d’obstétrique et de chirurgie. Enfin, il faut rappeler que les activités en cause peuvent être prises en charge par les établissements voisins de Compiègne ou de Chauny, comme le démontrent chaque jour une majorité des Noyonnais qui se tournent spontanément vers ces établissements.

« Cette décision, difficile mais nécessaire, doit permettre de redonner un avenir à l’hôpital de Noyon et une nouvelle dynamique à l’ensemble de ses services, dans la perspective de la fusion avec l’hôpital de Compiègne qui se prépare depuis sa validation en octobre 2010 par les deux conseils de surveillance, et qui renforcera dès 2013 l’ensemble de l’offre de soins hospitaliers du territoire. Je pense notamment au développement prévu de la chirurgie ambulatoire à Noyon par les équipes de Compiègne.

«  J’ai toutefois été sensible à votre demande de maintenir la possibilité d’un suivi pré et post natal à Noyon. Avec l’ARS, je vais donc attribuer une enveloppe à l’établissement pour ouvrir un centre périnatal de proximité : cela va permettre aux femmes enceintes et aux jeunes mamans de bénéficier d’un suivi obstétrical à proximité de leur domicile et les gynécologues-obstétriciens de l’équipe commune de Noyon-Compiègne pourront ainsi continuer à suivre leurs patientes. Des travaux de rénovation des locaux que l’installation de ce centre périnatal de proximité suppose pourront être financés à hauteur de 200.000 euros par l’ARS.

 « Vous m’indiquez également toute votre attention à la situation des personnels de ces services. Dès lors que seront ainsi maintenus des activités obstétricales et chirurgicales et que se renforce la coopération avec le centre hospitalier de Compiègne, il n’y aura aucune conséquence négative en termes d’emploi.

« Par ailleurs, j’ai décidé d’allouer des moyens supplémentaires à l’ARS pour lui permettre de mieux accompagner l’établissement de Noyon au-delà du 1er janvier. L’ARS va ainsi mobiliser un million d’euros pour accompagner financièrement l’hôpital. Cette aide, qui va s’ajouter aux effets de l’arrêt de ces activités qui étaient fortement déficitaires, va permettre de donner un nouvel élan et une nouvelle autonomie financière à l’établissement et conforter l’ensemble des autres services.

« Enfin, je connais votre attachement pour développer l’emploi hospitalier à Noyon et une offre de soins dynamique sur ce territoire. Aussi, dans le cas où une nouvelle implantation de soins de suite et réadaptation pourrait être décidée dans le territoire de santé Oise Est, l’ARS s’engage à inscrire celle-ci à Noyon.

«  Avec ces différentes modalités d’accompagnement, je suis convaincu que nous concilions au mieux les impératifs de sécurité sur lesquels je ne transige pas et le développement d’une offre hospitalière de proximité pérenne, dans l’intérêt des Noyonnais et de leur territoire.

 « Je sais ton engagement sur ce dossier. Bien à toi ».

Signée : Xavier Bertrand

Partager cet article

Repost 0
Published by Francois Michel Gonnot
commenter cet article

commentaires

Le Blaireau 17/11/2011 16:36



Il en est un qui va faire la gueule : c’est Patrick Deguise.


Par contre je voudrais mettre en garde monsieur Gonnot de se gonfler telle la grenouille.


Tout ceci fait encore parti des magouilles politiques qui permettent de s’envoyer force compliment …


N’ était- il point une maison de retraite de la Somme à laquelle se cher Xavier avait promis deux millions d’ euros pour financer un
second bâtiment et qui a été dans l’ obligation de stopper les travaux faute de voir venir la somme…Monsieur Gonnot sur ce point est- il en mesure de confirmer que la somme a bien été
versée ?


« Un tien vaut mieux que deux, tu l’auras », alors comme Saint Thomas, je crois ce que je vois, n’oublions pas que les
législatives sont proches, que monsieur Gonnot est toujours postulant, alors si l’on peut en mettre un coup à Deguise (ce qui n’est pas une mauvaise chose) et se redorer le blason (ce qui serait
une autre catastrophe) pourquoi pas !


Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer !


Vous signez monsieur Gonnot ?



Le Blaireau 17/11/2011 16:29



Il en est un qui va faire la gueule : c’est Patrick Deguise.


Par contre je voudrais mettre en garde monsieur Gonnot de se gonfler telle la grenouille.


Tout ceci fait encore parti des magouilles politiques qui permettent de s’envoyer force compliment …


N’ était- il point une maison de retraite de la Somme à laquelle se cher Xavier avait promis deux millions d’ euros pour financer un
second bâtiment et qui a été dans l’ obligation de stopper les travaux faute de voir venir la somme…Monsieur Gonnot sur ce point est- il en mesure de confirmer que la somme a bien été
versée ?


« Un tien vaut mieux que deux, tu l’auras », alors comme Saint Thomas, je crois ce que je vois, n’oublions pas que les
législatives sont proches, que monsieur Gonnot est toujours postulant, alors si l’on peut en mettre un coup à Deguise (ce qui n’est pas une mauvaise chose) et se redorer le blason (ce qui serait
une autre catastrophe) pourquoi pas !


Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer !


Vous signez monsieur Gonnot ?